Planète

L'effet de serre domine la scène

Dossier - Observation de la Terre : l'espace au chevet de la planète
DossierClassé sous :développement durable , tectonique , Les planètes

-

Tout semble s'accélérer de manière inexorable. Les ressources naturelles ne peuvent plus suivre le rythme effréné des activités humaines : forêts disparaissent, les sols s'érodent, les ressources halieutiques s'appauvrissent ... Cette machine si complexe qu'est la Terre serait-elle en train de s'emballer, victime des activités humaines dont l'impact tend à s'amplifier ?

  
DossiersObservation de la Terre : l'espace au chevet de la planète
 

La lutte contre l'effet de serre est un des grands enjeux de ce siècle. Les civilisations actuelles rejettent 2 fois plus de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère que la nature ne peut en absorber, d'où un réchauffement de notre climat.

Si ce phénomène est irréversible, il n'est cependant pas trop tard pour stabiliser la teneur en carbone et tenter de maîtriser le phénomène.

L'objectif ? Satisfaire les besoins énergétiques des générations futures avec 4 fois moins de carbone rejeté dans l'atmosphère. Or cet objectif est impossible à atteindre avec les technologies et les modes de fonctionnement actuels.

Vue aerienne du centre ville de Mexico par temps exceptionnellement clair. © IRD / Claude DEJOUX

Réduire de façon significative la consommation d'énergie doit passer par le développement et l'utilisation de nouvelles technologies dans les domaines de l'habitat, des transports et de l'industrie.
L'énergie est une préoccupation à long terme, à la fois en termes de pollution et de ressources.

Progressivement, l'utilisation des énergies fossiles doit diminuer au profit des énergies renouvelables.

Les grands chantiers en cours concernent le bâtiment, qui recueillera l'énergie solaire et produira de l'électricité grâce à des capteurs photovoltaïques. Les transports, qui dépendent à 95 % du pétrole, devront faire l'objet d'arbitrages afin que les prix tiennent compte de l'impact sur l'environnement (par exemple, en favorisant le rail).

Concernant les véhicules, on parle d'hydrogène et de biocarburants, l'objectif étant d'utiliser 5,75 % de carburant d'origine végétale à l'horizon 2010. D'ici là également, 21 % de l'électricité française devra être produite à partir d'énergies renouvelables contre 15 % aujourd'hui.
Toutes ces nouvelles technologies pourront se développer dès que les accords de Kyoto seront ratifiés et fixeront des quotas d'émission. Une valeur internationale du carbone devrait voir le jour entre 2008 et 2012.

L'émission de CO2 aura donc un coût. Les industriels seront de plus en plus soumis à des contraintes environnementales fortes, nécessitant par exemple d'adapter leurs choix en matière de transports ou d'attester de caractéristiques de durabilité et de recyclabilité de leurs produits.

L'ADEME

Le rôle de l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) est de mettre en œuvre la politique publique en matière d'énergie tout en respectant l'environnement et en contribuant aux engagements internationaux pris par la France. Elle encourage la recherche et soutient les investissements concernant le traitement des déchets et des sites pollués, les énergies renouvelables, la pollution atmosphérique ou encore les nuisances sonores. http://www.ademe.fr/