Les ingénieurs de la Nasa ont fait sensation au cours de l'European Planetary Science Congress (EPSC) en présentant le premier film d'une aurore boréale observée sur Saturne par la sonde Cassini.
Cela vous intéressera aussi

La dernière édition de l'EPSC qui s'est déroulée à Rome du 19 au 24 septembre accueillait 550 chercheurs planétaires du monde entier. Pendant cinq jours ils ont pu présenter leurs travaux et débattre dans les 48 conférences et ateliers proposés. Ils n'ont pas manqué d'aborder l'un des grands sujets d'actualité qu'est l'activité solaire et ses effets dans le Système solaireSystème solaire. La reprise de cette activité et les nombreuses éruptions attendues d'ici le maximum solaire de 2013 mobilisent les scientifiques, comme en témoigne le tout nouveau site internetinternet ouvert par l'Agence Spatiale CanadienneAgence Spatiale Canadienne qui est dédié à l'observation des aurores boréales terrestres.

Ces aurores résultent de l'arrivée d'ionsions solaires qui, après avoir traversé le bouclier magnétique plus faible au niveau des pôles, excitent les atomesatomes présents dans l'atmosphèreatmosphère et déclenchent des phénomènes lumineux qui ressemblent à de grandes draperiesdraperies célestes. Ces aurores concernent également toutes les planètes dotées d'un champ magnétiquechamp magnétique et d'une atmosphère, ce qui explique qu'on a pu en observer ailleurs dans le Système solaire.


Le spectro-imageur VIMS embarqué à bord de la sonde Cassini a fourni les images nécessaires à la réalisation de cette animation montrant une aurore boréale sur Saturne. Nasa/JPL/University of Arizona/University of Leicester

La Danse des Esprits sur Saturne

La première aurore polaireaurore polaire sur SaturneSaturne a été observée en 1979 par la sonde Pioneer 11. Depuis 2004 la sonde Cassini étudie le rayonnement radioradio auroral kilométrique de Saturne, ou SKR (pour Saturn Kilometric Radiation). Ces émissionsémissions radio aurorales se développent près des pôles magnétiquespôles magnétiques le long des lignes de champ magnétique. Il y a deux ans la sonde a traversé l'aurore radio de la planète, utilisant VIMS, un imageur spectral qui effectue des observations dans le visible et l'infrarougeinfrarouge, pour réaliser un film montrant le déplacement des draperies d'une aurore filmée pendant deux jours. Jusqu'à présent les scientifiques n'avaient que des photos du phénomène, comme celle réalisée par Cassini au cours de la double aurore de 2009.

Pour Tom Stallard, membre de l'équipe internationale qui a analysé 1000 des 7000 images fournies par VIMS, ce film est avant tout destiné à mieux comprendre la nature globale de la région aurorale ; selon lui, "les aurores sur Saturne sont très complexes et nous ne faisons que commencer à comprendre tous les facteurs impliqués". Tout comme les peuples Inuit qui étaient fascinés par la Danse des Esprits à laquelle ils croyaient assister quand se déroulait une aurore boréale terrestre, les planétologues restent sous le charmecharme d'un phénomène qu'on observe aussi à plus d'un milliard de kilomètres.