Le Starship lunaire très ambitieux de SpaceX que l'entreprise prévoit de livrer à la Nasa pour Artemis III. © SpaceX
Sciences

Humain sur la Lune : plusieurs années sépareront les deux premières missions habitées d'Artemis

ActualitéClassé sous :exploration lunaire , Nasa , Programme Artemis

La Nasa prévoit de retourner sur la Lune en 2025 avec l'atterrissage d'un équipage de deux Américains, un homme et une femme, lors d'Artemis III. Mais ce n'est seulement que quatre ou cinq ans plus tard qu'un deuxième équipage pourrait débarquer sur la Lune.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les neuf femmes astronautes candidates pour le programme lunaire Artemis  Qui sera la première femme à marcher sur la Lune au cours de la décennie ? La Nasa n'a pas encore tranché mais voici toutes celles qui ont été sélectionnées. On vous les présente en vidéo. 

Si l'on se fie au calendrier de la Nasa, le retour d'Américains sur la Lune pourrait avoir lieu dès la mi-2025 avec Artemis III qui sera la première mission habitée depuis l'époque Apollo. Cette mission ouvrira une nouvelle ère de l'exploration humaine avec une installation durable sur la Lune en point de mire. Étonnamment, la mission habitée suivante n'est pas attendue avant plusieurs années. Artemis IV est bien prévue moins de deux ans après Artemis III, mais cette mission ne se posera pas sur la Lune.

Artemis IV sera une mission à destination du Gateway. Elle livrera le module I-HAB (International-Habitat), réalisé par Thales Alenia Space qui sera assemblé et mis en service dans la foulée. Ce module pressurisé de 7 mètres de long avec un diamètre de 4,5 mètres et une masse sèche au lancement de 10 tonnes sera amarré au module de propulsion et de production d'énergie (PPE, Power Propulsion Element) et au module d'habitation Halo (Habitation and Logistics Outpost), qui auront été lancés attachés ensemble fin 2024 à bord d'un lanceur Falcon Heavy.

Vue d'artiste de deux astronautes de la Nasa en activité sur la Lune. © Nasa

Artemis IV sera aussi la première mission à utiliser le SLS (Space Launch System) dans une configuration améliorée (Block 1B). L'étage intermédiaire de propulsion cryogénique, utilisé lors des trois premiers lancements Artemis, sera remplacé par l'étage supérieur d'exploration, plus puissant. Il permettra aux missions Artemis de transporter des charges utiles « cogérées » avec le vaisseau spatial Orion, comme le module I-Hab dont la masse avoisinera les 10 tonnes.

Pour expliquer pourquoi Artemis IV ne se posera pas sur la Lune, la Nasa rappelle que le contrat passé avec SpaceX portait sur la livraison d'un unique Starship lunaire ! Pour les missions post-Artemis III, la Nasa a prévu d'utiliser des atterrisseurs lunaires qui seront développés dans le cadre du programme Lunar Exploration Transportation Systems (LETS) de la Nasa. L'objectif de LETS est de sélectionner une, voire plusieurs entreprises pour fournir des services d'atterrissage « durables ». Ce programme n'a pas encore démarré, de sorte que la Nasa a conscience qu'il y aura un écart de quelques années avant que le premier service d'atterrissage acquis dans le cadre de ce programme soit prêt.

Artemis V, la deuxième mission habitée sur la Lune

Il faudra attendre Artemis V pour voir débarquer un deuxième équipage sur la Lune. Artemis V devrait être la première mission à utiliser le Gateway et se poser à la surface de la Lune. Elle livrera au Gateway le module de communication et de ravitaillement Esprit de l'ESA, le bras robotique Canadarm3 fourni par le Canada ainsi qu'un rover lunaire non pressurisé. Cette deuxième mission habitée sur la Lune n'est pas envisagée avant la fin des années 2020, voire au tout début des années 2030.

Cela dit, ce calendrier nous paraît très incertain sur plusieurs points notamment parce qu'il dépend des délais dans lesquels les trois premières missions Artemis seront réalisées. À commencer par Artemis I, déjà très en retard sur son calendrier initial et dont le premier vol est prévu au mieux en mars ou en avril. Quant à Artemis III, penser que le Starship lunaire de SpaceX pourrait être prêt dans seulement moins de trois ans nous paraît très étonnant.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !