Des champignons peuvent pousser à l'intérieur des cellules cancéreuses ! Des scientifiques ont observé ce phénomène insolite dans pas moins de 35 types de cancer différents parmi les plus fréquents ! 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : détecter le cancer du poumon grâce à une prise de sang Chaque année, le cancer du poumon touche entre 30.000 et 40.000 personnes en France. C’est aussi le cancer qui fait le plus de morts, en partie à cause des dépistages trop tardifs. Récemment, une équipe de chercheurs français a mis en place un système de diagnostic précoce du cancer du poumon. Futura-Sciences est parti à la rencontre de Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et auteur de cette étude, pour qu’il nous donne plus de détails sur sa découverte.

Deux études, une réalisée en Israël et la seconde aux États-Unis, présentent un phénomène insolite : des champignonschampignons peuvent pousser dans les cancers. Il ne s'agit pas des cèpes ou des bolets qui se dressent en forêt, mais des champignons invisibles à l'œilœil nu. La présence de ces champignons microscopiques a des effets importants sur le traitement du cancer et la survie du patient.

Des champignons dans les cancers

Les chercheurs de l'Institut Weizman en Israël ont analysé des échantillons tumoraux prélevés sur plus de 17.000 patients et conservés à l'institut. Les scientifiques ont trouvé l'ADN de champignons dans les 35 types de cancer analysés, parmi lesquels les plus fréquents comme le cancer du poumoncancer du poumon, celui du sein ou les mélanomesmélanomes. La plupart du temps, ces champignons ont pénétré les cellules cancéreuses et ont été observés à l'intérieur de leur cytoplasmecytoplasme -- d'autres ont aussi été détectés dans les cellules immunitaires créées par le corps pour combattre les cellules malignes.

Des cellules fongiques (violet) observées dans les cellules cancéreuses (leur noyau en bleu). © Deborah Nejman et Nancy Gavert
Des cellules fongiques (violet) observées dans les cellules cancéreuses (leur noyau en bleu). © Deborah Nejman et Nancy Gavert

Voir aussi

Le champignon : ni animal ni végétal !

Curieusement, chaque cancer a son propre mycobiote. Par exemple, un cancer du côloncancer du côlon sera plutôt colonisé par des champignons dits ascomycètes -- le représentant microscopique le plus connu étant S. cerevisiae, la levure de boulangerlevure de boulanger --, alors qu'un mélanome sera colonisé à 50 % par des ascomycètes et 50 % par des basidiomycètes. L'étude américaine s'est focalisée sur les cancers gastro-intestinaux et ont montré que, dans ce cas-là, ce sont les levures du genre Candida qui sont présentes à l'intérieur des cellules cancéreuses.

Une présence à prendre en compte

Les deux études soulignent un point intéressant, la présence de ces champignons influe sur les traitements prescrits aux patients pour soigner leur cancer, notamment s'il s'agit d'une immunothérapie. Dans le cas des cancers gastro-intestinaux, les scientifiques ont établi un lien entre une chance de survie du patient et la présence de Candida dans les tumeurs. « Ces découvertes devraient nous inciter à mieux explorer les effets potentiels des champignons tumoraux et à réexaminer presque tout ce que nous savons sur le cancer à travers une "lentille microbiotique" », conclut Ravid Straussman, professeur au département de biologie cellulaire de l'Institut Weizmann et coauteur de la première étude.