Plusieurs cercles (1926), œuvre de Vassily Kandinsky. © Domaine Public
Sciences

Hommage à Cécile Renault, cosmologiste spécialiste du rayonnement fossile

ActualitéClassé sous :cosmologie , Cécile Renault , LSST

C'est avec effarement que Futura a appris par un communiqué du Laboratoire de physique subatomique & cosmologie (LPSC) à Grenoble, que Cécile Renault était décédée. La cosmologiste, qui avait été un membre important en France de la mission Planck étudiant le rayonnement fossile, nous avait accordé plusieurs interviews et tenait un blog pour Futura.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les secrets de la mission Planck  Le satellite Planck constitue une formidable machine à remonter dans le temps, capable de nous livrer plusieurs secrets sur l'origine, la structure et la composition de l'univers. Les cosmologistes et les astrophysiciens l'ont utilisé pour cartographier sur la voûte céleste, avec une précision inégalée, les fluctuations de température et de polarisation de la plus vieille lumière du monde, celle du rayonnement fossile. Cette vidéo réalisée par le consortium HFI-Planck, l'agence de communication Canopée et avec l'aide de Jean Mouette, de l'IAP (Institut d'astrophysique de Paris), nous explique en quoi consiste cette mission. 

« Plus le bleu est profond, plus il attire l'homme vers l'infini et éveille en lui la nostalgie du Pur et de l'ultime suprasensible. C'est la couleur du ciel, tel que nous nous le représentons, au son du mot ciel. » Extrait Du Spirituel dans l'Art, et dans la peinture en particulier, Vassily Kandinsky.

Cette citation avait été choisie par Cécile Renault en exergue de Cosmologiquement vôtre, le Blog qu'elle tenait pour Futura depuis 2014. Elle n'y postera hélas plus de nouveaux billets car elle est décédée d'un accident de la route le 5 avril 2021.

C'est une tragédie d'autant plus douloureuse que ses deux enfants étaient avec elle dans la voiture et qu'ils sont gravement blessés.

Futura en est est profondément affecté puisque nous la connaissions un peu car la cosmologiste, qui était une « planckienne » comme on dit, c'est-à-dire un membre de la mission Planck qui a étudié comme jamais le rayonnement fossile laissé par le Big Bang, avait généreusement pris de son temps pour répondre à nos questions lorsque les résultats de cette mission ont commencé à tomber.

Une autre raison de la proximité de Cécile Renault avec Futura est qu'elle était l'épouse d'Aurélien Barrau à qui Futura est redevable de nombreux articles et d'un Blog. Nous pensons donc également en ces tristes moments à la famille et aux proches de Cécile et Aurélien. 

Cosmologiste et astrophysicienne, Cécile Renault nous parlait de science dans cette vidéo et en particulier de la mission Planck. © Astrophysique en Rhône-Alpes

Pour lui rendre hommage, voici la présentation de son parcours qu'elle avait faite elle-même sur son blog :

« En cinquième je voulais devenir "astrophysicienne". La fusion de ces deux mots, le fait que notre physique "inventée" sur Terre nous permette de comprendre la vie des étoiles et la formation des galaxies me fascinait. En cherchant dans les centres de documentation (c'était avant Internet !) j'ai trouvé - et je me souviens encore à peu près de la phrase - "on est digne du titre d'astrophysicien à bac +10/bac +12". J'étais à bac -5. Ça me paraissait aussi futuriste que la retraite et visiblement réservé aux gens exceptionnels...

Bon tant pis, je me contenterai des articles des magazines et des émissions avec Hubert Reeves.

Et puis finalement, ma grande chance : ma math sup' dans un grand lycée parisien s'est mal passée... et me voilà en 2ième année à Jussieu, ne sachant rien ni des formations ni du système, je voulais juste "faire de la physique". En discutant avec d'autres étudiants j'apprends qu'il y a un DEA d'astrophysique. Waouh ! Je veux y aller ! Je suis déjà à bac+2, la moitié du chemin est faite finalement ...

Je poursuis donc en physique fondamentale. Raisonnable, je choisis des options utiles à l'astro mais aussi potentiellement utiles dans la vraie vie : rayons X, physique de l'atmosphère. Et bien sûr astrophysique. Même les changements de coordonnées ou la classification morphologique des galaxies, c'est chouette !

Enfin le DEA d'astro "de Meudon". En allant en cours, on passait, impressionnés devant le bureau de nos cosmologistes préférés. Parmi les plus grands moments : les cours théâtraux de Jean-Pierre Chieze, toute la Relativité en trois fois 1h30 par Thibault Damour (on a râlé pour avoir plus de cours, on nous a explicité que nous n'étions pas conscients de notre chance) ou, en cadeau de Noël, un cours sur l'inflation par Hubert Reeves. À côté de ça, le stress de l'avenir : avoir une bourse pour faire une thèse...

Du travail bien sûr, mais aussi de la chance, c'est indispensable. J'ai fait ma thèse dans d'excellentes conditions à tous points de vue - sujet, encadrement, qualité de l'expérience. Ma particularité : une formation d'astro et une thèse dans un labo de physique des particules (sur la recherche de matière noire sous forme d'objets compacts par effet de microlentilles gravitationnelles). C'était les tout débuts des astroparticules - qui n'avaient même pas encore de nom officiel. Ce n'était pas un calcul, juste une conséquence : la matière noire me semblait l’un des sujets les plus captivants, l'analyse de données ce qui m'amusait le plus, la thèse était proposée au Service de physique des particules de Saclay et ils voulaient bien de moi ...

Après un an à Paris et un an à Heidelberg de post-doc en astronomie gamma, un poste "astro affecté dans un labo de physique des particules" est ouvert. C'est ma chance, peut-être mon unique chance avec mon parcours entre-deux donc il ne faut pas la rater... Ça marche, je deviens "astrophysicienne" !!!! Comme quoi c'est possible... Maintenant il faut mériter ce privilège.

Encore deux années d'astronomie gamma à Paris puis je rejoins Grenoble (il n'y a pas que l'astro dans la vie non plus...) et le groupe Archeops-Planck du Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie. C'est parti pour quatorze ans de rayonnement fossile (et deux petits bonshommes). L'expérience Planck, j'y reviendrai dans quelques posts bien sûr mais le site www.planck.fr contient déjà une multitude d'informations (j'espère !).

Dans quelques mois, le début d'une nouvelle aventure avec LSST, la plus grande caméra CCD du monde pour suivre la moitié de notre univers observable sur une dizaine de milliards d'années, et sur une douzaine de jours... »

Le LSST, un télescope d'un nouveau genre, va ouvrir grand les yeux sur le ciel... Sa mission : photographier le ciel austral et réaliser un film de l’Univers en trois dimensions. Un composant crucial de la caméra du LSST, l’échangeur de filtres, a été développé en France par cinq laboratoires. Son rôle consiste à repositionner rapidement et très précisément les filtres de couleur les plus grands du monde, pour obtenir les plus belles images du spectacle céleste. © CNRS

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !