Planète

En images : un weekend sous les aurores boréales

ActualitéClassé sous :météorologie , vent solaire , tempête géomagnétique

Engendrée par le vent solaire, une tempête géomagnétique intense a touché le cercle polaire arctique les 27 et 28 novembre, provoquant de nombreuses aurores boréales. Une aubaine pour les photographes.

L'aurore boréale photographiée le 27 novembre depuis les îles Lofoten. © Therese van Nieuwenhoven

Notre étoile poursuit lentement son avancée dans le cycle solaire en cours, qui devrait culminer en 2012 ou 2013. Le nombre de taches à sa surface progresse et régulièrement des éruptions envoient de la matière coronale dans l'espace. Quelques jours plus tard, le plasma solaire parvient jusqu'à notre planète et s'engouffre au niveau des pôles où le bouclier magnétique terrestre est le plus fragile. L'entrée des particules solaires énergétiques dans la haute atmosphère se traduit par l'ionisation des atomes d'oxygène qui produisent une belle lumière verte par fluorescence.

Ce phénomène concerne toutes les planètes dotées d'un champ magnétique et d'une atmosphère. La sonde Cassini a pu ainsi filmer une spectaculaire aurore polaire sur Saturne. Sur Terre, la plupart des aurores sont observées autour du pôle Nord car les activités humaines y sont plus nombreuses. C'est pour cela que l'Agence spatiale canadienne a créé il y a quelques semaines un nouveau site Internet, Auroramax, dédié aux aurores qui illuminent le ciel canadien. Mais il s'en produit également au pôle Sud, comme l'aurore australe du 29 mai dernier, observée par l'équipage de la Station spatiale internationale.

Draperies vertes

Le weekend dernier, les observateurs situés aux hautes latitudes ont eu le bonheur de voir le ciel nocturne s'illuminer à nouveau. Le 27 novembre, Therese van Nieuwenhoven admirait le spectacle depuis les îles Lofoten, en Norvège, et le décrivait comme une explosion de lumières aurorales inattendues, pendant que les magnétomètres s'agitaient. Il y a trois ans cette Hollandaise tombait amoureuse des lieux et s'y installait avec son ami pour y créer un centre d'observation des lumières polaires qui accueille les visiteurs. Nul doute que ce site va connaître une fréquentation en hausse dans les deux ans à venir.

Aurore boréale en Norvège. © Therese van Nieuwenhoven

Toujours en Norvège, le même soir, Bjørn Jørgensen photographiait l'aurore en train de se déployer au-dessus des sommets enneigés dans la région de Tromsø.

Aurore boréale au-dessus de sommets enneigés. © Bjørn Jørgensen

Même bonheur pour un autre photographe norvégien, Ivan Kravjansky.

Aurore boréale norvégienne. © Ivan Kravjansky

Plus au sud, en Écosse, Graeme Whipps pouvait saisir la coloration verte du phénomène au ras de l'horizon nord. L'intensité de cette aurore n'était en effet pas suffisante pour qu'elle devienne bien visible aux latitudes plus basses.

Aurore boréale en Écosse. © Graeme Whipps

Le soir suivant, dimanche 28 novembre, on pouvait encore voir les restes de cette aurore boréale, comme a pu le constater le photographe Franck Olsen depuis l'île norvégienne de Kvaløya, malgré la présence de nuages.

Restes d'une aurore boréale. © Franck Olsen

Les images que nous vous présentons dans cet article proviennent toutes du site spaceweather.com, qui publie régulièrement les photographies de ces phénomènes à grand spectacle.

Cela vous intéressera aussi