Les dinosaures sont une source sans doute inépuisable de découvertes. © warpaintcobra, Adobe Stock
Planète

Les plus grandes et les plus belles découvertes sur les dinosaures en 2020

ActualitéClassé sous :dinosaure , Grandes découvertes , astéroïde

En 2020, de belles choses ont parsemé ce qui a semblé être pour beaucoup une année catastrophique. Voici quelques-unes des nouvelles du monde des dinosaures.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Ce petit dinosaure volait de branche en branche il y a 163 millions d’années  Ambopteryx longibrachium est un nouveau petit dinosaure dont le fossile a été découvert par un paysan aux abords de son village en Chine en 2017. Regardez comment cette créature se déplaçait dans la forêt où il chassait au cours du Jurassique supérieur. Ses ailes membraneuses lui permettaient de s’essayer au vol bien avant les oiseaux. 

Bien que de nombreuses personnes attendent avec impatience la fin de cette année 2020, elle a été parsemée de belles découvertes. Notamment en paléontologie. Les scientifiques ont déniché pléthore de nouveautés sur les dinosaures, ces êtres disparus il y a des millions d'années qui fascinent petits et grands. Voici un florilège de quelques-unes de ces trouvailles.

Dans la tête

Pour la première fois, des chercheurs sont parvenus à reconstituer l'intégralité d'un cerveau de dinosaure. Plus précisément de Buriolestes schultzi, considéré comme l'un des premiers membres de la lignée des sauropodes. Son neurocrâne, daté d'environ 233 millions d'années, a éclairé plusieurs de ses capacités.

Le paléontologue Rodrigo Müller manipulant le squelette fossilisé de Buriolestes schultzi. © Universidade federal de Santa Maria

Mauvaise digestion

Un autre dinosaure a fait parler de lui grâce à son état de conservation. Cette fois, il s'agit d'un Borealopelta markmitchelli. Il a offert aux scientifiques une fenêtre sur le passé : le contenu de son estomac était intact. Pendant 110 millions d'années, les végétaux dont il a fait son dernier repas sont restés dans un état suffisamment bon pour les étudier.

Presque !

Le troisième dinosaure pour lequel l'encre a coulé... n'en était pas un. Pesant à peine deux grammes, il aurait été le plus petit dinosaure jamais découvert. En réalité, cette petite bête serait un lézard. Ce qui montre, une fois de plus, les difficultés auxquelles sont confrontés les paléontologues pour classifier ces animaux dont les restes sont parfois très partiels.

Poulet chevelu

Cette année a aussi vu la découverte d'un dinosaure « qui ne ressemble à aucun autre », estime David Martill, l'un des auteurs de l'étude. Avec ses « spaghettis » dressés sur les épaules et sa pseudo-fourrure colorée sur le dos, nul doute que Ubirajara jubatus est un original.

Ubirajara jubatus est nommé d'après un nom indien Tupi qui signifie « seigneur de la lance », en référence à ses structures tégumentaires, et jubatus, du latin « crinière » ou « comète chevelue ». © Bob Nicholls, Paleocreations.com 2020

Cellules cancéreuses

Quant à ce Centrosaurus apertus, sa couverture médiatique provient d'une raison moins amusante. Un cancer des os a été diagnostiqué chez ce dinosaure quelque 77 millions d'années après sa mort. Jusqu'à présent, aucun dinosaure n'avait prouvé que cette maladie les touchait !

Adapte de la natation ?

Jusqu'ici, aucune preuve ne permettait de dire que les dinosaures nageaient. Certains indices, apportés par Spinosaurus aegyptiacus, semblent indiquer qu'il aurait pu pêcher dans l'eau. Mais rien n'est encore formel.

Le dernier « raptor »

Ce Dineobellator notohesperus, un dinosaure à plumes, était peut-être l'une des dernières espèces de « raptor », ainsi qu'un cousin du fameux vélociraptor. Il a en tout cas dévoilé plusieurs de ses caractéristiques physiques, 67 millions d'années après avoir parcouru la Terre.

Vue d'artiste de l'espèce Dineobellator notohesperus. © Sergey Krasovskiy

Des bébés mini adultes

Contrairement aux bébés humains, les bébés dinosaures ressemblaient peut-être déjà aux adultes de leur espèce. C'est ce que semble montrer l'étude d'un jeune platéosaure. Bien que contredite par l'exemple des juvéniles Mussaurus.

La fin du suspense ?

L'origine de la disparition des dinosaures, il y a quelque 66 millions d'années, est toujours sujette à discussions. A-t-elle été causée par la chute d'un astéroïde ou par des éruptions volcaniques ? Une nouvelle étude soutient que seul l'astéroïde serait responsable.

William Buckland et les podcasts

Il ne s'agit pas d'une découverte, mais plutôt d'une rencontre. Au travers d'un podcast maison, Futura vous conte l'histoire de William Buckland, la première personne à avoir découvert un dinosaure !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !