Cela vous intéressera aussi

La LuneLune et Mars sont couvertes d'une poussière fine appelée le régolite (ou régolithe) mais ce terme s'applique également à des sols sur TerreTerre, les astéroïdes ou Titan. En effet, selon la définition de George P. Merrill datant de 1897, le régolite est le manteaumanteau de débris provenant de la fragmentation, par des actions physiquesphysiques ou chimiques, de la roche sous-jacente ou roche mère.

Le régolite lunaire et martien

Le régolite lunaire a été créé par le bombardement incessant de micrométéorites, de rayons cosmiquesrayons cosmiques et de particules du vent solairevent solaire qui, au fil des milliards d'années d'évolution du satellite de la Terre, n'ont pas cessé de décomposer les roches de surface. Quant au régolite martien, sa formation résulte d'impacts de météorites, voire d'astéroïdesastéroïdes plus massifs conjugués à l'action d'érosion quotidienne de l'eau et du vent. Sur la Lune et Mars, le régolite peut mesurer jusqu' à 10 m d'épaisseur.

Le régolite, une poussière qui embête les astronautes

La poussière lunaire est différente de celle de la Terre. On peut la comparer à des fragments de verre ou de corailcorail dont les particules sont très acérées et peuvent s'infiltrer partout. Les astronautesastronautes d'Apollo 17 ont rapporté que des particules de poussière avaient réussi à bloquer les joints d'épaules des combinaisons spatiales des astronautes, provoquant même une légère dépressurisation. Dans les zones ensoleillées, la poussière pouvait atteindre le niveau des genoux des astronautes, et même arriver au-dessus de leur tête, tout simplement parce que différentes particules avaient été électrostatiquement chargées par la lumière UV du soleilsoleil. Par la suite, ces particules de poussière se sont retrouvées dans le module lunaire du vaisseau ApolloApollo, provoquant l'irritation des yeuxyeux et des poumonspoumons.

Sur Mars la poussière est également omniprésente mais probablement pas aussi agressive. Les conditions météorologiques propres à la planète tendent à lisser les extrémités des particules. Néanmoins, les tempêtestempêtes de poussières et autres dust devil (tourbillonstourbillons de poussières) sont un problème tout aussi préoccupant car les vents peuvent souffler jusqu'à 50 m par seconde.