Photo du vol d'essai du Starship SN10, le 3 mars 2021. © Space X
Sciences

SpaceX : Elon Musk propose de poser les astronautes d'Artemis III sur la Lune avant 2024

ActualitéClassé sous :Programme Artemis , SpaceX , Starship

[EN VIDÉO] Regardez à quoi ressembleront les lancements de la mission Artemis  Fin 2021, le nouveau lanceur lourd de la Nasa, le SLS (Space Launch System), lancera la première mission Artemis I à destination de la Lune. Voici à quoi ressemblera son premier vol. 

Le patron de Space X, Elon Musk, a indiqué dans un tweet le 15 août 2021 que l'atterrisseur Starship HLS destiné à la Nasa serait prêt à déposer des astronautes sur la Lune avant 2024. Le programme lunaire américain accuse cependant un certain retard et le planning des missions Artemis serait susceptible d'être reculé, retardant les prochaines explorations de la Lune par l'Homme.

Des astronautes sur la Lune avant 2024 ? C'est l'exploit que souhaite réaliser Elon Musk. Le milliardaire à la tête de Space X a indiqué dans un tweet laconique que le module d'atterrisseur lunaire (HLS, pour Human Landing System), actuellement en cours de construction, serait probablement prêt avant 2024. Musk répondait alors à l'interrogation du compte Everything Artemis (@artemis360_moon), lui demandant si le HLS serait opérationnel pour la mission Artemis III. 

Starship HLS, un nouveau type d'atterrisseur 

Malgré les incessantes tractations de Blue Origin et Dynetics pour ravir le contrat d'atterrisseur lunaire à Space X, l'entreprise d'Elon Musk reste le choix numéro un de l'agence spatiale américaine. Le Government Accountability Office (GAO), chargée du contrôle des comptes publics de l'État américain, avait annoncé le 30 juillet rejeter les offres conjointes de Blue Origin et Dynetics. En parallèle, la Nasa avait versé un paiement de 300 millions de dollars à Space X dans le cadre du contrat de construction du HLS.

Concept-art de l'atterrisseur lunaire Starship HLS. © Space X

Le Starship HLS est un projet inédit et ambitieux. La structure du vaisseau se base sur celle des Starship, mais l'atterrisseur diffère légèrement des autres lanceurs destinés à revenir sur Terre : il ne possède ni bouclier thermique ni rabats permettant de manœuvrer l'appareil. Après son lancement, le HLS stationnera sur la Lune et servira à acheminer les astronautes depuis le vaisseau Orion vers la surface lunaire lors des différentes missions Artemis.

Représentation du vaisseau Orion, dont le module de service est construit par l'ESA. © ESA, Nasa

Les retards s'accumulent 

Si la Nasa n'a pas modifié la date hypothétique du lancement d'Artemis III, prévue pour 2024, l'agence spatiale accuse de nombreux retards qui pourraient modifier l'agenda des missions et entamer l'optimisme d'Elon Musk. Le 13 août, Jeff Bezos, dans une énième tentative de saborder le contrat de la Nasa et Space X, a annoncé l'ouverture d'une procédure juridique auprès de la Cour fédérale des États-Unis, arguant un « favoritisme » de l'agence spatiale américaine à l'égard de la compagnie d'Elon Musk. Cette action a entraîné une suspension des travaux en cours sur le Starship HLS, dont personne ne peut prévoir la date de reprise. 

Le lanceur Space Launch System (Bloc I) sera utilisé durant le programme Artemis pour envoyer des astronautes sur la Lune. © Nasa, MSFC

Malgré le revers infligé à Space X, la mission Artemis I est toujours prévue pour 2021 et permettra le lancement des nouveaux vaisseaux Space Launch System et Orion.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !