Elles font partie de la « French Tech ». Aujourd'hui, une myriade de nouvelles start-ups s'est implantée dans le paysage de l’industrie spatiale française. Parmi celles-ci, quelques unes se distinguent audacieusement et proposent des projets insolites, mais qui pourtant intéressent les institutions. Découvrons-les.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Artemis : découvrez le véhicule Orion en vidéo Vidéo-animation de la première mission inhabitée du véhicule spatial Orion. © ESA

Le New Space se présente désormais comme un pan de l'écosystèmeécosystème de l'aérospatiale mu par un état d'esprit original et proposant des méthodologies un peu différentes de celles des grands industriels que nous connaissons bien (ArianeGroup, Airbus Defence & Space, Thales Alenia Space, etc.). Certaines, comme Latitude, se lancent dans la constructionconstruction de micro-fusées, d'autres comme Hemeria, U-Space ou Anywaves dans la construction de nanosatellitesnanosatellites ou d'équipements, d'autres encore comme Kineis ou UnseenLabs proposent des services fournis par leur constellationconstellation. Dans tout cet écosystème, il y a les inclassables.

Les visions touristiques

Le tourisme spatialtourisme spatial est en plein essor, avec les vols New Shepard de Blue Origin ou les vols orbitaux d’Axiom Space. En Chine comme aux États-Unis, les projets de services touristiques dans l'espace fleurissent, en France aussi, même si ce n'est pas exactement dans l'espace. En effet, la start-up toulousaine Zephalto propose des vols dans la stratosphèrestratosphère à bord d’un ballon, capable d'emporter six passagers.

Le ballon stratosphérique de Zephalto, haut de 130 mètres, sera utilisé pour des vols habités à 25 kilomètres d'altitude et le transport d'expériences ou de charges utiles pour des applications scientifiques et industrielles. © Zephalto
Le ballon stratosphérique de Zephalto, haut de 130 mètres, sera utilisé pour des vols habités à 25 kilomètres d'altitude et le transport d'expériences ou de charges utiles pour des applications scientifiques et industrielles. © Zephalto

Certes, le vol culminera autour de 30-40 km d'altitude, mais il durera plusieurs heures, à la différence des vols de Virgin Galactic ou de Blue Origin qui durent seulement quelques minutes. Zephalto prétend d'une part que le public aura plus de temps pour admirer le halo bleuté de notre atmosphèreatmosphère, et d'autre part que le bilan carbonebilan carbone d'un tel voyage sera neutre, avec un ballonballon rempli d'héliumhélium et fonctionnant à l'énergieénergie solaire. Zephalto s'est rapproché du Cnes car l'agence est experte en vols en ballons stratosphériques depuis des décennies.

Quant à la start-up Toucan Space, elle propose d'envoyer un de vos objets familiers dans la Station spatiale internationale puis, de vous le rapporter. Ainsi, vous serez propriétaire d'un objet ayant séjourné dans l'ISS. Toucan Space a déjà envoyé des objets dans la station quatre fois.

Vers la Lune avec le Cnes

Le Cnes a lancé l'incubateur TechTheMoon avec Nubbo. Cinq start-ups ont été sélectionnées par le Cnes en octobre 2021, portant certains projets fous à l'heure où l'être humain s'apprête à revenir sur la Lune. Toutes ces start-upsstart-ups trouveront un marché sur Terre pour développer leurs solutions insolites comme Anyfields qui testera la performance des antennes, Métis qui détectera les scaphandres des astronautesastronautes, ou encore The Exploration Company qui veut proposer un service de cargo entre la Terre et la Lune.

Le module pressurisé du cargo Nyx pourra revenir sur Terre, notamment pour rapporter des échantillons sélènes ou d'expériences à la surface. © The Exploration Company
Le module pressurisé du cargo Nyx pourra revenir sur Terre, notamment pour rapporter des échantillons sélènes ou d'expériences à la surface. © The Exploration Company

De son côté, la start-up Spartan Space propose de fournir des habitats lunaires ou pour des bases martiennes. L'habitat EuroHab sera gonflable et mobilemobile. Il pourra aussi être installé sous l'eau. L'habitat serait envoyé sur la Lune depuis la Terre ou depuis la station orbitaleorbitale Gateway, se poserait à la surface de la Lune puis se déploierait.

Dernière start-up retenue par TechTheMoon, Orius Technologies, qui propose de développer des « armoires » paramétrables pour y faire pousser tout type de plantes, fruits ou légumes. Ainsi, les astronautes sur la Lune mangeraient autre chose que de la nourriture lyophilisée. Ce concept pourrait être associé par exemple à l'autre module lunaire gonflable proposé par la start-up Interstellar Lab, nommé BioPod, dont le but est de recréer des conditions climatiques « idéales pour la vie sur Terre et dans l'espace ».

Vue d'artiste des BioPods imaginés par Interstellar Lab. © Interstellar Lab
Vue d'artiste des BioPods imaginés par Interstellar Lab. © Interstellar Lab