Planète

Qui mange du poisson, d'où vient-il ?

Dossier - Mangera-t-on encore demain du poisson pêché ?
DossierClassé sous :poisson , consommation de poisson , pêche

C'est peu de dire que la consommation de poisson a flambé ces dernières décennies dans la plupart des pays du monde. On pare les poissons de toutes les vertus bien qu'ils nous ramènent aussi, fidèlement, toutes les pollutions que nous avons déversées dans la mer – quand ils y ont survécu ! Mais notre appétit vorace et notre incapacité à nous réguler à l'échelle internationale les font disparaître, d'autant plus qu'ils sont également de grandes victimes du réchauffement climatique. C'est pourquoi, demain, il faudra élever le poisson plutôt que le pêcher et passer massivement à l’aquaculture, comme l'ont déjà fait les Chinois et un certain nombre d'autres peuples asiatiques. Il est urgent d'apprendre à déguster ces mets de choix avec modération, et surtout de façon durable.

  
DossiersMangera-t-on encore demain du poisson pêché ?
 

En France, la consommation de poisson est surtout le fait de personnes âgées, deux fois plus chez les plus de 55 ans que chez les moins de 25 ans. À niveau d'éducation supérieur et hauts revenus, deux fois plus​​​. Mais d'où vient le poisson consommé par les Français ?

Cette nourriture est considérée plus « féminine » que la viande rouge ! Un jeune homme ouvrier ou agriculteur alsacien de niveau bac technique a beaucoup moins de chance d'en manger qu'une femme basque, âgée et aisée, cadre supérieure et titulaire d'un master !

Effets des confinements sur la pêche

Dans notre culture culinaire, le poisson et les crustacés sont réputés compliqués à cuisiner. Pour beaucoup de gens, c'est un peu un plat de luxe que l'on consomme au restaurant, et ils consomment essentiellement à domicile les plats les plus simples, comme les conserves de thon ou de maquereau, le saumon fumé ou le poisson pané. D'où une chute drastique de la consommation, qui a été observée pendant les confinements de la Covid-19 quand tous les restaurants et cantines ont été fermés. Dans la semaine du 23 au 29 mars 2020 par exemple, les pêcheurs français ont réduit par cinq les quantités pêchées : 612 tonnes pour 146 navires, contre 3.000 tonnes et 500 navires habituellement. Les pêcheurs ont été carrément sinistrés, ainsi que les poissonniers, mais ce sont 2.400 tonnes de poisson qui ont eu la vie sauve, en une seule semaine !

En abusant du maquereau en boîte, on vide la mer et on épuise aussi les ressources minérales ! © Heberhard, Pixabay, DP

À noter que certaines classes de végétariens en mangent, on les appelle « pescetariens » lorsqu'ils s'abstiennent certes de consommer les viandes rouges et blanches, mais mangent quand même du poisson et des fruits de mer.

On ouvre machinalement une boîte de sardines en secours quand on n’a rien prévu d’autre à manger, mais qui se soucie de la provenance et de la pérennité des sardines ? © Monicore, Pixabay, DP

Les Français mangent du poisson en grande partie importé

Les Français sont de relativement gros consommateurs, mais ils importent plus de 70 % de leur consommation ! Le saumon frais de Norvège, le thon, le maquereau et la sardine en conserve, les crevettes de l'Équateur, ou encore le cabillaud et le lieu ont fait beaucoup de chemin avant d'arriver dans nos assiettes. On a d'ailleurs bien vu avec les conflits autour du Brexit qu'une partie non négligeable du poisson consommé en France a été pêchée autour des îles britanniques...