Des activités solaires pourraient s'avérer dangereuses © lukszczpanski, Adobe Stock
Sciences

Espace : aidez l'ESA a nommé son satellite de détection de tempêtes solaires

ActualitéClassé sous :ESA , météo spatiale , satellite

[EN VIDÉO] Une éruption solaire majeure filmée par la Nasa  Le soleil est en perpétuelle activité, il abrite en son cœur une réaction thermonucléaire qui dégage de la lumière et un vent solaire qui vient ensuite frapper notre planète. Parfois, il est le théâtre de puissantes éruptions. Le télescope à rayon X nuSTAR a pu capturer en vidéo une des plus puissantes de 2014. 

L'Agence spatiale européenne lance une nouvelle mission de météorologie solaire, et vous pouvez y participer. Comment ? En lui trouvant un nom ! Le satellite aura pour but de surveiller l'activité à la surface du Soleil qui peut s'avérer dangereuse en perturbant le champ magnétique de la Terre et notre atmosphère.

L'Agence spatiale européenne, l'ESA, a besoin de vous. Nous cherchons un nom pour notre nouveau satellite. Quelle est sa mission ? Repérer des tempêtes solaires potentiellement dangereuses avant qu'elles n'atteignent la Terre.

Cette nouvelle mission de météorologie spatiale gardera un œil sur notre étoile, souvent imprévisible et indisciplinée, et enverra un flux de données constant au réseau de services de météorologie spatiale de l'ESA. Le satellite, connu pour l'instant sous le nom de « Lagrange », sera le premier de son genre. Fixé sur une position unique par rapport au Soleil et à la Terre, il aura une « vue latérale » de notre étoile. De là, il pourra voir des sources d'activité solaire dangereuses, telles que les tâches solaires, avant qu'elles ne soient visibles depuis la Terre. Il pourra aussi suivre la propagation des événements solaires qui se dirigent vers la Terre.

Satellite surveillant le Soleil. © Baker, ESA

Les données récoltées serviront à alerter à temps les autorités nationales, les industries et les entreprises qui gèrent ou se fient aux systèmes technologiques modernes dont nous dépendons tous et qui sont menacées par les éruptions solaires. Cette mission nous gardera en sécurité et protégera les infrastructures civiles cruciales comme les réseaux électriques et les satellites de navigation et de télécommunication, mais nous ne lui avons pas (encore) trouvé de nom !

L'ESA vous invite à nous envoyer vos meilleures propositions de noms pour la mission. Nous acceptons les soumissions jusqu'au 17 Octobre. Celle qui sera retenue recevra un chouette prix. Nous avons hâte de découvrir vos idées ! Lisez le règlement complet et soumettez votre proposition ici.

Quid de la météo spatiale ?

Fréquemment, le Soleil « rote », éjectant des milliards de tonnes de plasma chaud dans l'espace sous forme d'énormes masses de matière mélangées à des champs magnétiques, nommées « éjections de masse coronale » (ou CME pour Coronal Mass Ejection). Il émet aussi de gigantesque éruptions, des rafales de puissants rayonnements électromagnétiques -- rayons X, rayons gamma et ondes radio -- accompagnés par des flux de particules hautement énergétiques. 

Qu'est-ce que la météo spatiale ? © ESA

Ces violents « éternuements solaires » s'éloignent parfois du Soleil dans notre direction, amenant d'énormes quantités de rayonnements, d'énergie et de particules chargées qui altèrent et perturbent le champ magnétique protecteur de la Terre et la haute atmosphère, posant ainsi un risque d'irradiation pour les astronautes. Plus grave encore, la perturbation de notre champ magnétique crée des tempêtes géomagnétiques qui peuvent affecter les satellites en orbite, les systèmes de navigation, les réseaux électriques terrestres et les réseaux de données et de communication, pour n'en citer que quelques-uns. 

L'importance de prévoir les impacts sur la Terre

La météo spatial nocive a déjà affecté la Terre par le passé, mais comme nous devenons graduellement plus dépendants des systèmes et des technologies vulnérables aux éruptions solaires, des impacts solaires futurs pourraient s'avérer encore plus perturbateurs. Aussi, prévoir en avance ces événements peut faire une réelle différence, offrant aux autorités un temps crucial pour se préparer et protéger les infrastructures terrestres, ainsi que les spationautes.

C'est précisément ce que fera cette mission en surveillant le côté du Soleil invisible depuis la Terre, ayant une visibilité sur les taches solaires -- souvent sources d'éruptions solaires -- avant qu'elles ne soient visibles depuis la Terre. Durant des évènements solaires, la mission assurera un flux constant de données vitales pour prévenir le moment où l'activité solaire pourrait affecter nos sociétés et nos économies.

Les effets de la météo spatiale. © ESA

Une mission provisoirement nommée Lagrange

Jusqu'à présent, les experts de l'ESA l'appelaient « mission Lagrange vers L5 » simplement parce que son point de stationnement orbital est le cinquième point Lagrange -- une localisation gravitationnellement stable dans la même orbite que la Terre, et aussi loin du Soleil que nous, à environ 150 millions de km (comme vous l'aviez sûrement deviné, il y a 4 autres points Lagrange).

De la position L5, à environ 60 degrés derrière la Terre, ce nouveau satellite verra une autre facette de notre étoile. D'une certaine façon, il « verra dans le futur », puisqu'il observera ce que nous ne voyons pas encore.

Les cinq points Lagrange. Le satellite sera positionné au point L5. © ESA

En tant que mission opérationnelle de transmission de données, contrairement à une mission purement scientifique, elle permettra d'alerter en temps réel. Les données du satellite seront transmises continuellement vers la surface terrestre via les antennes du réseau pour l'espace lointain de l'ESA et relayées au réseau de services de météorologie spatiale de l'ESA et à ses centres répartis en Europe. 

Lisez le règlement complet et soumettez votre proposition ici.

Voici un bref résumé des règles.

En bref :

  • Le concours « No-Name Mission » est ouvert du 17 Mai 2021 jusqu'au 17 Octobre 2021 à 12 h 00 (CEST)
  • Le concours est ouvert aux ressortissants des États membres, coopérants et associés de l'ESA, de l'Union européenne, de l'Argentine, de l'Australie et des pays partenaires de la Station spatiale internationale (mais il y a des exceptions).
  • Le concours, y compris l'acceptation des conditions générales et de la déclaration de confidentialité, se déroule en anglais
  • Seulement les soumissions individuelles seront considérées valides
  • Le nom gagnant deviendra le nom officiel de la nouvelle mission spatiale météorologique de l'ESA
  • Pas plus d'une soumission par adresse mail
  • Si plusieurs participants proposent le même nom gagnant, celui qui l'a proposé en premier sera considéré gagnant
  • Le nom proposé doit réfléchir les objectifs de la mission
  • Le nom doit être composé de 3 mots au maximum, sans symboles spéciaux
  • Le nom gagnant deviendra le nom officiel de la nouvelle mission spatiale météorologique de l'ESA. Le gagnant recevra un bon d'achat valable dans le Space Shop de l'ESA.
  • Le gagnant sera sélectionné en Octobre 2021 et notifié aussi tôt que possible ensuite.

Lisez le règlement complet et soumettez votre proposition ici.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !