Une caméra miniature dissimulée dans un banal paquet de cigarettes, une valise en plastique ABS résistant aux conditions extrêmes et presque indestructible, un drone dirigeable autonome - sous la forme d'un catamaran des airs (voir notre dossier  ) - dédié à la surveillance et à la détection des mines, un robot-vigile pouvant être équipé de 200 capteurs différents, tels qu'une caméra infrarouge et un nez renifleur de bombes chimiques.

Sommes-nous en train de visiter le supermarché de James Bond ? Non ! Nous arpentons seulement les allées du Salon mondial de la sécurité intérieure des Etats Milipol, qui se tient du 22 au 25 Novembre au Bourget.

La quatorzième édition du Salon mondial de la sécurité intérieure des Etats<br />se tient du 22 au 25 Novembre au Bourget

La quatorzième édition du Salon mondial de la sécurité intérieure des Etats
se tient du 22 au 25 Novembre au Bourget

Une nouvelle carte d'identité biométrique… Mais payante…

Identité nationale électronique sécurisée, ou INESINES pour les intimes : tel est le nom de code de la future carte d'identité biométrique dont la France compte se doter à partir de 2006. Et ce afin de pouvoir identifier un citoyen par reconnaissance palmaire et faciale, mais surtout dans le but de suivre les recommandations de l'Union européenne et d'accéder aux desiderata américains en matièrematière de lutte contre le terrorisme.

Cette nouvelle carte d'identité contiendra une puce électronique, située au dessus de la photo traditionnelle, qui stockera à la fois les empreintes digitalesempreintes digitales et la photo numérisée de son propriétaire. A l'occasion de sa visite sur le salon Milipol, Dominique de Villepin a déclaré que, dans un futur proche, l'irisiris de l'œilœil pourrait être également utilisé comme identifiant biométrique.

Cette nouvelle carte d'identité, dont la fabrication débutera en 2006, devrait être obligatoire d'ici cinq ans, et se généraliser progressivement aux cartes Vitale, passeports, permis de conduire et cartes de séjour.

Le prix ? Le gouvernement estime le coût du système INES à 205 millions d'euros par an. La société Zéphyr Technologies, présente sur le salon, avance un tarif de 50 euros par exemplaire, mais précise qu'il dépendra du volumevolume de cartes émises. En tous cas, le ministre a fait savoir qu'elle serait payante : selon lui, « c'est le prix de la sécurité ».

Après la photographie et les empreintes digitales numérisées,<br /> L'iris de l'oeil bientôt sur notre carte d'identité ?

Après la photographie et les empreintes digitales numérisées,
L'iris de l'oeil bientôt sur notre carte d'identité ?

De nouveaux robots de surveillance

La société Robowatch Technologies, qui tenait un stand sur le salon Milipol, a mis au point plusieurs modèles de robots de surveillance, pour l'intérieur comme pour l'extérieur.

MOSRO, le vigile de demain ?

Il pèse 25 kilogrammeskilogrammes, a une autonomieautonomie de 14 heures, se déplace à la vitessevitesse de quatre kilomètres à l'heure et peut même emprunter les ascenseursascenseurs. MOSRO, le vigile du futur, a été conçu pour la surveillance intérieure, et est déjà utilisé par de nombreuses compagnies dans le monde.

Les tâches accomplies par ce robotrobot peuvent être multiples, en fonction du lieu et du contexte de son utilisation. A cet effet, près de 200 capteurscapteurs différents sont proposés aux clients. Les principaux composants du système sont les suivants :

  • Des caméras de surveillance ;
  • Des sonarssonars d'une portée de dix mètres et des capteurs infrarouges, utilisés pour la navigation du robot ;
  • Des capteurs infrarouges passifs, d'une portée approximative de 12 mètres, pouvant détecter à 360 degrés les émissionsémissions de chaleurchaleur d'un corps en mouvement ;
  • Des détecteurs de gazgaz et de fumée ;
  • Un système de reconnaissance palmaire.

Toutes les données qu'il recueille sont transmises à ses « collègues » humains par LANLAN, ISDNISDN, DSLDSL, GPRSGPRS...

Le robot Mosro en "faction" dans un centre commercial <br />(Crédits : Robowatch Technologies)

Le robot Mosro en "faction" dans un centre commercial
(Crédits : Robowatch Technologies)

Le terrain de jeu préféré de MOSRO reste les grands espaces intérieurs :

  • Les stades (des robots MOSRO seront probablement utilisés lors de la prochaine coupe du monde de football, en Allemagne) ;
  • Les industries (notamment dans les industries pharmaceutiques ou les pièces blanches) ;
  • Les entrepôts, pour la surveillance des stocks et la détection des départs de feufeu.

OFRO, le grand frère

Son grand frère OFRO, équipé de chenilleschenilles, pèse 50 kilogrammes et se déplace à une vitesse de 7,2 kilomètres à l'heure. Il a été conçu pour œuvrer à l'extérieur, par exemple dans les aéroports ou sur des bases militaires.

OFRO+detect, une évolution du modèle de base, peut « renifler » l'air ambiant, déterminer le type et la concentration des gaz toxiques présents dans un endroit donné, ou détecter la présence de substances radioactives. Et ce, sans mettre de vie humaine en danger.

Le robot vigile OFRO est le grand frère de MOSRO<br />Il est dédié à la surveillance des espaces extérieurs<br /> (Crédits : Robowatch Technologies)

Le robot vigile OFRO est le grand frère de MOSRO
Il est dédié à la surveillance des espaces extérieurs
(Crédits : Robowatch Technologies)

La quatorzième édition du salon Milipol, organisé alternativement par la France et le Qatar depuis 1996, fermera ses portesportes demain. Accessible uniquement aux professionnels de la sécurité, il rassemble plus de 750 entreprises issues d'une quarantaine de pays, et réunit les meilleurs équipements de sécurité. Si une telle ostentation d'armes et de matériel militaire peut froisser - la délégation russe y a présenté plus de 100 modèles d'armes et d'équipements spéciaux - le salon Milipol reste une mine de trouvailles et d'innovations technologiques.