Planète

La Loire : un abri de choix pour la faune

Dossier - Tourisme en Haute-Loire
DossierClassé sous :Haute-Loire , Voyage , géographie

-

Cette Haute-Loire est vraiment différente de la région que le nom de la Loire évoque en général : ses célèbres châteaux, ses grandes villes… Nous parlerons ici d'une histoire tout sauf paisible, puis nous nous arrêterons autour d’un fleuve lui aussi turbulent, sculptant une géologie tourmentée. Nous y rencontrerons une nature riche qui doit composer avec la main de l’homme.

  
DossiersTourisme en Haute-Loire
 

iseaux, poissons, mammifères... Le fleuve est un milieu idéal pour la biodiversité. Cette dernière fera le plus grand bonheur des amoureux de la nature attentifs à sa préservation.

Ls poissons migrateurs, saumons, aloses ou lamproies, viennent se reproduire à l'amont, les anguilles, elles, y terminent leur croissance.

Sur les 216 espèces d'oiseaux inventoriées en Haute-Loire, 110 se rencontrent régulièrement dans la haute vallée de la Loire. Nous en donnons quelques exemples emblématiques.

On trouve le cincle, oiseau fragile car très spécialisé (2.000 couples dans la région), le chevalier guignette et la bergeronnette des ruisseaux dans le courant dit « torrentiel » des étages collinéens et montagnards. Pour ces oiseaux, la turbidité, les pollutions accidentelles, les activités ludiques (canoë, rafting) constituent des facteurs d'agression dramatiques.

Le chevalier guignette, peu abondant en France, cherche les espaces nus à galets avec une végétation pionnière, ces milieux sont très touchés par les activités humaines.

Grand corbeau. © Leo Moser, Wikipedia, CC by - sa 3.0
Le grand corbeau. © David Hofmann, Wikipedia, cc by nc 2.0

Le héron cendré et le balbuzard se rencontrent au printemps lors des remontées. Sont également présents le grèbe castagneux, le grand corbeau et le milan royal.

Le hibou grand-duc, dont le statut de superprédateur ne lui permet pas d'avoir des populations importantes, n'est pas si rare. C'est par ailleurs un oiseau très sensible aux dérangements, mieux vaut le laisser tranquille.

Hibou grand-duc. © Armengod, Wikipedia, cc by nc 2.0

Le circaète Jean-le-Blanc, très rare, a su exploiter les zones délaissées difficilement accessibles.

On peut aussi observer le bruant fou, la pie-grièche écorcheur, la huppe, le moineau soulcie, le bruant proyer.

Actuellement, neuf espèces de la directive européenne « Habitats », concernant la conservation des habitats naturels ainsi que celle de la faune et la flore sauvages, ont été identifiées dans les gorges de la Loire :

À lire sur Futura-Sciences

- Rapaces
Chauve-souris : à la découverte d'un animal fabuleux