Des champignons contenant de la psilocybine. © Sergei, Adobe Stock
Santé

La psilocybine, ce champignon magique qui fait pousser les neurones

ActualitéClassé sous :cerveau , Plasticité cérébrale , drogue psychédélique

Des chercheurs de l'université de Yale ont constaté, chez les souris, qu'une seule dose de psilocybine peut induire une augmentation des connexions neuronales. Une découverte qui encourage, avec prudence, l'application de ce traitement pour les troubles dépressifs sévères. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un neurone vivant en vidéo haute résolution  Les observations en nanoscopie des neurones de souris ont permis de découvrir que les épines dendritiques bougeaient et se modifiaient sur une courte échelle de temps. © MaxPlanckSociety 

Les drogues psychédéliques, agonistes des récepteurs de la sérotonine, sont des substances produisant un état de conscience altéré. Elles sont reconnues depuis longtemps comme ayant un potentiel thérapeutique pour les troubles neuropsychiatriques, notamment la dépression, les troubles obsessionnels compulsifs et la toxicomanie.

Parmi cette famille de psychédéliques, des études ont démontré depuis 2016 que la psilocybine - un alcaloïde présent dans certains champignons hallucinogènes - soulage les symptômes de la dépression rapidement et avec des bénéfices durables pendant plusieurs mois. Grâce à ces découvertes, la FDA (Food and Drugs Administration) a accordé en 2019 le statut de « thérapie révolutionnaire » à la psilocybine dans le traitement des troubles dépressifs majeurs et a également décidé de lancer des essais cliniques plus poussés. 

Dans une nouvelle étude, des chercheurs de Yale montrent qu'une seule dose de psilocybine administrée à des souris a provoqué une augmentation immédiate et durable des connexions entre les neurones au niveau de la colonne vertébrale et du cortex frontal médian. Les résultats ont été publiés dans la revue Cell-Neuron

Structure de la psilocybine. © molekuul.be, Adobe Stock

Le potentiel de la psilocybine

Dans des études précédentes, une atrophie synaptique avait été relevée dans le cortex préfrontal chez les patients souffrant de dépression ou de stress chronique, soit une réduction du nombre de connexions neuronales. Une perte cellulaire, non négligeable, qui contribue notamment à l'apparition de troubles cognitifs, émotionnels et mnésiques. Sachant cela, l'étude s'est concentrée sur les potentiels de la psilocybine pour augmenter la densité des épines dendritiques - de petites protubérances trouvées sur les cellules nerveuses qui facilitent la transmission d'informations entre les neurones. 

À l'aide d'un microscope confocal à balayage laser, les chercheurs ont observé les fameuses épines dendritiques de souris vivantes pendant plusieurs jours. Ils ont ainsi constaté une augmentation du nombre d'épines dendritiques et de leur taille dans les 24 heures qui ont suivi l'administration de psilocybine. « Nous avons non seulement vu une augmentation de 10 % du nombre de connexions neuronales, mais elles étaient également en moyenne environ 10 % plus grandes, donc les connexions étaient également plus fortes », explique Alex Kwan, professeur de psychiatrie et de neurosciences à Yale et auteur principal de l'étude. De plus, ces changements étaient toujours présents un mois plus tard. 

Néanmoins, l'étude précise qu'il n'est pas encore possible de savoir si ces résultats pourront être extrapolés aux humains. La prudence est de rigueur. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !