Un diabétique mesurant son taux de glucose sanguin. © Priman Khrutmuang, Fotolia

Santé

Diabète : l'hyperglycémie ne serait pas la seule cause de l'inflammation

ActualitéClassé sous :diabète , glycémie , inflammation à bas bruit

Le contrôle strict de la glycémie est l'une des directives majeures que donnent les médecins à leur patients diabétiques. En effet, un taux de glucose sanguin anormalement élevé trop souvent peut conduire à une inflammation chronique, voire à des nécroses au niveau des micro-vaisseaux qui se entraînent des problèmes de vue ou des amputations. Mais la glycémie ne serait pas le promoteur principal de cette inflammation si l'on en croit les résultats d'une expérience in vitro très récente. 

Le diabète de type 2 est une véritable épidémie mondiale. En France, 3,3 millions de personnes sont traitées par voie médicamenteuse pour cette pathologie d'après de récentes données de Santé Publique France. Malgré le contrôle strict imposé aux patients concernant leur glycémie, les complications surviennent tôt ou tard si l'on ne modifie pas son mode de vie. Selon une équipe de l'Université du Kentucky, le glucose ne serait pas le responsable majeur de l'inflammation chez les personnes diabétiques

L'inflammation au cœur de la cellule immunitaire 

Quelques petits rappels pour commencer. L'inflammation est un processus vital, nos cellules immunitaires sont chargées de l'engendrer lorsque cela est nécessaire, par exemple, lors de l'attaque d'un corps étranger (virus, bactéries, etc.). C'est lorsque ce processus devient chronique que cela pose problème. Quand le corps se met en état d'alerte permanent et fait circuler des patrouilles immunitaires tous azimuts, c'est le début des ennuis. En effet, exacerbée et constante, l'inflammation ne donne rien de bon : douleur, endommagement des cellules, des tissus, des parois ; l'inflammation à bas bruit est désormais accusée de faire le lit des maladies chroniques. C'est pourquoi comprendre d'où vient l'inflammation est primordial pour pouvoir l'amoindrir afin de l'utiliser à bon escient. 

L'inflammation à bas bruit est désormais accusée de faire le lit des maladies chroniques

Le métabolisme lipidique en cause 

C'était le but de l'expérience in vitro conduite par ces chercheurs américains. Les scientifiques ont prélevé des cellules immunitaires (des lymphocytes Th17) à des patients sains et diabétiques pour tenter de comprendre ce qui promouvrait la sécrétion de cytokines (des petites molécules messagères informant que la cascade inflammatoire doit être déclenchée). Leur hypothèse de départ, en accord avec la théorie dominante, était que la glycolyse (la réaction biochimique utilisant du glucose pour produire de l'énergie) allait stimuler l'inflammation au sein des cellules immunitaires.

Leurs résultats se sont révélés être totalement opposés à leur hypothèse de départ : la glycolyse ne stimulait pas plus la production de cytokines que dans les cellules saines. Le problème se situerait au niveau du fonctionnement mitochondrial et du métabolisme lipidique, plus précisément à l'endroit où se trouve une navette (la navette acyl-carnitine) qui transporte les lipides vers la mitochondrie (les centrales énergétiques de nos cellules) pour se faire oxyder et produire de l'énergie.

Le problème se situerait au niveau du fonctionnement mitochondrial et du métabolisme lipidique, plus précisément à l'endroit où se trouve une navette (la navette acyl-carnitine) qui transporte les lipides vers la mitochondrie (en vert sur la photo). © vchalup, Fotolia

« Depuis des décennies, la plupart des personnes atteintes de diabète de type 2 avaient pour objectif de contrôler leur glycémie de manière agressive afin de réduire le risque de complications diabétiques. Nos données fournissent une explication sur la raison pour laquelle les personnes, dont le contrôle glycémique est efficient, peuvent néanmoins voir la maladie progresser et des complications apparaître », affirme Barbara Nikolajczyk, auteure principale de l'étude. L'expérience devra néanmoins être reproduite et confirmée in vivo et les investigateurs devront réfléchir à l'intégration des résultats à la théorie, si ces derniers sont confirmés par de plus amples études.

Diabète : de l'importance du mode de vie 

Découvrir les causes et les mécanismes de l'inflammation pour aider les patients diabétiques est une bonne chose. Cependant, nous assistons encore, même si cela est absolument nécessaire, à une vision réductionniste (l'opposé d'une vision globale) de la maladie : on identifie une voie métabolique dérégulée qui pourrait faire l'objet d'un traitement médicamenteux. D'un autre côté -- on ne comprend pas toujours pourquoi --, l'adoption d'un mode de vie protecteur (alimentation, activité physique, stress, sommeil, etc.) est considérablement plus efficace qu'une thérapie médicamenteuse pour traiter le diabète de type 2. Pour les personnes qui sont en mesure de changer leur mode de vie, c'est la meilleure option afin de gagner en qualité de vie, se passer de médicaments la plupart du temps et parfois même, guérir en inversant la maladie lorsque le diabète est très récent et d'évolution lente. 

  • Les complications du diabète apparaissent généralement à cause de l'inflammation et le contrôle de la glycémie est peu efficace pour les contrer.
  • Le glucose ne serait pas le promoteur majeur de l'inflammation chez les diabétiques de type 2. Selon une nouvelle étude, le problème se situerait au niveau de la mitochondrie et du métabolisme lipidique. 
  • Dans la gestion du diabète de type 2, l'adoption d'un « mode de vie protecteur » (alimentation, activité physique, stress, sommeil, etc.) est d'une importance primordiale. 
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Du venin pour traiter le diabète, l'obésité et les allergies  Dans le sud de la Belgique, une équipe de recherche travaille sur un sujet un peu particulier. En utilisant du venin prélevé sur des animaux sauvages, des scientifiques espèrent développer des traitements contre le diabète, les allergies ou encore l’obésité. La chaîne Euronews nous en dit plus au cours de cet épisode de Futuris.