Planète

L’animal mystère : la saturnie cécropia

ActualitéClassé sous :zoologie , animal mystère , Papillon

Cette semaine, le défi était difficile. S'il était acté que l'animal mystère était une chenille, il fallait être un entomologiste confirmé et fin connaisseur des lépidoptères pour y reconnaître la larve de la saturnie cécropia.

Cette chenille peut mesurer jusqu’à huit ou dix centimètres de long deux mois après sa naissance. À l’automne, elle se barricade dans une chrysalide, de laquelle sort un grand papillon de nuit. © Tom, Flickr, cc by nc nd 2.0

Un corps vert maculé de tubercules bleus et jaunes, desquels dépassent des poils noirs. Voici les informations visuelles dont vous disposiez pour tenter de découvrir l'animal mystère de cette semaine. Pour vous aiguiller, nous vous avions laissé quelques indices complémentaires.

À vous de jouer

Indice n° 1 : La couleur de mes tubercules dépend de leur maturité et de leur localisation sur le corps.

Indice n° 2 : En m'étudiant en 1956, un zoologiste découvre une hormone fondamentale pour mon développement, ainsi que celui de mes cousins, même éloignés.

Indice n° 3 : Lorsque vient la saison des amours, à partir du mois de mai, les mâles de mon espèce peuvent sentir une femelle à plus de deux kilomètres à la ronde, voire dix kilomètres si le vent est favorable.

Qui suis-je ?

La saturnie cécropia est un papillon de nuit imposant, avec de grandes ailes noires et rouge orangé. © Marvin Smith, Wikipédia, cc by sa 2.0

Je suis la saturnie cécropia, ou Hyalophora cecropia de mon nom scientifique. Du moins son stade chenille, avant de devenir le plus grand papillon de nuit du continent nord-américain.

À l'éclosion des œufs, la chenille est minuscule, toute noire et recouverte de nombreuses soies. Les larves partent vite en quête de nourriture sur les arbres qui les ont vues naître, à savoir les érables, les bouleaux ou les cerisiers. Très vite, elles grossissent et muent en tout à quatre reprises. Elles deviennent vertes et portent des tubercules de différentes couleurs : sur le dos, près de la tête, ceux-ci sont plutôt jaune orangé, tandis que plus derrière, le jaune est plus vif. Sur les côtés, les chenilles sont bardées de tubercules bleu ciel.

Papillons de nuit aux longues ailes… et aux antennes sensibles

Menacées par les parasitoïdes ou les écureuils, les survivantes finissent par se construire une chrysalide à l'automne. La métamorphose est longue et demande plusieurs mois. Au cours du printemps, entre mai et juillet selon les latitudes, un papillon aux ailes noires et rouge orangée se déploie. Il peut mesurer jusqu'à 16 cm. Son système digestif, à commencer par sa trompe, est incomplet. Il ne survit qu'une dizaine ou une vingtaine de jours grâce aux réserves emmagasinées. Le seul objectif de l'adulte mature : se reproduire.

Les mâles se distinguent nettement des femelles grâce à la longue paire d'antennes qui dépassent de la tête. Elles captent les phéromones émises par les femelles et guident alors les mâles aux alentours, même à plusieurs kilomètres de distance. Après fécondation, la femelle pond ses œufs à l'endroit même où elle est née une année plus tôt.

C'est sur ce papillon qu'en 1956, l'entomologiste Carroll Williams a décrit dans Nature pour la première fois une hormone capable de contrôler le développement de la chenille et de la maintenir jeune, aujourd'hui nommée hormone juvénile.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi