Les cellules sensorielles du goût et de l'odorat ne se trouvent pas uniquement dans le nez et à la surface de la langue, mais aussi dans les muqueuses du système digestif. C'est ce qu'ont découvert des chercheurs de l'université munichoise Ludwig Maximilian (LMU) et de l'université technologique de Munich (TUM) en examinant la muqueuse intestinale de souris et d'êtres humains.
Cela vous intéressera aussi

"Nous y avons par exemple détecté la présence de cellules sensorielles réagissant aux aromes du thym, du clou de giroflegirofle et de la noix de muscade", écrivent-ils dans la revue spécialisée "Gastroenterology".

Apparemment, les substances aromatiquesaromatiques provoquent la libération de sérotoninesérotonine par les cellules des muqueusesmuqueuses stomacale et intestinale. Or cette moléculemolécule influence les contractions intestinales et la sécrétionsécrétion de sucs gastriquesgastriques. Les substances aromatiques pourraient donc être à l'origine de constipationsconstipations, diarrhéesdiarrhées, voire d'inflammationsinflammations de l'intestin. Jusqu'alors, on pensait que la production de sérotonine ne pouvait être provoquée que par des mouvementsmouvements du système digestif ou par la présence de certains nutrimentsnutriments comme le sucresucre ou les acides grasacides gras.

Aromates

Aromates

Comme le font remarquer les scientifiques, l'omniprésence d'aromes risque d'entraîner une surcharge pour le corps humain. Ces substances ne proviennent pas seulement d'aromates naturels : on les trouve aussi dans la plupart des produits cosmétiques, dans les parfums, cigarettes et détergents. Cette omniprésence "peut provoquer non seulement des allergiesallergies, mais aussi, comme l'ont montré d'autres chercheurs, altérer la fonction des spermatozoïdesspermatozoïdes. Et maintenant, nous venons de montrer que la digestiondigestion pouvait, elle aussi, être influencée par ces substances."

Par Arnaud Bertrand.