Planète

Conclusion : les récifs artificiels, un outil d’avenir ?

Dossier - Les récifs artificiels au secours des poissons
DossierClassé sous :Environnement

-

Face aux pressions constantes exercées par les activités humaines sur le littoral et aux dégradations de l’environnement marin et de ses ressources ; les récifs artificiels représentent une solution.

  
DossiersLes récifs artificiels au secours des poissons
 

Les récifs artificiels représentent un des outils de gestion intégrée des ressources littorales les plus performants, après la mise en place d'aires marines protégées.


Plongeur scientifique inventoriant les poissons sur un récif artificiel. © Alexis Rosenfeld

Cette gestion peut concerner à la fois :

  • les usages (partage de l'espace et de la ressource entre les métiers de la pêche (récifs antichalutage), récifs à vocation récréative, plongée (épaves et paysagement des fonds) et pêche plaisancière) ; 
  • l'aspect halieutique (augmentation attendue des ressources exploitables et soutien à la pêche professionnelle artisanale locale aux petits métiers) ;
  • l'aspect écologique (protection d'habitats et d'espèces vulnérables, outils d'aide aux aires marines protégées, restauration de milieux dégradés, diversification de substrats naturellement pauvres). 

Les récifs artificiels enfin considérés

Après avoir fait figure de pionnière en la matière en Europe dès les années 1970, la France a ensuite marqué le pas. Mais aujourd'hui, les récifs artificiels sont à nouveau considérés à leur juste valeur. Le dynamisme actuel de certaines collectivités territoriales dans leur volonté d'utiliser les récifs artificiels comme support à la reconstitution, au développement et à l'exploitation mieux gérée et raisonnée des ressources littorales traduit bien cette volonté d'évolution : depuis 2002, de nombreux sites ont été aménagés en récifs, notamment en Languedoc-Roussillon. Il faut préciser que les pêcheurs professionnels sont souvent à l'origine de ces récifs. Le plus vaste récif en Méditerranée a été réalisé à Marseille, avec 32.000 m3 de matériaux pour un budget global de 6 millions d'euros. Cet aménagement vise la valorisation économique et écologique de la baie du Prado, avec une exploitation halieutique prévue et une réhabilitation écologique de fonds dégradés.

Une des conclusions de la dernière conférence mondiale sur les récifs artificiels est que nous sommes à la fin de l'ère de la pêche libre, du « free fishing », il est grand temps de mieux gérer les pêcheries et l'environnement marin, à travers la création d'aires marines protégées et le développement de récifs artificiels, outils de gestion à usages multiples.

Les récifs artificiels, des aides efficaces

Au total, les récifs artificiels constituent une réponse possible aux nombreux problèmes concernant les ressources vivantes côtières, comme la surpêche (50 % des espèces sont considérées par la FAO comme pleinement exploitées et 25 % comme surexploitées) et la dégradation des écosystèmes et des habitats. Les récifs représentent un bon outil pour la gestion et le management des ressources et peuvent contribuer au maintien des pêcheries et des pêcheurs. Néanmoins, les récifs ne constituent qu'une facette d'une gestion globale et durable, qui doit prendre en compte toutes les phases de vie des espèces exploitées, en particulier les zones de frayères et de nurseries.

Au même titre que les aires marines protégées, les récifs artificiels sont des outils adaptés dans le contexte actuel de changement de la politique commune des pêches (PCP) en Europe, qui vise un développement durable de l'activité en respectant la ressource et les écosystèmes, en particulier l'intégrité des habitats, condition sine qua non au maintien des ressources. « Aménager la mer tout en la ménageant » pourrait constituer le challenge des prochaines années...