Alors que l’OMS annonce de nouveaux cas d’infection par le nouveau coronavirus, un groupe d’expert préconise de changer le nom de ce virus qui, s’il est nouveau aujourd’hui, ne le sera plus dans quelque temps. Il ne faut donc plus l’appeler NCoV, mais MERS-CoV.
Cela vous intéressera aussi

Dans son dernier bilan épidémiologique publié mercredi 18 mai en soirée, l'Organisation mondiale de la santé (OMSOMS) a recensé 41 malades infectés par le coronavirus dans le monde, dont trois nouveaux Saoudiens. Au total, 20 ont déjà succombé à ce virusvirus proche de celui à l'origine du Sras (syndrome respiratoire aigu sévèresyndrome respiratoire aigu sévère).

Le premier signalement de ce nouveau coronaviruscoronavirus a été effectué le 23 septembre 2012. Ces 41 cas ont été notifiés dans 6 pays : Arabie Saoudite (32 cas), Jordanie (2), Qatar (2), Royaume-Uni (2), Émirats arabes unis (1) et France (2).

L'OMS conseille « au personnel soignant de faire preuve de vigilance à l'égard des voyageurs qui se sont rendus récemment dans des zones touchées par le virus et chez lesquels apparaît une infection respiratoire aiguë sévère. Il est rappelé aux cliniciens qu'une infection au NCoV doit être envisagée, même en présence de signes et de symptômessymptômes atypiques, chez les personnes dont l'immunitéimmunité est notablement diminuée ».

Les coronavirus, comme ceux à l'image, forment un genre de virus surmonté d'une sorte de couronne, qui leur vaut leur nom. NCoV est le dernier né de cette famille, mais ne le sera plus un jour prochain. Le « N » de son nom, pour « nouveau », deviendra donc obsolète. Ainsi, il change de nom pour devenir MERS-CoV. © Fred Murphy, Sylvia Whitfield, CDC, DP

Les coronavirus, comme ceux à l'image, forment un genre de virus surmonté d'une sorte de couronne, qui leur vaut leur nom. NCoV est le dernier né de cette famille, mais ne le sera plus un jour prochain. Le « N » de son nom, pour « nouveau », deviendra donc obsolète. Ainsi, il change de nom pour devenir MERS-CoV. © Fred Murphy, Sylvia Whitfield, CDC, DP

Aucun vaccin efficace contre le coronavirus

Pour l'heure, la prise en charge des patients s'effectue dans des services de réanimation et consiste à les isoler. Si la question de la vaccination semble prématurée, quelques études font état de difficultés en la matièrematière« La mise au point de vaccins contre les coronavirus apparaît difficile », explique Gregory Hartl, directeur du département médias de l'OMS, sur son compte TwitterTwitter.

Il s'appuie notamment sur un travail publié jeudi dernier dans la revue Plos One. Les auteurs ont travaillé sur quatre candidats-vaccins contre le coronavirus du Sras. Résultat, ils ont observé chez la souris des effets secondaires aussi inattendus que graves, de type hypersensibilité pulmonaire.

Leurs constats sont-ils extrapolables au NCoV ? « Pas forcément », nous précise Bruno Lina, virologue et directeur du Centre national de référence (CNR) des virus influenzae, au CHU de Lyon. « Il convient effectivement d'être prudent avec ces vaccins ».

NCoV change de nom et devient MERS-COV

Un dernier point : un débat entre experts internationaux est engagé pour donner un nom à ce « nouveau coronavirus ». Comme le souligne à juste titre Bruno Lina, « il est en effet nouveau, jusqu'au prochain... ».

Dans un article publié mercredi 15 mai dans la revue Virology, des experts du Comité international de taxonomietaxonomie des virus recommandent désormais l'appellation MERS-CoVMERS-CoV. L'emploi de celle-ci est aussi vivement appuyé par l'OMS. En anglais, l'acronyme MERS signifie Middle East Respiratory Syndrome. En français, l'on pourrait traduire par « coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient », ou peut-être tout simplement par « syndrome respiratoire du Moyen-Orient (SRMO) ».