Carence en magnésium : un facteur de risque de prématurité ? © airborne77, Adobe Stock

Santé

Les carences en magnésium sont-elles un facteur de risque de prématurité ?

ActualitéClassé sous :Nutrition , femme enceinte , risque pour la femme enceinte

Une récente méta-analyse suggère que la carence en magnésium serait un facteur de risque de naissance prématurée. Est-ce vraiment le cas ? Et quelle est l'importance de cette carence vis-à-vis des autres facteurs pouvant conduire à une arrivée de l'enfant avant le terme ? 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Stérile suite à un cancer, une femme met au monde un bébé à partir de ses ovocytes congelés  Après avoir vaincu le cancer, une Française de 34 ans met au monde un bébé issu de ses propres ovocytes congelés. Une première mondiale qu'on vous détaille dans cette vidéo ! 

Chaque année en France, 50.000 enfants naissent de façon prématurée, c'est-à-dire, à moins de huit mois et demi de grossesse. Les naissances prématurées sont en augmentation ces dernières années selon l'Institut national de la recherche scientifique et médicale (Inserm) et les causes sont multiples et mal connues. Parmi la longue liste des causes probables, la carence en magnésium.

Des facteurs de risque nombreux

Selon le National Health Institut (NIH), voici la liste des facteurs de risque connus concernant la prématurité : avoir déjà accouché avant terme, être enceinte de jumeaux ou plus, l'utilisation de technique de reproduction assistée, des anomalies au niveau des organes reproducteurs, les infections des voies urinaires, les infections sexuellement transmissibles, certaines infections vaginales, l'hypertension artérielle, des saignements anormaux du vagin, des anomalies au niveau du développement du fœtus, une grossesse résultant d'une fécondation in vitro, un poids insuffisant ou trop important avant la grossesse, des périodes courtes entre plusieurs grossesses, un diabète et des problèmes de coagulation sanguine. On peut aussi citer l'ethnie, l'âge de la mère, des soins de santé tardifs pendant la grossesse, la consommation de tabac, d'alcool ou de drogues, les violences domestiques (physiques, sexuelles ou émotionnelles), le stress, le travail en station débout et certain polluants environnementaux.

On comprend donc aisément que nous ne réglerons pas le problème de la prématurité juste en se concentrant sur le magnésium. Néanmoins, une récente méta-analyse publiée dans Nutrition Reviews a trouvé une corrélation nette entre la carence en magnésium et le risque de prématurité. Pour ce faire, la méta-analyse en question s'est basée sur des études d'observations (on regarde le niveau de carence des femmes enceintes), cliniques (on mène un essai clinique pour voir si la supplémentation a un effet sur la prématurité, et écologiques (on mesure le taux de magnésium dans les sols environnants).

Les données d'observations trouvent une relation inverse entre la concentration en magnésium sérique et le risque de prématurité. Les études randomisées constatent une réduction du risque de 4 à 65 % chez des femmes âgées de 20 à 35 ans avec une supplémentation en magnésium. Quant aux études écologiques, elles mettent en évidence une relation inverse entre la concentration en magnésium dans le sol et la prématurité aux États-Unis. C'est un faisceau de preuves assez robuste qui devrait sensibiliser les professionnels de santé à faire attention au statut en magnésium de leurs patientes enceintes.

Chaque année en France 50.000 enfants naissent de façon prématurée. © dechevm, Adobe Stock

L'importance d'une bonne alimentation 

L'autorité européenne pour la sécurité alimentaire (EFSA) recommande 250 mg/jour de magnésium pour les femmes non enceintes, enceintes et allaitantes. L'Agence nationale de la sécurité, environnement, travail et alimentation (Anses) recommande, quant à elle, 360 mg/jour de magnésium pour les femmes enceintes. Que faut-il privilégier pour être sûr de ne pas être carencée ? Faire la part belle aux légumineuses et autres céréales complètes, aux végétaux, au chocolat noir (avec modération) est déjà un bon début. On peut éventuellement consommer des eaux riches en magnésium si on pense être à risque de carence. Surveillez son taux de magnésium sérique et prendre des compléments sur avis médical, si cela s'avère nécessaire, peut éventuellement s'envisager.

  • De nombreux facteurs de risque causent 50.000 naissances prématurées en France chaque année.
  • La carence en magnésium pourrait être l'un d'entre eux.
  • Pour éviter cette carence, privilégiez les légumineuses, les végétaux, le chocolat noir (avec modération) et les eaux riches en magnésium. 
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !