Pas moins de deux milliards de personnes souffrent encore de malnutrition dans le monde. © 1STunningART, Adobe Stock

Santé

Des microparticules pour lutter contre la malnutrition ?

ActualitéClassé sous :Nutrition , malnutrition , lutte contre la malnutrition

L'alimentation est le paradoxe total de notre époque sur la planète. D'un côté, nous produisons beaucoup, consommons trop et jetons en quantité non négligeable. De l'autre, nous pouvons difficilement subvenir aux besoins vitaux en vitamines et minéraux de tous. Si résoudre ce paradoxe relève presque du génie, des solutions pour traiter les symptômes existent. 

Pas moins de deux milliards de personnes souffrent encore de malnutrition dans le monde. Souvent, ce sont les déficits en vitamine A ou en fer qui causent le plus de dégâts. Malheureusement, tout cela pourrait s'aggraver encore dans les années à venir compte tenu du changement climatique. Il faut donc trouver des solutions rapidement pour sauver la vie de ces personnes qui n'ont pas accès à une quantité de nourriture suffisante et trop peu diversifiée pour combler leurs besoins micronutritionnels.

Un polymère à la rescousse 

Le soucis avec la plupart des micronutriments (les vitamines, les minéraux et les oligoéléments), c'est qu'ils sont très sensibles à toutes sortes d'expositions (lumière, air, bactéries, etc.) et de traitements (pasteurisation, stérilisation, etc.). Si votre alimentation n'est pas assez riche en produits frais, vous pouvez vous aussi manquer de vitamines ou de minéraux et vous exposer à de graves problèmes de santé. Dans certains pays pauvres, l'agriculture ne fournit pas assez de nourriture diversifiée, que nous parlions de quantité ou de qualité. Les ressources envoyées par les associations humanitaires sont généralement composées de denrées sèches, faciles à conserver et donc, fatalement, dépourvues de micronutriments. 

Pourtant, une équipe de chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) a publié la semaine dernière un article, dans la revue Science Translational Medicine, qui pourrait bien résoudre le problème évoqué ci-dessus. En effet, leur papier s'intitule « une plate-forme de microparticules thermostables pour l'administration orale de micronutriments ». Au sein de leurs travaux, on peut voir qu'ils travaillent sur des biotechnologies afin d'encapsuler les micronutriments dans un polymère pour faire en sorte qu'ils se conservent jusqu'à la consommation de ladite denrée. Leurs expériences confirment l'efficacité d'une microparticule qui répond au nom (imbuvable) de polybutylmethacrylate-co-(2-dimethylamino ethyl-methacrylate-co-methylmethacrylate). Sa particularité, c'est qu'elle protège bien les nutriments tout en se dissolvant facilement au contact de l'acide gastrique de notre estomac comme l'ont confirmé des études chez les rongeurs. Des études chez l'Homme ont fait état de quelques difficultés d'absorption (surtout concernant le fer) que les chercheurs ont surmonté sur un modèle intestinal humain. Finalement, il n'y a donc pour l'instant, aucune certitude, quant à la capacité de cette technologie à éradiquer les carences en micronutriments dans les pays concernés. Affaire à suivre.

La faim dans le monde pourrait s'aggraver dans les années à venir à cause du dérèglement climatique. © soupstock, Adobe Stock

Un amas de petites solutions à défaut d'une grande 

Nous constatons, souvent, de la part des scientifiques, des solutions élégantes et adéquates pour apporter une petite contribution à la malnutrition dans le monde. Mais parfois, ces petites solutions sont farouchement combattues sous couvert d'idéologie. C'est le cas notamment du riz OGM dont nous avons parlé dans un récent article. On pourrait imaginer que ce soit aussi le cas pour ce polymère malgré les études toxicologiques qui ont démontré son innocuité. Le problème est complexe et lorsqu'on remonte à la source afin d'en trouver la cause, c'est une hydre causale qu'on aperçoit. Il y a, malheureusement, trop de leviers à actionner pour pouvoir agir de façon à traiter les causes multiples à la place des symptômes. Finalement, les petites solutions semblent être tout ce que nous possédons pour l'instant afin d'aider les habitants de ces pays. Arrêtons donc de nous y opposer par dogmatisme. 

  • Les carences micronutritionnelles touchent encore deux milliards de personnes dans le monde.
  • Une équipe du MIT a mis au point une biotechnologie pour encapsuler les micronutriments dans les aliments.
  • Les petites solutions dont nous disposons pour aider les habitants de ces pays ne doivent pas être combattues par des arguments idéologiques.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview 3/5 : comment sont liées nutrition et espérance de vie ?  En France, l'espérance de vie est une des meilleures du monde, mais cette performance n’est pas uniquement liée à la nutrition. La génétique est peut-être aussi l'une des raisons. Béatrice de Reynal, nutritionniste, a accepté de nous en parler au cours de cette interview.