Planète

Passage à l'heure d'été : des économies en baisse mais toujours réelles

ActualitéClassé sous :développement durable , Heure d’été , heure d’hiver

Hier, les montres, réveils et horloges ont fait un bond dans le temps et sont passés instantanément de 2 heures à 3 heures du matin. Cette gymnastique temporelle biannuelle qui entérine la fin de l'été ou de l'hiver est devenue la règle en France depuis 1976 et les chocs pétroliers. Une nouvelle étude confirme l'intérêt énergétique de cette mesure, même si celui-ci se réduit.

Le changement d’heure en hiver et en été a généré 440 GWh d’économie en éclairage en 2009. © Fdecomite CC by 2.0

Pour la quatrième fois depuis son rétablissement en 1976, suite aux chocs pétroliers, les bénéfices énergétiques du passage à l'heure d'été ont été évalués. Selon l'étude commandée par l'Ademe à Energie Demain, les économies engendrées par le changement d'heure sont en baisse par rapport à 2007 et continueront à diminuer jusqu'en 2030.

Cependant, la réduction de la consommation énergétique annuelle de la France reste réelle. En 2009, les économies dues à l'éclairage représentaient 440 gigawatts-heures (GWh), soit une réduction des émissions de CO2 de 44.000 tonnes. Il est en effet considéré que l'éclairage, dont l'usage est très variable, fait appel aux modes de production thermique (centrale à pétrole, à charbon).

En ce qui concerne les usages thermiques (chauffage et climatisation), plus difficile à estimer, l'économie d'énergie devrait se situer aux alentours de 190 GWh si les proportions de 2006 sont conservées.

En effet, les économies atteignaient 470 GWh pour l'éclairage et 210 GWh pour les usages thermiques en 2006, ce qui représentait un allégement d'environ 35 millions d'euros de la facture énergétique nationale. Selon l'étude d'Energie Demain, ces économies ne devraient plus être que de 340 GWh et 130 GWh respectivement en 2030.

« Monsignor, il est huit or, l’or de se lever… »

Si les bénéfices du changement d'heure diminuent, c'est à cause ou plutôt grâce à l'amélioration de l'efficacité énergétique des équipements comme les lampes à basse consommation ou l'éclairage public adapté à la luminosité ambiante. La consommation énergétique étant ainsi diminuée, les effets du changement d'heure se font moins sentir.

Le changement d'heure présente un second avantage. En réduisant les besoins électriques, il réduit aussi l'importance des pics de consommation automnaux et printaniers. En 2009, ce changement d'heure a réduit la puissance appelée à 19 heures de 3,5 GW, soulageant ainsi les réseaux électriques.

Si l'étude commandée par l'Ademe souligne les bienfaits du passage à l'heure d'été pour la consommation électrique, cette gymnastique temporelle a aussi un impact sur les rythmes biologiques de l'homme et des animaux domestiques. Il a en effet été démontré que le décalage de l'heure de traite altérait la quantité de lait produite ainsi que sa qualité.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi