Planète

Tamanoir

DéfinitionClassé sous :animaux , fourmilier géant , régime alimentaire du tamanoir
 
Le fourmilier géant s'adapte à la démographie humaine, car on le trouve même dans des zones densément peuplées. © Malene Thyssen, Wikipédia, GNU 1.2

Tamanoir (Linnaeus 1758) – Myrmecophaga tridactyla

  • Ordre : Pilosa
  • Sous-ordre : Vermilingua
  • Famille : Myrmecophagidae
  • Genre : Myrmecophaga
  • Taille : 0,80 à 1,20 m (longueur du museau 0,45 m - longueur de la queue 0,80 à 1,20 m)
  • Poids : 18 à 65 kg
  • Longévité : 20 à 25 ans en captivité (non connue en liberté)

Statut de conservation UICN : VU, Vulnérable

Description du tamanoir

De la taille d'un grand chien, le tamanoir ou fourmilier géant possède un long pelage rêche brunâtre sur l'ensemble du corps, à l'exception de deux bandes noires et blanches qui marquent le cou et les épaules. La crinière qui marque le dos s'étend jusqu'à la queue longue et touffue. Cette dernière est aussi longue que le corps. Les pattes sont claires et soulignées de taches noires au niveau des orteils. Le museau tubulaire est long et ressemble davantage à une trompe. La langue qu'il utilise pour capturer les termites ou les fourmis dont il se nourrit mesure près de 65 cm de long. Il ne possède pas de dents. Les oreilles rudimentaires et les yeux sont petits. Chaque patte possède cinq griffes, mais les trois griffes du milieu des pattes antérieures sont incurvées et plus longues que les autres. Sur le plan physiologique, la température interne du tamanoir ne dépasse pas 32 °C, ce qui en fait l'animal ayant la plus basse température corporelle parmi les mammifères.

Le fourmilier géant arbore une queue aussi longue que son corps. © Claudio Timm, Flickr, cc by nc sa 2.0

Habitat du tamanoir

On trouve le tamanoir dans toute l'Amérique centrale et en Amérique du Sud, à l'est de la cordillère des Andes, jusqu'au nord de l'Argentine. Il occupe aussi bien les marais ou les forêts tropicales humides et sèches que les savanes.

Comportement du tamanoir

Hormis pour les mères ayant mis bas, le tamanoir est un animal solitaire qui arpente un territoire pouvant atteindre 9.000 hectares. Habituellement diurne, il devient crépusculaire ou nocturne dans les zones de grande concentration humaine. Il se repose une quinzaine d'heures par jour en s'abritant dans un terrier abandonné, en ayant creusé une dépression dans le sol ou dans un bosquet de végétation dense. Sa queue lui sert alors de couverture. Le fourmilier géant n'est pas réputé pour avoir une bonne vue et une ouïe fine. Par contre, son odorat est extrêmement développé, car il est 40 fois plus subtil que celui de l'Homme. Ses prédateurs ne sont pas nombreux, et ceux-ci s'attaquent principalement aux jeunes, plus vulnérables. Le tamanoir adulte sait se défendre grâce à ses griffes antérieures, même face à de grands fauves tels que le jaguar ou le puma.

Reproduction du tamanoir

La gestation dure environ 190 jours au terme desquels la femelle donne naissance à un seul jeune qui pèse entre 1 et 1,3 kg. Aussitôt né, le petit grimpe sur le dos de sa mère et n'en descend que pour téter. Il est sevré entre six et neuf mois, mais reste dépendant de l'adulte pendant près de 24 mois, ou plus tôt si sa mère attend un autre bébé. Le délai de reproduction est assez variable et peut se renouveler entre 9 et 24 mois. Les jeunes sont sexuellement matures vers trois ou quatre ans.

Femelle tamanoir et son jeune. Ce dernier ne descend du dos de sa mère que pour se nourrir. © Howard Cheng, Wikipédia, GNU 1.2

Régime alimentaire du tamanoir

Le tamanoir se nourrit essentiellement de termites, de fourmis et d'invertébrés au corps mou. Il utilise les griffes de ses pattes antérieures pour éventrer les monticules de glaise ou les troncs. Les glandes salivaires enduisent la langue d'une substance collante qui permet à l'animal de capturer des milliers d'insectes en quelques minutes, à raison de 150 mouvements en une seule minute. Cependant, le tamanoir ne s'attarde pas, afin d'éviter de se faire attaquer. Malgré son épaisse fourrure, les hyménoptères peuvent lui rendre la vie difficile. Il lui arrive occasionnellement d'ingérer des baies et des fruits mûrs. Il ne se désaltère que rarement, car il trouve le liquide nécessaire dans son alimentation.

Menaces sur le tamanoir

Outre la chasse sportive et les accidents routiers de plus en plus fréquents, c'est la disparition de ses habitats pour l'agriculture intensive et l'élevage qui menace le plus le tamanoir.

Cela vous intéressera aussi