Les récifs coralliens n’auront plus d’endroit où vivre d’ici 2100

Classé sous :récifs coralliens , Réchauffement climatique , augmentation de la température de l’eau

Les chercheurs estiment que dans les vingt années à venir, 70 à 90 % des récifs coralliens pourraient disparaître. Un déclin que certains tentent d'enrayer en transplantant des coraux cultivés en laboratoire sur les récifs mourants. Mais de nouveaux travaux présentés cette semaine à l'occasion de l'Ocean Sciences Meeting de San Diego (États-Unis) révèlent que, d'ici 2100, il ne restera pas -- ou très peu -- d'habitats coralliens appropriés pour mener ces opérations de sauvetage.

La pollution reste une menace certaine pour les coraux. « Mais les humains ont déjà fait tellement de mal de ce côté qu'il ne reste plus beaucoup d'endroits à impacter », commente Renee Setter, biogéographe à l'université d'Hawaï à Manoa (États-Unis), dans un communiqué de l'Union américaine de géophysique.

Les travaux présentés cette fois montrent que l'augmentation des températures de la surface de la mer et l'acidification des océans sont encore plus dangereuses. « Nettoyer les plages, c'est bien. Il faut continuer. Mais ce que nous devons vraiment faire, c'est lutter contre le réchauffement climatique », conclut Renee Setter.

Les coraux blanchissent comme ici lorsqu’ils sont stressés par des conditions telles que des températures élevées. Ils deviennent alors particulièrement fragiles. Et des chercheurs annoncent aujourd’hui que l’augmentation des températures de la surface de la mer et l’acidification des eaux pourrait éliminer presque tous les habitats existants des récifs coralliens d’ici 2100. © Institut d’études géologiques des États-Unis