Les vagues de chaleur sont les événements météorologiques extrêmes les plus meurtriers. © Korn V., Adobe Stock
Planète

Le réchauffement climatique tue 5 millions de personnes par an

ActualitéClassé sous :Réchauffement climatique , Urgence climatique , anomalies de températures

Le réchauffement climatique tue. Par les températures extrêmes qu'il nous impose. Et une nouvelle étude poussée fait le point sur la question aujourd'hui. Avec des conclusions plutôt inquiétantes. Si la mortalité liée à la température diminue légèrement depuis quelques années, les chercheurs annoncent qu'elle augmentera significativement avant la fin de ce siècle.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Changement climatique : comment protéger nos villes des coups de chaleur ?  Pour limiter les températures en milieu urbain lors des canicules estivales, il faut réfléchir à cette question dès la conception des aménagements, bâtiments d'habitation ou d'activité, voirie, plans de circulation, etc. Un programme d'études européen, Urban Fluxes, pose les jalons pour mieux construire les cités de demain. 

En un an et demi, la pandémie de Covid-19 a fait quelque 4 millions de victimes dans le monde. Depuis des mois, les gouvernements et les scientifiques travaillent d'arrache-pied à trouver des solutions à cette crise sanitaire majeure. Alors même qu'une autre crise, peut-être plus insidieuse, menace notre survie. La crise climatique.

On vous l'avait dit.

« On vous l'avait dit », lançait Jean Jouzel au micro de La Chaîne Parlementaire (LCP), il y a quelques jours, au moment de commenter les phénomènes climatiques extrêmes en cours un peu partout dans le monde en ce début d'été. C'est vrai, depuis des décennies, les scientifiques tirent la sonnette d'alarme. Et aujourd'hui une fois encore. Des chercheurs soulignent qu'entre 2000 et 2019, des températures trop chaudes ou trop froides ont déjà causé quelque cinq millions de morts prématurées par an.

De ça aussi, on nous avait déjà prévenus. Michael Mann, un climatologue de renom, l'évoquait dans les colonnes du New York Times récemment : les vagues de chaleur sont les plus meurtrières des événements météorologiques extrêmes. Elles tuent plus que les ouragans et les inondations.

Des travaux publiés récemment soulignaient que 30 % de la population mondiale est aujourd'hui exposée à des vagues de chaleur meurtrières pendant au moins 20 jours par an. Les chercheurs annonçaient que jusqu'à trois personnes sur quatre risqueraient de mourir de chaud à l'horizon 2100. Même si des mesures de réduction de nos émissions de gaz à effet de serre étaient prises, les chercheurs évoquaient la mise en danger d'une personne sur deux.

La mortalité due à des anomalies de températures ces deux dernières décennies. © Université Monash

Actuellement, une baisse trompeuse de la mortalité

Ce que les chercheurs notent cette fois, c'est qu'alors que les températures moyennes augmentaient de 0,26 °C, les décès liés au froid ont décru de 0,51 % alors que ceux liés au chaud ont augmenté de 0,21 %. De quoi faire globalement baisser le nombre de morts prématurées dues à la température. Un léger recul dû au réchauffement climatique tel que nous le connaissons aujourd'hui. Mais sur le long terme, les auteurs de ces travaux craignent une augmentation bien plus importante de la mortalité liée à la chaleur.

C'est justement ce que confirme une autre étude. Elle se concentre sur l'Europe et conclut que, faute de mise en place immédiate de fortes mesures d'atténuation du réchauffement climatique, la mortalité liée à la température augmentera considérablement dans les années à venir.

Les chercheurs constatent d'abord qu'entre 1998 et 2012, 7 % des décès enregistrés en Europe étaient attribuable à la température. Les températures froides ayant un impact dix fois plus important que les températures chaudes.

Une augmentation de la mortalité à venir

Dans le contexte de changement climatique, tous les modèles s'accordent à dire que les températures vont progressivement augmenter. Et les données suggèrent que le nombre total de décès attribuables à la température va se stabiliser et même diminuer dans les prochaines années. Mais ne nous réjouissons pas trop vite. Cela sera suivi d'une très forte augmentation, qui pourrait se produire entre le milieu et la fin du siècle, en fonction de nos émissions de gaz à effet de serre.

Les modèles développés par les chercheurs projettent une augmentation disproportionnée de la mortalité liée à la chaleur dans les pays méditerranéens. Dans les scénarios les plus extrêmes, les décès attribuables aux chaleurs extrêmes dépasseraient même la mortalité liée au froid !

Pour en savoir plus

La chaleur fait plus de morts chaque année qu’on ne le pense

Avec la chaleur, le risque de décès augmente. C'est établi depuis longtemps. Mais des chercheurs affirment aujourd'hui que les conséquences de températures qui montent sous l'effet du réchauffement climatique ont été sous-estimées. Selon eux, le nombre de décès liés à la chaleur est d'au moins dix fois celui que les spécialistes imaginaient.

Article de Nathalie Mayer paru le 28/06/2020

Lorsque les températures grimpent, le nombre de décès aussi. Et de manière plus marquée que le pensaient jusqu’ici les spécialistes. © bht2000, Adobe Stock

L'été vient tout juste de commencer. Et un premier pic de chaleur est déjà attendu sur la France cette semaine. Les températures devraient atteindre les 30 °C un peu partout dans le pays. Des prévisions qui font du bien au moral après un mois de juin parfois maussade. Mais qui, du point de vue de chercheurs de l’université de Colombie-Britannique (UBC, Canada) devrait plutôt nous inquiéter.

Leurs travaux concluent en effet que la chaleur tue plus que le pensaient jusqu'alors les spécialistes. Aux États-Unis, par exemple, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies estiment que 600 décès peuvent lui être attribués chaque année. Mais les chercheurs de l'UBC arrivent, entre 1997 et 2006, à une moyenne de 5.600 décès - en ne tenant compte que les 3/5 de la population. Un chiffre basé uniquement sur une association nombre de décès, quelle qu'en soit la cause, et chaleur.

Les chercheurs de l’université de Colombie-Britannique (UBC, Canada) ont lié les températures enregistrées sur une région au nombre de décès déclaré. Sans chercher à identifier les causes exactes de ces décès. Une méthode qui, selon eux, donne des résultats plus proches de la réalité lorsqu’il s’agit d’estimer l’effet de la chaleur sur la mortalité. © John Smith, Adobe Stock

Combattre la chaleur en même temps que le coronavirus

Pas besoin pour cela, d'atteindre nécessairement des températures records. Mais le risque dépend fortement de l'endroit où l'on vit. Des températures de quelque 30 °C font moins de morts dans les villes où elles sont fréquentes que dans celles où elles restent encore plus exceptionnelles. Du fait notamment de la concentration en équipements d'adaptation comme les systèmes de climatisation, par exemple.

Et la crise du coronavirus pourrait bien venir un peu plus aggraver une situation déjà rendue difficile par le réchauffement climatique. « Fournir des espaces climatisés accessibles au public les jours chauds comporte désormais des risques supplémentaires et nécessite de nouveaux protocoles pour protéger les personnes de la chaleur et des infections », explique Gregory Wellenius, professeur en santé environnementale, dans un communiqué de l’université de Boston (États-Unis).

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !