Une étude révèle l'influence méconnue du mouvement des continents sur l'évolution de la biodiversité des océans, remontant 540 millions d'années en arrière. Les effets de cette configuration continentale sur la circulation de l'oxygène dans les eaux profondes pourraient expliquer pourquoi certains écosystèmes marins se développent ou disparaissent.

 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Des sources hydrothermales océaniques entourées de vers géants On voit dans cette vidéo des sources hydrothermales trouvées sur la dorsale est pacifique. Elles sont entourées de colonies des fameux vers géants appelés Riftia pachyptila.

Et si tout s'était joué dans les abysses ? Depuis l'aubeaube de la vie sur TerreTerre, la biodiversitébiodiversité marine a évolué au gré d'une oxygénation venue des mouvements des continents, et pas seulement de l'atmosphèreatmosphère, selon une étude parue mercredi dans Nature. Des scientifiques sont parvenus, grâce à des modélisationsmodélisations en 3D, à remonter jusqu'aux temps géologiques les plus anciens pour retracer l'évolution des océans depuis environ 540 millions d'années.

C'est au début de cette période dite du CambrienCambrien que sont apparues les premières formes de vie complexe -- au-delà de simples organismes unicellulaires -- comme les trilobites, ces arthropodesarthropodes marins disparus lors d'une des premières extinctions de masseextinctions de masse. « Les grands plans d'organisation du vivant, à savoir la vie telle qu'on la connaît aujourd'hui, ont émergé il y a 500 millions d'années », détaille pour l'AFP le paléoclimatologue Alexandre Pohl, chercheur CNRS au laboratoire Biogéosciences (Dijon) et auteur principal de l'étude.

Le brassage de l'oxygène dans les eaux profondes océaniques généré par le mouvement des continents, étalé sur des millions d'années, a favorisé l'éclosion de la biodiversité marine. © Divedog, Adobe Stock
Le brassage de l'oxygène dans les eaux profondes océaniques généré par le mouvement des continents, étalé sur des millions d'années, a favorisé l'éclosion de la biodiversité marine. © Divedog, Adobe Stock

L'influence de la tectonique des plaques

Puis, au cours de l'OrdovicienOrdovicien il y a 460 millions d'années, la biodiversité a connu une véritable explosion. Probablement à la faveur d'une oxygénation des eaux, où les niveaux de concentration en oxygène rendaient les lieux propices à l'épanouissement de la faune. Il est communément admis que cette « oxygénation marine » résulte de changements en oxygène dans l'atmosphère. Mais, en affinant plusieurs modèles climatiques existants, Alexandre Pohl et son équipe ont découvert que ces évolutions ont aussi été largement dictées par la tectonique des plaquestectonique des plaques, les mouvements de réorganisation de la position des continents.

Ils ont effectué des simulations numériquessimulations numériques des courants océaniques, modifiés par la tectonique des plaques, qui montrent un « découplage majeur entre l'oxygénation de l'océan superficiel et profond », explique le chercheur de l'Université de Bourgogne-Franche Comté.

Leur modèle suggère ainsi qu'avant l'explosion de la biodiversité de l'Ordovicien, l'océan profond était pauvrement oxygéné alors même que les concentrations dans l'atmosphère étaient déjà relativement élevées. Signe que l'oxygénation des eaux profondes est intervenue ensuite par le mouvementmouvement géologique des plaques, indépendamment de ce qui se passait dans les airsairs.

Il y a 540 millions d'années, le supercontinent qui a précédé la Pangée, appelé la Pannotia, commençait à se disloquer. Au gré des reconfigurations qui s'étalent sur des millions d'années, les niveaux d'oxygène marin ont varié, jouant probablement un rôle clé pour l'évolution des espècesévolution des espèces.

Voir aussi

Combien de supercontinents la Terre a-t-elle déjà porté ?