Par leur composition, les planches de MDF, d'aggloméré, de contreplaqué utilisées dans la fabrication de meubles, émettent pendant très longtemps des composés organiques volatils (COV). Alternatifs au formaldéhyde, les végétaux oléagineux ont une carte à jouer. © Zhanna
Maison

Une nouvelle résine végétale pour des bois composites sans formaldéhyde

ActualitéClassé sous :matériau , bois composite , formaldéhyde

Connu pour sa toxicité, le formaldéhyde utilisé dans la fabrication des planches en bois composite pourrait à terme être remplacé par une solution plus saine pour l'environnement et notre santé. Focus sur la résine végétale Green Ultimate.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview 1/5 : la pollution de l'air est omniprésente  Nous sommes en permanence confrontés à une menace invisible et insidieuse : la pollution atmosphérique. Philippe Hubert, directeur des risques chroniques de l’Ineris (Institut national de l'environnement industriel et des risques), nous en explique les causes et nous décrit les normes en matière de pollution de l’air. 

Logements, bureaux, crèches, écoles... nous passons près de 90 % de notre temps enfermés, confinés dans une atmosphère jusqu'à 15 fois plus polluée qu'à l'extérieur. Parmi les composants responsables de cette pollution intérieure : le formaldéhyde un composé organique volatil (COV) responsable de bien des maux. Produit bon marché, le formaldéhyde est utilisé comme fixateur et liant, il représente 10 à 15 % d'un panneau en bois composite.

Une solution adhésive végétale où le formaldéhyde est remplacé par des tourteaux d’oléoprotéagineux. Une première mondiale !

Pour remplacer ce COV (responsable de l'irritation des muqueuses), Evertree, une jeune entreprise française, a planché sur le sujet. Résultat de ses recherches : une solution adhésive végétale où le formaldéhyde (urée-formaldéhyde UF) est remplacé par des tourteaux d'oléoprotéagineux. Une première mondiale !

Quand la chimie végétale remplace la pétrochimie

Ces tourteaux sont obtenus à la suite d'un processus dit de trituration des plantes oléagineuses dans les usines du groupe « Avril » situées en Gironde et dans l'Aube. Les graines de colza et de tournesol sont broyées, puis aplaties pour donner des flocons. Ces derniers sont ensuite cuits, mis sous pression pour produire une huile brute de pression et le tourteau. Ce résidu (ou coproduit) passe ensuite entre les mains des spécialistes de la chimie végétale pour être transformé en solution adhésive.

Collectées auprès de 100.000 agriculteurs, les graines de colza et de tournesol sont transformées en huiles, laissant de côté un résidu : le tourteau. C'est ce dernier qui est récupéré pour être transformé en solution adhésive afin de remplacer le formaldéhyde traditionnellement utilisé dans la fabrication des bois composites. © Evertree

Un bois composite 100 % végétal et local

Cette solution adhésive, baptisée Green Ultimate, est associée à des bois issus des forêts corréziennes gérées durablement pour produire les premiers panneaux en bois composite 100 % végétal. Fabriqués et distribués par la société « Panneaux de Corrèze », ces panneaux en MDF devraient être disponibles depuis le premier trimestre. Une première étape avant de fabriquer des meubles, parquets, jouets « 100 % végétal ». Pour aller plus loin dans cette démarche, accompagnée par la FCBA et soutenue par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), il reste encore à fédérer les industriels autour de ce projet. 

Les bois composites utilisant la solution « Green ultimate » n'émettent pas plus de formaldéhyde que le bois naturel, soit moins de 0,01 ppm (partie par million). ©Evertree

Le formaldéhyde en question

Outre les panneaux de bois composite, le formaldéhyde se retrouve également dans la composition du polyuréthane et des détergents, entre autres. Il est donc présent absolument partout. Pour éviter que ce gaz très volatil ne se retrouve en trop forte concentration dans une pièce, il faut la ventiler correctement au moins 15 minutes par jour.

Les problèmes de santé causés par le formaldéhyde se situent surtout lors de la transformation de la matière première, de la fabrication des stratifiés. L'exposition à ce gaz étant responsable du cancer du nasopharynx qui est reconnu comme maladie professionnelle. L'utilisation d'une résine végétale comme celle conçue par Evertree permettra aux consommateurs de profiter d'un air sain et aux professionnels de réduire les risques liés à ce type de cancer. Une affaire à suivre...

  • 3 millions de tonnes de résine contenant du formaldéhyde sont utilisée chaque année.
  • 20 millions de tourteaux issus de plantes oléagineuses sont produits par an au sein de l'Union européenne.
  • Comparée à une tonne de résine urée-formaldéhyde, la fabrication d’une tonne de résine végétale réduit de 60 % les émissions de CO2.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !