Planète

L'écotourisme : de l'hôtel écolo aux touristes engagés

Dossier - Les îles, paradis à préserver
DossierClassé sous :océanographie , océan , mer

-

Les îles… Ces poussières de terre éparpillées dans l’immensité de l’océan font rêver depuis toujours. Dans l’imaginaire collectif, elles sont synonymes d’aventure, de liberté, de solitude… Mais pour leurs habitants, la réalité est parfois tout autre.

  
DossiersLes îles, paradis à préserver
 

L'île, dans l'imaginaire occidental, c'est l'escale au bout du voyage, la possibilité de l'évasion, la douceur de vivre, le paradis terrestre... Sable blanc et cocotiers évoquent un refuge loin du continent, de ses villes et de ses régions surpeuplées, la douceur du climat, les plaisirs de l'eau et du soleil, la beauté. Le tourisme est donc un atout économique important pour de nombreuses régions insulaires.

Des hôtels écologiques pour des touristes engagés. © Sachse Juergen, DP

Cette activité est parfois l'une des premières sources en devises du pays comme c'est le cas aux Seychelles ou aux Maldives par exemple. Aujourd'hui, le tourisme est à la fois une opportunité économique et un danger pour les îles ; cette activité peut en effet représenter une ressource importante pour les communautés insulaires et être un élément d'indépendance à condition qu'elle n'entraîne pas une surexploitation des ressources et une dégradation du milieu.

L’atoll de Fakarava en Polynésie française a été déclaré réserve de la biosphère. © Alexis Rosenfeld, reproduction interdite

L'écotourisme aux Seychelles : un tourisme limité

L'archipel des Seychelles dans l'océan Indien compte 115 îles totalisant 455 km² de terres pour un territoire maritime de 1.336.559 km2 ! C'est dire l'importance de l'océan pour cet État... Il est peuplé de 87.000 habitants, des descendants d'immigrants d'origine africaine, européenne, chinoise ou indienne. Quatre-vingt-dix pour cent d'entre eux vivent sur l'île principale de Mahé. L'archipel culmine à 905 mètres, mais la vie se concentre sur les côtes et les activités économiques sont liées à la mer. Il abrite deux sites naturels classés par l'Unesco au patrimoine mondial de l'Humanité : l'atoll d'Aldabra et la forêt de Mai, une forêt tropicale primaire située sur l'île de Pralin. Ce pays a développé une stratégie basée sur un tourisme limité, haut de gamme dans un cadre préservé.

Tourisme aux Seychelles. © Alexis Rosenfeld, reproduction interdite

L'écotourisme aux Fidji : des hôtels tout écolos

Les Fidji, une république constituée de 322 îles sur 18.000 km2 de terres en plein Pacifique, fondent aussi une grande partie de leur économie sur le tourisme avec 300 à 400.000 visiteurs par an. Les plongeurs viennent y admirer les richesses extraordinaires du récif corallien. Dans la baie de Savusavu, Jean-Michel Cousteau - fils du célèbre commandant - a donné son nom au Fiji Island Resort. En partenariat avec les institutions scientifiques et les communautés locales, une réflexion a été engagée pour développer un tourisme écologique tourné vers les Hommes et la nature, et des échanges sont instaurés avec les habitants.

Dans l'hôtel, tout est écologique : les déchets sont recyclés et les eaux usées traitées dans des filtres en noix de coco sont réutilisées pour arroser le jardin biologique qui approvisionne le restaurant. Un biologiste veille à la préservation de la biodiversité marine dans le lagon. Le Fiji Resort a reçu de nombreuses récompenses pour sa démarche écotouristique. D'autres opérateurs proposent des croisières de plongée aux Fidji auxquelles participent des écovolontaires qui s'investissent dans des projets de préservation de l'environnement. Ils acceptent de financer en partie leur séjour tout en « travaillant » pour des programmes locaux.

Bateau de tourisme aux Bahamas. © Alexis Rosenfeld, reproduction interdite

Un autre exemple de projet écotouristique est le Chumbe Island Coral Park au sud-ouest de Zanzibar. Dans cette aire marine protégée, les visiteurs sont incités à découvrir aussi bien la forêt sur la petite île de Chumbe que les merveilles du récif corallien qui l'entoure. Sur l'île, sept écobungalows ont été construits. Ils sont conçus pour avoir un impact nul sur la nature : l'énergie est solaire, l'eau de pluie est récupérée et filtrée naturellement et les toilettes fonctionnent sur le principe du compost. Trente-cinq pour cent des recettes touristiques sont affectées à des projets éducatifs pour les écoles locales, des études scientifiques, des programmes de suivi et le travail des gardes.