Santé

La greffe du cœur ou transplantation cardiaque

Dossier - Greffe : greffes d'organes et de tissus
DossierClassé sous :médecine , greffe , greffe d'organe

-

L'attente d'une greffe d'organe concerne chaque année en France plus de 14.000 personnes. Greffe de foie, greffe de cœur... mais aussi greffes de tissus (peau, cornée, moelle osseuse).

  
DossiersGreffe : greffes d'organes et de tissus
 

Depuis 1968, date de la première transplantation cardiaque française, plus de 10.000 greffes de cœur ont été effectuées en France, dont 356 en 2010. La greffe de cœur intervient en traitement de l'insuffisance cardiaque sévère lorsque celle-ci ne peut plus être traitée médicalement.

Pour une greffe de cœur, on prélève le greffon sur une personne en état de mort cérébrale dont le cœur fonctionne toujours. Schéma de cœur avec 1 : oreillette droite ; 2 : oreillette gauche ; 3 : veine cave supérieure ; 4: aorte ; 5 : artère pulmonaire ; 6 : veine pulmonaire ; 7 : valvule mitrale ; 8 : valvule aortique ; 9 : ventricule gauche ; 10 : ventricule droit ; 11 : veine cave inférieure ; 12 : valvule tricuspide ; 13 : valvule sigmoïde. © Dake & Wapcaplet, CC by sa 2.5, Wikimedia Commons

L'attente d'un greffon

Les patients en attente de transplantation cardiaque peuvent souffrir :

Lorsqu'aucun autre traitement, y compris chirurgical, n'est possible et qu'il n'existe pas de contrindication, le patient est inscrit sur une liste d'attente et préparé psychologiquement à une greffe cardiaque.

L'opération de transplantation cardiaque

Le donneur est une personne en état de mort cérébrale mais dont le cœur fonctionne toujours. Un liquide à 6 °C est injecté dans son cœur pour le refroidir progressivement. L'organe est prélevé, maintenu à une température proche de 4 °C dans un liquide de conservation et transporté jusqu'au receveur.

Chez le receveur, le cœur est retiré et une circulation extracorporelle est mise en place de façon temporaire. Le nouveau cœur est alors implanté et relié à la circulation sanguine, mais les connexions nerveuses ne sont pas rétablies entre l'organisme du receveur et le nouveau cœur. La température du cœur est remontée et il se met à battre avec un rythme de 90 à 100 battements par minute. Ceci est possible grâce à l'automatisme cardiaque : dans le cœur, les cellules du tissu nodal sont capables de se contracter de manière automatique et de communiquer l'information de contraction aux autres cellules du muscle cardiaque.
Puis le receveur est progressivement libéré de la circulation extracorporelle.

Vivre avec un cœur greffé

Le traitement immunosuppresseur commence après l'opération, avec un sérum antilymphocytaire pendant les premiers jours. Le patient reste hospitalisé près d'un mois puis sort pour un centre de convalescence et de rééducation. Il est ensuite suivi régulièrement et poursuit un traitement sous forme d'une trithérapie contenant :

Au bout de 6 mois à un an, ce traitement peut être diminué. Outre le risque de rejet du greffon, les éventuelles complications après l'opération sont :