Coronavirus : quelles séquelles à long terme ? © sergo32, Adobe Stock
Santé

Coronavirus : quelles séquelles pour les survivants des formes sévères ?

ActualitéClassé sous :Coronavirus , Covid-19 , symptômes du Covid-19

Les patients atteints du Covid-19, passés en réanimation ou atteints de formes sévères, présentent des complications majeures à la maladie, pouvant affecter toutes les fonctions du corps. Ces séquelles parfois impressionnantes sont-elles réversibles ? Quel espoir de retour à la normale pour ces patients restés intubés parfois plusieurs semaines ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Diagnostic du COVID19 : le point sur les tests  Ces derniers temps, on parle beaucoup des tests diagnostics du COVID19. Comment fonctionnent-ils ? Quelle est leur utilité et fiabilité respective ? Détails.  

Mercredi 8 avril, 30.375 personnes étaient hospitalisées en France pour une infection au coronavirus, dont 7.148 cas graves en réanimation. Bien heureusement, la grande majorité de ces patients vont se réveiller, parfois après plusieurs semaines de coma artificiel. Pour ces derniers, ainsi que pour tous les patients touchés par les formes graves de Covid-19, le retour à la normale va cependant s'avérer long et difficile. Il est encore bien trop tôt pour connaître exactement les séquelles à long terme causées par la maladie, mais plusieurs études ont récemment mis en évidence des signes inquiétants.

Intubation et coma artificiel : des risques de complication majeurs

Tout d'abord, une longue période passée sous intubation entraîne elle-même des complications. « Le fait d'être intubé, ventilé, sédaté, provoque un hyper-métabolisme du corps, qui fait que l'on consomme trop de calories, donc les muscles fondent, détaille David Mispelaere, pneumo-cancérologue à l'hôpital privé de Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine), au site France infoOn peut donc avoir des difficultés de retour à la marche ». Il y a aussi un risque d'insuffisance rénale et de thrombose vasculaire dû à l'immobilisation.

Une réponse immunitaire déviante qui entraîne une inflammation générale

La plupart des séquelles causées par la maladie ne sont pas dues au virus lui-même, mais à l’inflammation provoquée par une réponse immunitaire trop forte, qui peut endommager les poumons, mais aussi le cœur, les reins, le foie ou le cerveau. Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), l'un des symptômes les plus graves engendrés par le Covid-19, peut ainsi causer une fibrose pulmonaire, une mauvaise cicatrisation du tissu conjonctif des poumons qui mène à une diminution des capacités respiratoires. Cela concernerait environ 10 % des patients atteints du SDRA.

D'autres organes risquent de trinquer. Une étude publiée en avril dans la revue JAMA évoque ainsi une infiltration du myocarde par des cellules inflammatoires pouvant entraîner une myocardite. Une autre étude suggère que le virus pourrait affecter le système nerveux central, avec des manifestations neurologiques comme des pertes de conscience et des troubles cérébrovasculaires aigus. « Nous avons remarqué que de nombreux patients souffrent de délires durant leur réanimation », confirme Wesley Ely, un pneumologue de la Vanderbilt University Medical Center (États-Unis) qui s'exprime dans Science. Des troubles pouvant toutefois provenir des sédatifs administrés ou du manque d'oxygénation du cerveau qui entraîne la mort des neurones.

Une longue rééducation, mais un espoir de rémission totale

Il y a enfin les séquelles psychologiques, bien plus difficiles à évaluer. Une étude menée auprès de patients atteints du SRAS en 2003 montre que plus d'un patient sur trois présente des signes de dépression, d'anxiété ou de symptômes post-traumatiques plus d'un an après la maladie. Toutes ces séquelles sont-elles uniquement transitoires ou sont-elles définitives ?

« Ce que l'on sait sur la grippe, dans les cas les plus sévères, c'est qu'il faut 6 à 9 mois pour avoir des tests respiratoires qui reviennent à la normale », explique sur BFMTV Jean-Paul Mira, chef du service de réanimation de l'hôpital Cochin. Mais le médecin se veut optimiste : « Quelle que soit la sévérité des atteintes pulmonaires que l'on voit aujourd'hui chez nos patients quand ils sortent, ils ont vraiment une probabilité extrêmement forte de revenir à une vie normale ». Même si cela passe par une longue période de rééducation à la marche et à la respiration.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !