Depuis plusieurs mois, la France est frappée de plein fouet par une crise énergétique qui amène à se poser des questions. La semaine dernière, le gouvernement français a tenté d’y apporter de nouvelles réponses. Des réponses qui pourraient suffire à « passer l’hiver », mais manquer d’ambition et d’une vision à plus long terme de la situation.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La transition énergétique en marche Alors que la Terre continue de se réchauffer et que les gaz à effet de serre continuent de s’accumuler dans notre atmosphère, il semble légitime de se demander quand la transition énergétique tant annoncée deviendra enfin réalité. Nous avons rencontré Michael Webber, responsable science et technologie chez Engie. Il nous apporte notamment des réponses teintées d’optimisme aux deux questions suivantes : Combien de temps va prendre la transition énergétique ? Cette transition sera-t-elle lente ou rapide ? © Futura

La semaine dernière, le gouvernement a présenté les détails de son plan de sobriété énergétique. Un plan destiné à économiser quelque 10 % de notre consommation d'électricité. Soit 50 TWh. Objectif principal : nous permettre de « passer l'hiverhiver » sans risquer de coupures.

Des bâtiments chauffés à 18 °C en cas de tension sur le réseau dans l'administration, une baisse de la température des piscines et des gymnases de respectivement 1 et 2 °C, une extinction des enseignes lumineuses entre 1 heure et 6 heures du matin, un appel aux particuliers à ne pas chauffer leur logement au-delà de 19 °C, des fonctionnaires qui passent de 130 à 110 km/h sur autoroute, etc. Ce sont quelques-unes des pistes lancées par le gouvernement. Mais ce plan sera-t-il suivi ? Et sera-t-il suffisant pour éviter les coupures tant redoutées ?

Les experts de la question saluent d'une part l'effort enfin engagé par le gouvernement en matièrematière de sobriété. Même s'ils estiment que pour un maximum d'efficacité, ce plan aurait dû être présenté et expliqué bien plus tôt dans l'année. Les experts soulignent d'autre part que la France reste à ce jour le seul pays européen à avoir présenté un tel plan de sobriété.

Cette fois enfin, tous les secteurs de l'économie et à tous les acteurs de la société sont appelés à se mobiliser. Les experts notent toutefois que les économies les plus importantes viendront probablement des mesures annoncées sur le chauffage. Si les consignes sont respectées, elles pourraient presque à elles seules suffirent à faire baisser suffisamment notre consommation pour nous mettre à l'abri de coupures d’électricité pendant l'hiver qui arrive.

Sur le terrain, il sera difficile, voire impossible de vérifier que les mesures sont bien suivies. Pas de <em>« police des températures »</em>, évidemment, pour vérifier le réglage des thermostats dans les logements. © mpix-foto, Adobe Stock
Sur le terrain, il sera difficile, voire impossible de vérifier que les mesures sont bien suivies. Pas de « police des températures », évidemment, pour vérifier le réglage des thermostats dans les logements. © mpix-foto, Adobe Stock

Des mesures intéressantes malgré un manque d’ambition

Certains pointent déjà du doigt d'autres mesures, jugées « totalement inutiles » tant elles génèreraient des économies « ridiculement faibles ». Le fait d'éteindre les enseignes lumineuses ou les panneaux publicitaires ou encore l'éclairage des monuments historiques en période de tension, par exemple. D'autres y voient des « mesures symboliques », au sens noble du terme. Des mesures qui, même si leur potentiel en matière d'économies est faible, envoient le signal que la société tout entière est en train de changer.

Ce que les experts continuent malgré tout de regretter, c'est l'absence de vision à long terme, de mesures concrètes pour l'avenir. L'impression amère que laisse le plan de sobriété présenté par le gouvernement que l'on tente ni plus ni moins de répondre à une situation d'urgence par quelques écogestes. Pas de place dans toutes ces mesures pour la question climatique et la nécessité absolue que nous avons à réduire nos consommations si nous espérons atteindre notre objectif de zéro émissionémission nette en 2050.

Les critiques se concentrent ainsi sur le fait de poursuivre sur la voie de « subventions à la consommation d'énergie fossileénergie fossile ». Il y a urgence à soulager les Français d'une part de leur facture énergétique, mais ne serait-ce pas l'occasion de se poser la question, par exemple, de notre manière de nous déplacer ou d'aménager notre pays ? Les sommes allouées par le gouvernement, et par Total notamment, aux « ristournes sur l'essence » n'auraient-elles finalement pas été mieux investies dans le déploiement de productions bas carbonecarbone, la mise sur le marché de véhicules plus économes en énergie ou encore la promotion de solutions de mobilité différentes comme le train ou le vélo. Pour permettre, le plus rapidement possible, à nos activités et à nos vies de continuer sereinement dans un monde sans énergies fossiles.


La France risque-t-elle un black-out ? « La situation n’est certainement pas passagère »

En ce début d'automneautomne, les températures ont commencé à baisser. Et dans le climatclimat actuel de crise énergétique que nous vivons, les inquiétudes sont nombreuses. Devons-nous craindre des coupures d'électricité ? Un rationnement ? Pire, la France risque-t-elle un black-out du genre de celui qui a ébranlé le Texas l'hiver dernier ? Pour mieux comprendre, nous avons interrogé Phuc-Vinh Nguyen, chercheur à l'Institut Jacques Delors.

Article de Nathalie MayerNathalie Mayer paru le 08/10/2022

Allons-nous manquer d’électricité cet hiver ? Si nous nous mobilisons pour économiser notre énergie, vraisemblablement pas, nous assurent les experts de la question. © PhotoGranary, Adobe Stock
Allons-nous manquer d’électricité cet hiver ? Si nous nous mobilisons pour économiser notre énergie, vraisemblablement pas, nous assurent les experts de la question. © PhotoGranary, Adobe Stock

Il y a quelques jours, France Télévisions a annoncé une sorte de révolution. Le groupe audiovisuel relaye sur ses antennes Ecowatt, une météométéo de l'électricité ! Pour répondre à l'appel à la mobilisation générale à l'heure où la crise énergétique frappe à nos portes. Et remplir ainsi pleinement sa « mission de service public ». La situation est-elle aussi critique ?

Les experts se veulent rassurants. RTE, le gestionnaire du réseau de transport de l'électricité en France, en tête. Il y a quelques jours, son étude prévisionnelle pour l'hiver 2022-2023 excluait ainsi tout risque de black-out. N'entrevoyant, dans le pire des cas, que des risques de coupures localisées. Des risques qui pourraient même être évités par une baisse de consommation choisie et bien sentie. D'où la décision de France Télévisions, de nous accompagner dans nos efforts de sobriété.

Écowatt, c’est le <em>« référent météo de l’électricité »</em> mis en place par RTE. Un site qui prévoit les difficultés à venir pour le réseau, les moments de tension. Et qui donne des recommandations à ceux qui souhaitent aider en adaptant leurs consommations aux bons moments. Pour l’heure, RTE prévoit qu’au cours de l’hiver 2022-2023, les alertes Écowatt devraient rester peu nombreuses. © RTE
Écowatt, c’est le « référent météo de l’électricité » mis en place par RTE. Un site qui prévoit les difficultés à venir pour le réseau, les moments de tension. Et qui donne des recommandations à ceux qui souhaitent aider en adaptant leurs consommations aux bons moments. Pour l’heure, RTE prévoit qu’au cours de l’hiver 2022-2023, les alertes Écowatt devraient rester peu nombreuses. © RTE

Pas de rationnement, mais bien un appel à la sobriété

« Nous avons les cartes en main », nous confirme Phuc-Vinh Nguyen, chercheur à l'Institut Jacques Delors. Juste avant de nous rappeler, en guise de preuve, que « le Japon l'a fait, après l'accidentaccident de Fukushima. La production d'électricité du pays avait chuté. Il fallait réduire la consommation. La mobilisation a été générale. Et des économies d’électricité de 15 % ont été réalisées. » Ce que RTERTE nous demande pour l'hiver à venir, c'est une baisse de notre consommation de « seulement » 1 à 5 % pendant les périodes de tension. De 15 %, peut-être, dans le scénario extrême qui cumulerait les aléas défavorables - faible reprise de la production d’électricité nucléaire et températures anormalement basses, par exemple. « C'est tout à fait jouable », nous assure Phuc-Vinh Nguyen. Sans avoir recours à des mesures de rationnement. « D'autant que l'augmentation des prix de l'énergie va se poser comme une sorte d'alliée de circonstance. »

Le saviez-vous ?

Les experts parlent de black-out en cas de totale perte de contrôle du système électrique. C’est arrivé récemment au Texas (États-Unis). En février 2021, des millions de personnes ont été privés d’électricité. Brutalement et pendant plusieurs jours. « Jusqu’ici, l’architecture du marché et du réseau européens a toujours permis d’éviter d’en arriver là, souligne pour nous Phuc-Vinh Nguyen, chercheur à l’Institut Jacques Delors. On l’oublie facilement, mais c’est vraiment remarquable. »

L'occasion de souligner que « si tous les Français doivent être mis à contribution, la sobriété ne peut pas s'appliquer à tous de la même manière. Des efforts plus importants doivent être demandés à ceux qui ont la capacité financière de mieux isoler leur logement, par exemple. La consigne de baisser de 1 °C le thermostat de son chauffage ne s'applique évidemment pas à ceux qui ne se chauffent déjà qu'à 19 °C ou moins pour les précaires énergétiques. Et il est important aussi de montrer qu'on peut vivre à cette température sans difficulté. Tout en gardant à l'esprit de ne pas blâmer ceux qui n'y arrivent pas. Les personnes âgées ont peut-être besoin de plus de chaleurchaleur. Charge au gouvernement d'éviter les couacs de communication. »

Au-delà des indispensables économies d’électricité auxquelles nous devrons consentir cet hiver, interviendra aussi la question, régulièrement moquée dans le débat, du report de nos consommations. Des efforts que nous pourrons faire pour lancer nos machines à laver à 22 heures plutôt qu’à 19 heures. Pour éviter au réseau d’avoir à absorber des pics de consommation trop importants qui pourraient le déstabiliser. © RTE
Au-delà des indispensables économies d’électricité auxquelles nous devrons consentir cet hiver, interviendra aussi la question, régulièrement moquée dans le débat, du report de nos consommations. Des efforts que nous pourrons faire pour lancer nos machines à laver à 22 heures plutôt qu’à 19 heures. Pour éviter au réseau d’avoir à absorber des pics de consommation trop importants qui pourraient le déstabiliser. © RTE

Une sobriété choisie plutôt que des coupures subies

Et bien entendu, s'il est question de mobilisation générale, il faut comprendre que les particuliers ne seront pas les seuls mis à contribution. « Au Japon, à l'époque de Fukushima, ils ont vu comme une évidence d'éteindre les panneaux publicitaires. En France, cela continue de faire débat. C'est, là encore au gouvernement de peser sur ces questions, commente pour nous Phuc-Vinh Nguyen. Tout comme il est de sa responsabilité de discuter avec les industriels pour mettre à jour les leviers qui pourront être actionnés au cœur de l'hiver. Il va falloir être inventif. Trouver des accords avec les syndicats. Et il va falloir le faire vite. »

Notre président Emmanuel Macron l’a annoncé en ce début de mois de septembre : la France va livrer du gaz à l’Allemagne. <em>« Nous avons tout intérêt à fournir du gaz à l’Allemagne. Car le pays produit notamment de l’électricité à partir de gaz. On peut ainsi espérer que la solidarité européenne continuera de jouer si cet hiver, nous nous trouvons en manque d’électricité »</em>, commente pour nous Phuc-Vinh Nguyen. Car rappelons que la France se chauffe largement à l’électricité. Et que pour faire face aux baisses de température, elle importe alors régulièrement une électricité produite par ses voisins. © malp, Adobe Stock
Notre président Emmanuel Macron l’a annoncé en ce début de mois de septembre : la France va livrer du gaz à l’Allemagne. « Nous avons tout intérêt à fournir du gaz à l’Allemagne. Car le pays produit notamment de l’électricité à partir de gaz. On peut ainsi espérer que la solidarité européenne continuera de jouer si cet hiver, nous nous trouvons en manque d’électricité », commente pour nous Phuc-Vinh Nguyen. Car rappelons que la France se chauffe largement à l’électricité. Et que pour faire face aux baisses de température, elle importe alors régulièrement une électricité produite par ses voisins. © malp, Adobe Stock

Pour nous aider à surmonter cette nouvelle crise, aurons-nous droit, cet hiver, à des points hebdomadaires d'Agnès Pannier-Runacher, notre ministre de la Transition énergétiqueTransition énergétique ? Un peu comme ceux d'OlivierOlivier Véran, alors ministre de la Santé, qui avaient rythmé la période Covid. « Elle pourrait apparaître comme un référent qui nous expliquerait ce qui est bien fait, ce qui l'est moins bien, ce qui peut être amélioré », envisage le chercheur de l'Institut Jacques Delors. Le tout avec pédagogie. Parce que toutes ces questions restent très techniques. Et parce que le véritable enjeu, c'est bien de nous accompagner dans nos changements de comportement. « Nous devons nous mettre en tête que cette situation, si elle est un peu nouvelle, n'est certainement pas passagère. L'hiver 2023/2024 risque d'ailleurs d'être encore plus délicat à vivre », nous prévient d'ores et déjà Phuc-Vinh Nguyen. En cause, une fois de plus, notre dépendance au gaz russe. Car si cette année, nous avons pu remplir nos stockages (ils le sont, en France, à plus de 94 %), rien ne dit que Gazprom ouvrira les vannes pour nous permettre de faire de même l'année prochaine. Le Premier ministre belge, Alexander De Croo, l'évoquait dès la fin de ce mois d'août : « Les cinq à dix prochains hivers seront difficiles. »

« Préparons-nous ! Et préparons-nous de la meilleure des manières possibles. Sans coupures, sans rationnement. Avec la juste dose de sobriété. Celle que nous avons la possibilité encore aujourd'hui d'installer de manière choisie et dans la bienveillance. »