Un stress chronique cause à notre cerveau des dommages profonds qui peuvent être à l’origine de diverses pathologies. Mais des chercheurs pensent aujourd’hui en avoir compris le mécanisme. Et ils espèrent pouvoir ainsi développer des traitements plus efficaces.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Une plongée en 3D à l’intérieur du cerveau Grâce à une méthode ingénieuse baptisée Clarity, une équipe de recherche a créé un cerveau tranull

Le stress chronique est associé à diverses maladies mentales comme la dépression ou même la schizophrénieschizophrénie. Il semble même être un catalyseurcatalyseur de maladies neurodégénérativesmaladies neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimermaladie d'Alzheimer. Comment ? La question est épineuse. Mais des chercheurs de l'université de Daegu (Corée du Sud) pourraient avoir trouvé une réponse.

De précédents travaux avaient permis de montrer que les souris stressées généraient moins de nouveaux neurones. Pourtant, il n'avait pas pu être démontré que les cellules souchescellules souches neurales s'autodétruisaient par apoptoseapoptose. Une très classique voie de mort cellulaire.

L’autophagie est généralement considérée comme un mécanisme protecteur. Mais il semblerait qu’en situation de stress chronique, il soit à l’origine de la destruction de cellules souches neurales de l’hippocampe. © Kaspars Grinvalds, Fotolia
L’autophagie est généralement considérée comme un mécanisme protecteur. Mais il semblerait qu’en situation de stress chronique, il soit à l’origine de la destruction de cellules souches neurales de l’hippocampe. © Kaspars Grinvalds, Fotolia

Des cellules qui meurent par autophagie

Pour expliquer malgré tout la disparition observée de ces cellules dans l'hippocampe adulte, les chercheurs coréens invoquent un autre processus : l'autophagieautophagie. En principe, ce processus cellulaire est destiné à protéger les cellules des conditions défavorables par digestiondigestion et recyclagerecyclage de leurs matériaux internes. Mais parfois, l'autophagie peut devenir autodestructrice.

Le déclencheur de ce mécanisme serait à chercher du côté de la SGK3 comprenez, la sérine/thréonine-protéine kinasekinase 3. Une fois le gènegène codant pour cette protéineprotéine supprimé, les cellules souches neurales de l'hippocampehippocampe, même soumises à un stressstress chronique, semblent ne plus mourir. L'espoir de développer des traitements plus efficaces de troubles tels que l'anxiété, la dépression ou la démencedémence liée au stress.