Vue d'artiste d'un lander lunaire utilisant une petite unité ISRU (In Situ Resource Utilisation). Ce concept ne préfigure pas forcément un lander opérationnel ou de démonstration. © Thales Alenia Space, ESA
Sciences

Tout savoir sur l’extracteur d’oxygène qui va se poser sur la Lune

ActualitéClassé sous :exploration lunaire , Thales Alenia Space , ESA

Les agences spatiales ont conscience que l'on ne peut envisager d'envoyer des humains sur d'autres planètes sans utiliser les ressources locales qu'il s'agisse d'énergie, d'eau, de matériaux servant à la construction et d'oxygène. En prévision des futures missions habitées de longue durée sur la Lune, Thales Alenia Space réalisera pour l'ESA un démonstrateur de charge utile d'extraction d'oxygène à partir de roche lunaire. Interview de Roger Ward, directeur technique de Thales Alenia Space en Angleterre.

Explorez les interviews de chercheurs, photographes, voyageurs témoins d'un monde qui change sous le joug du réchauffement climatique.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Vivre et travailler comme sur la Lune ou sur Mars  L’Hawai’i Space Exploration Analog and Simulation (HI-SEAS) est une station de recherche installée à quelque 2.500 mètres d’altitude, dans un dôme d’environ 110 mètres carrés, sur les flancs du volcan Mauna Loa, à Hawaï. L’objectif : simuler la vie des colons humains qui partiront s’installer sur la Lune ou sur Mars. Non seulement pour comprendre comment les astronautes pourront interagir les uns avec les autres dans des conditions difficiles, mais aussi pour développer les méthodes et les équipements les plus adaptés à la vie et à la recherche sur la Lune et sur Mars. (en anglais) © HI-SEAS 

Thales Alenia Space a remporté un contrat de l'Agence spatiale européenne (ESA) pour réaliser un démonstrateur lunaire permettant d'extraire de l'oxygène sur la Lune. Comme l'explique Roger Ward, directeur technique de Thales Alenia Space en Angleterre, pour « pouvoir résider durablement sur la Lune, les astronautes devront exploiter les ressources qu'ils trouveront in situ plutôt que de les transporter depuis la Terre ». C'est notamment le cas de l'oxygène qui sera utile à la respiration des humains et à la production d'ergols. En effet, on voit mal l'Homme transporter depuis la Terre tous ses besoins indispensables sur la Lune, surtout s'il compte y résider pendant de très longues périodes.

Le défi complexe de créer de l’oxygène sur la Lune pour y permettre la vie humaine

Ce démonstrateur devra valider la capacité d'utilisation des ressources in situ (ISRU - In Situ Resource Utilisation), en l'occurrence la production d'oxygène, dans les quantités requises par les futures colonies lunaires. Pour cela, il utilisera du sel fondu et l'électrolyse pour extraire de l'oxygène à partir de roche lunaire, ou « régolithe ».

Dans le détail, l'Agence spatiale européenne souhaite que ce démonstrateur extraie de 50 à 100 grammes d'oxygène du régolithe lunaire avec une capacité à extraire 70 % de l'oxygène présent dans un échantillon. Autre contrainte, la démonstration est à réaliser dans un délai de 10 jours. Cette contrainte s'explique par la volonté de l'ESA de limiter les coûts du démonstrateur qui fonctionnera avec l'énergie solaire, pendant une seule journée lunaire qui, rappelons-le, dure 15 jours. La mission s'éteindra et se terminera à la nuit tombée, faute d'énergie.

Ce démonstrateur sera conçu pour voler sur une gamme d'atterrisseurs lunaires potentiels, dont bien évidemment l'alunisseur multirôle European Large Logistic Lander (E3L) de l'ESA.

L'atterrisseur lunaire EL3 de l'Agence spatiale européenne. Ce système de transport autonome pourra servir à la logistique de support des missions Artemis avec la capacité de transporter jusqu'à 1,7 tonne de fret vers n'importe quel endroit de la surface lunaire. © ESA, ATG Medialab

La parole est donnée à Roger Ward, directeur technique de Thales Alenia Space en Angleterre.

Futura : Thales Alenia Space a-t-elle déjà une idée de la technique d'extraction qu'elle souhaite tester et utiliser sur la Lune ?

Roger Ward : L'équipe de Thales Alenia Space utilise le procédé Metalysis FFC, développé au Royaume-Uni, pour extraire l'oxygène par électrolyse et sel fondu.

Futura : Il semble que l'utilisation de l'électrolyse ne soit pas optimale. Qu’en pensez-vous ?

Roger Ward : L'optimisation de tout processus fonctionnant sur la Lune doit prendre en compte de nombreux aspects différents, au-delà des performances du processus sur Terre. Le projet évalue continuellement la conception pour déterminer la quantité d'oxygène produite par rapport à la masse et à la puissance. Nous sommes parfaitement conscients que tout processus fonctionnant sur la Lune doit être plus rentable que l'apport d'oxygène depuis la Terre.

Futura : Votre démonstrateur devrait extraire de 50 à 100 grammes d’oxygène pour valider le concept ainsi que les choix technologiques ?

Roger Ward : Au-delà de l'aspect « quantité d'oxygène produit », notre démonstrateur a pour but de caractériser pleinement le fonctionnement du procédé sur la Lune.

Futura : Mais, quel rendement visez-vous pour une unité opérationnelle ? De 300 à 400 litres d’oxygène pour un kilogramme de régolithe ?

Roger Ward : Le concept de charge utile est modulaire, évolutif et principalement conçu pour démontrer que les technologies fonctionnent et pour optimiser les processus et les matériaux utilisés. Certains de ces processus et matériaux sont nouveaux pour le projet et le rendement d'une unité opérationnelle ne peut donc pas être divulgué pour le moment.

Futura : Quelles sont les contraintes imposées par l’Agence spatiale européenne ?

Roger Ward : L'accent est mis sur la démonstration du procédé et de la technologie qui rendraient l'oxygène généré sur la Lune moins cher que l'oxygène transporté depuis la Terre.

Futura : Quelles sont les principales difficultés pour concevoir un tel équipement ? La gravité est-elle un problème majeur ?

Roger Ward : La gravité n'est pas le principal défi. Les principaux défis sont le sol lunaire, ou régolithe, et le sel fondu. Le régolithe lunaire ne ressemble à rien de ce que l'on trouve sur Terre, car il est produit dans le vide par le bombardement de particules lourdes par le vent solaire et la collision de météorites. En l'absence d'humidité et d'atmosphère, les particules sont très petites, parfois chargées d'électricité statique et déchiquetées, ce qui rend le régolithe très collant et très difficile à manipuler et à traiter. Le sel fondu sera à une température élevée, ce qui ne pose pas trop de problèmes sur Terre, mais à la surface de la Lune, l'utilisation de matériaux aérospatiaux légers et le vide sont très difficiles. Par conséquent, pour relever ces deux défis technologiques (et bien d'autres), un programme de tests technologiques sera réalisé sur Terre afin de s'assurer que l'équipement et le processus fonctionnent dans un environnement aussi représentatif que possible avant la construction finale pour le lancement.


Soutenez votre média scientifique indépendant : découvrez nos formules d'abonnements !

4 bonnes raisons de s’abonner à Futura sur Patreon :

  1. Un site sans aucune publicité à partir de 3,29 euros par mois.
  2. C’est sans engagement.
  3. Des accès à des contenus prioritaires, en avant-première, rien que pour vous.
  4. Vous soutenez notre activité de la meilleure manière possible. Une réelle motivation pour nous !
Soutenez les équipes de Futura sur Patreon !
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !