La cannelle, en raison de sa propriété coupe-faim, est souvent recommandée par les nutritionnistes : respirer l'odeur de bâtons de cannelle permettrait de stopper les envie de sucre. ©AlcelVision, Fotolia

Santé

La cannelle : quels sont ses bienfaits ?

Question/RéponseClassé sous :Nutrition , phytothérapie , cannelle

Qui ne connaît pas le parfum de la cannelle, cette épice extraite de l'écorce interne du cannelier de Ceylan ? Parfumant le traditionnel vin chaud l'hiver, relevant de son arôme puissant les plats sucrés ou salés, la cannelle se présente sous la forme de tubes enroulés sur eux-mêmes. Elle est connue depuis l'Antiquité, du Moyen-Orient à l'Asie. Indissociable du rituel d'embaumement des anciens Égyptiens, cette épice est également citée, quelques siècles avant notre ère, dans les premiers ouvrages de médecine chinoise.

La cannelle provient de l'arbuste Cinnamomum verum, le cannelier de Ceylan, majoritairement produit au Sri Lanka, mais aussi aux Seychelles et à Madagascar, cette variété est préférée au cannelier de Chine (Cinnamomum cassia). L'explorateur français, Guillaume Capus, disait de cette lauracée : « Il n'y a pas d'ordonnance de médecine chinoise sans cannelle. » Outre son utilisation culinaire, quelles sont ses vertus et ses bienfaits ? 

Bienfaits de la cannelle sur la santé

L'intérêt thérapeutique de la cannelle est surtout dû aux propriétés antivirales et stimulantes de son huile essentielle. En Inde comme en Europe, la cannelle est utilisée pour « réchauffer » l'organisme en cas de refroidissement, souvent en association avec le gingembre. Elle stimule la circulation, notamment périphérique (doigts et orteils). C'est aussi un remède classique en cas de troubles digestifs tels que nausées, vomissements et diarrhées, mais aussi contre les douleurs musculaires. Les extraits d'écorce ont une action antibactérienne et antifongique.

Durant une convalescence, la cannelle soulage les troubles digestifs liés à une anesthésie. Elle est particulièrement recommandée en cas de fatigue généralisée. La cannelle présente un intérêt sur le plan gynécologique, la plante peut favoriser l'arrivée des règles. En Inde, elle est utilisée comme contraceptif après l'accouchement. Au delà de l'aspect empirique et traditionnel des traitements à base de cannelle, des recherches ont été menées au Japon durant les années 1980, mettant en évidence les propriétés sédatives et analgésiques de l'aldéhyde cinnamique. Cette substance serait également efficace contre l'hypertension et pour faire baisser la fièvre.

La cannelle possède des vertus pour la santé, à utiliser en poudre ou en infusion. © Igor Normann, Fotolia

Usages et préparations

L'écorce interne de la cannelle de Ceylan est utilisée dans diverses préparations. Elle est distillée pour en extraire l'huile essentielle. La cannelle peut également prendre la forme de teinture mère. Pour la préparer : faire macérer la plante dans de l'alcool à 80° en vase clos durant 10 à 15 jours, puis filtrer finement. En cas de flatulences, prendre 20 gouttes dans de l'eau jusqu'à 4 fois par jour. En infusion, la cannelle est employée contre les rhumes et la grippe, boire 1 tasse 2 à 3 fois par jour. En poudre, la cannelle est utilisée principalement en Inde pour stimuler la digestion, prendre 1/4 de cuillère à café diluée dans de l'eau 2 à 3 fois par jour.

  • La cannelle peut se révéler toxique en cas de surconsommation.
  • Ne pas ingérer une huile essentielle sans avis médical, notamment si d'autres allergies sont déjà connues.
  • Ne pas utiliser comme médicament chez la femme enceinte.
Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Note. La phytothérapie est utilisée en médecine traditionnelle depuis des siècles. Son efficacité et son innocuité restent toujours discutées. Et pour cause, comme l’explique l’Organisation mondiale de la Santé dans un rapport de 1998, « un nombre relativement petit d'espèces de plantes ont été étudiées pour d’éventuelles applications médicales ». Cet article s’inscrit naturellement dans cette démarche. Ajoutons que compte tenu des risques éventuels d’effets indésirables, d’interactions médicamenteuses voire de toxicité de certaines plantes, informez toujours votre médecin, si vous recourez régulièrement à la phytothérapie.

Bibliographie :

  • Guide des plantes qui soignent, édition Vidal, 2010.
  • L'Encyclopédie des plantes médicinales, édition Larousse, 2001 et 2017.
  • Les plantes médicinales, Institut européen des substances végétales, mars 2015. 
  • Ma bible des huiles essentielles, Danièle Festy, éditions Leduc.s, 2017.
  • Les huiles essentielles chémotypées, Dominique Baudoux et M.L. Breda, édition JMO.