Le fond de l'océan était à 20 °C il y a 50 millions d'années. © peangdao, Adobe Stock
Planète

Le fond de l’océan Atlantique était à 20 °C il y a 50 millions d’années !

ActualitéClassé sous :océan , atlantique , Réchauffement climatique

L'étude des sédiments marins a permis de montrer qu'il y a 50 millions d'années, le fond de l'océan Atlantique Nord était à une température extrême de 20 °C.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : existe-t-il une température maximale ?  Puisqu’il existe une température minimale qui représente l’immobilité presque absolue des atomes ou des molécules (-273,15 °C), l'impossibilité de dépasser la vitesse de la lumière impose-t-elle une température maximale ? Dans le cadre de sa série de vidéos Questions d’experts sur la physique et l’astrophysique, l’éditeur De Boeck a interrogé José-Philippe Pérez, professeur émérite à l’Université de Toulouse, afin qu’il réponde à cette question. 

Si la température de l'eau de l'océan Atlantique varie en surface en fonction des saisons et de la latitude, le fond reste à une température constante proche de 0 °C. C'est en tout cas le cas actuellement, car une nouvelle étude vient de montrer qu'il y a 50 millions d'années, le fond de l'océan Atlantique était plus chaud que les eaux de surface de la mer Méditerranée !

Les sédiments marins : véritables capsules temporelles

En forant les sédiments du fond de l'océan, des chercheurs ont ainsi pu remonter le temps sur 60 millions d'années et suivre l'évolution de la température dans cet environnement si particulier. L'analyse des caractéristiques chimiques des coquilles de petits mollusques fossiles présents dans les sédiments a ainsi montré que le fond de l'océan Atlantique a un jour été à une température extrême de 20 °C !

La température de l'eau influence en effet la construction des coquilles des mollusques et notamment la façon dont les atomes de carbone et d'oxygène sont associés. Cette méthode semble ainsi particulièrement efficace pour comprendre comment le climat a évolué au fil des derniers millions d’années.

Exemple de micro-fossile. © Hannes Grobe, Wikimedia Commons, CC By 3.0

Des taux de CO2 trois fois plus élevé qu’aujourd’hui

À l'Éocène, le fond de l’Atlantique Nord était donc à 20 °C, 15 millions d'années après la crise biologique qui a vu les dinosaures disparaître de la surface de la Terre. Cette période est associée à des taux de CO2 atmosphériques très élevés, environ trois fois la valeur actuelle. Le climat terrestre était alors très chaud, en lien avec l'important effet de serre. De nombreux fossiles de palmiers et de crocodiles ont d'ailleurs été retrouvés dans la région polaire Arctique. Cette nouvelle étude publiée dans la revue Science montre que les surfaces continentales ne sont pas les seules à avoir subi cette hausse extrême des températures, le fond des océans a également été impacté.

Dans le contexte de réchauffement climatique actuel, ce type d'étude est très important pour mieux comprendre et anticiper l’influence du CO2 sur le climat et la température des océans.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !