Le mal de mer concerne particulièrement les enfants âgés de 3 à 12 ans. © Claireliot, Fotolia

Santé

Comment éviter le mal de mer en bateau ?

Question/RéponseClassé sous :mal des transports , mal de mer , nauthopatie

Le mal des transports lié à la mer, aussi appelé naupathie, touche 20 % à 80 % de la population selon les conditions et concerne les marins comme les plaisanciers. Il est cependant possible d'atténuer voire de faire disparaître les symptômes rapidement.

Le mal de mer est un phénomène commun à tous les transports appelé cinétose, dû à un conflit dans le cerveau entre la perception visuelle et l'oreille interne qui commande notre équilibre. En mer, le phénomène est amplifié par les vagues et les mouvements du bateau, plus importants que ceux liés à la voiture, ce qui accentue le balancement du corps et de la tête. La naupathie entraîne des nausées, des vertiges, une salivation excessive et des vomissements. Les enfants de 2 à 12 ans et les personnes âgées sont généralement plus sensibles, et le phénomène est plus marqué sur les petits bateaux, davantage soumis aux vagues. Le mal de mer disparaît généralement au bout de deux ou trois jours de mer, sauf chez 5 % des personnes très sensibles.

Le mal de mer disparaît généralement au bout de deux ou trois jours. © koldunova_anna, Fotolia

Les remèdes contre le mal de mer

  • Choisissez si possible une cabine au centre du bateau, car il bouge moins à son centre de gravité. Lorsqu'on se trouve à l'avant ou à l'arrière d'un long navire, le mouvement ascensionnel est très sensible et prédispose au mal de mer.
  • Stabilisez votre posture : selon une étude de l'université de Montpellier, il est possible d'acquérir très facilement le pied marin en améliorant sa stabilité, par exemple en écartant un peu ses pieds. Cette adaptation prend de quelques minutes à quelques jours, les personnes ayant un équilibre naturel à terre s'habituant beaucoup plus vite même sans être jamais monté sur un bateau auparavant.
  • Fixez le regard à l'horizon : lorsqu'on regarde loin, le paysage « bouge » moins, ce qui améliore la stabilité du corps. Surtout ne penchez pas la tête vers l'avant pour lire ou regarder votre portable.
  • Restez sur le pont pour profiter de l’air frais.
  • Mangez léger avant le départ et durant le voyage, en privilégiant les aliments sucrés (pomme, banane, compote...), le pain ou les biscuits. Certains conseillent aussi le Coca-Cola sans bulles. Les produits laitiers ont en revanche tendance à aggraver les symptômes.
  • Évitez les odeurs d’essence ou de gasoil, la fumée de cigarette, les odeurs de cuisine ou de poisson (pour les pêcheurs). À l'inverse, certains conseillent de respirer une rondelle de citron ou des bonbons à la menthe.
  • Restez actif : la position couchée a tendance à aggraver les symptômes. De plus, il est essentiel de se changer les idées. Sur un voilier, essayez de manœuvrer le bateau et sur un paquebot, profitez-en pour vous balader sur le pont. En croisière, les activés ne manquent pas !
  • Prendre des médicaments : les traitements contre le mal des transports (scopolamine, dramamine, prométhazine...) ont pour principal effet de faire dormir, ce qui réduit les nausées.
  • Porter un bracelet d'acupression : ce type de bracelet exerce une pression sur le point d'acupuncture P6 du poignet qui se situe juste à trois doigts serrés de distance de la bosse de la paume de la main. Ces bracelets semblent assez efficaces y compris auprès des marins, même si l'effet est en grande partie placebo.
  • Couvrez-vous : le froid et la fatigue sont les premières causes de naupathie.
Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi