Le Falcon 9 contient à son bord la capsule Dragon, destinée à ravitailler la Station spatiale internationale. © SpaceX

Sciences

Atterrissage du premier étage de Falcon 9 : raté de peu

ActualitéClassé sous :accès à l'espace , privatisation de l'espace , SpaceX

SpaceX a de nouveau échoué à récupérer intact le premier étage du Falcon 9. Ce dernier s'est en effet écrasé. Depuis la première tentative et les essais réalisés au sol, les progrès sont pourtant bien réels. Tout porte à croire que d'ici la fin de l'année, le prestataire de la Nasa parviendra à le poser en douceur.

Samedi 10 janvier, les spécialistes avaient les yeux tournés vers la Floride où SpaceX devait tenter pour la première fois de récupérer l'étage principal de son lanceur Falcon 9 sur un sol en dur. En l'occurence une plateforme positionnée dans l'Atlantique à 322 km au nord-est de Cap Canaveral.

Malgré quelques retards à l'allumage (plusieurs reports avant le tir de samedi ont eu lieu depuis le mois de décembre), le lanceur Falcon 9 a finalement décollé de son pas de tir de Cap Canaveral, tôt le matin à 4 h 47 locales (9 h 47 GMT).

Un essai partiellement réussi

Après sa séparation du reste du lanceur, le premier étage a réalisé une manœuvre pour se mettre en position verticale de façon à atterrir sur cette barge. Malheureusement, l'étage qui devait se poser à quelque 6 mètres par seconde est arrivé bien plus vite que prévu et s'est écrasé au sol. « L'étage est revenu sur la plateforme en mer mais s'est posé brutalement », a confirmé sur Twitter Elon Musk, le fondateur et patron de SpaceX. « Pas de cigares de célébration cette fois mais c'est encourageant pour l'avenir », a-t-il ajouté.

Le premier étage du Falcon 9 a bien atterri sur la barge mais il est arrivé beaucoup trop vite. © SpaceX

En effet, entre les essais de récupération en mer et ceux menés au sol avec le Grasshopper et le prototype d'étage réutilisable Falcon 9R, les progrès sont bien réels depuis la première tentative au-dessus de l'océan.

SpaceX semble même maîtriser la plupart des paramètres clés nécessaires à la récupération de son étage. En effet, sil'entreprise ne communique pas sur l'état réel de l'avancement de son programme, les observateurs peuvent se fier aux différentes vidéos mises en ligne. Seuls les derniers dizaines de mètres semblent bien moins maîtrisés. À chaque fois les images montrent des problèmes de contrôle d'attitude ou de vitesse trop élevée de l'étage.

La barge endommagée après l'atterrissage raté du premier étage du lanceur Falcon 9 le 10 janvier 2015. ©

Aucune de ces étapes ne paraît pourtant insurmontable. Ce qui explique l'optimisme d'Elon Musk qui a confirmé que, tout au long de l'année et en fonction des missions, d'autres essais de récupération seront réalisés, dont un sur la terre ferme.

Quant à la capsule Dragon, celle-ci a rejoint la Station spatiale internationale ce lundi 12 janvier en fin de matinée. Elle devrait rester amarrée au complexe orbital pendant au moins quatre semaines. Pour rappel cette capsule embarque plus de 2,3 tonnes de fret, dont du matériel nécessaire à 256 expériences et programmes de recherche que prévoient de réaliser les équipages 42 et 43 de l'ISS. On signalera la présence d'une caméra Imax et surtout de l'instrument CATS (Cloud-Aerosol Transport System) de la Nasa. Celui-ci a pour objectif de caractériser et mesurer à l'échelle du Globe la distribution mondiale des nuages et des aérosols.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

SpaceX : une nouvelle façon de conquérir le cosmos  Fondée en 2002 aux États-Unis, SpaceX est l’un des deux prestataires privés choisis par la Nasa pour transporter du fret vers l’ISS. Au-delà de son contrat avec la Nasa, SpaceX développe une gamme de lanceurs et de véhicules spatiaux étonnants. Découvrez ou redécouvrez ses principaux projets dans cette rétrospective en vidéo.