L'utilisation des drones et les dérives de plus en plus fréquentes entraîne un durcissement des lois. © dreamnikon, fotolia

Tech

Réglementation des drones en 2018 : quelles sont les nouvelles règles ?

Question/RéponseClassé sous :drone , contrôle des drones , décollage d’un drone

Du simple jouet à l'outil professionnel, les drones se multiplient dans le ciel de France. Selon les autorités, ces derniers posent un certain nombre de problèmes (accidents, blessures, atteinte à l'intimité d'autrui, etc.). Fin 2016, le Sénat a voté une nouvelle loi qui entrera en vigueur au cours de l'été 2018. En quoi consiste-t-elle ?

La loi appliquée en janvier 2016 dispose que tout drone civil doit être immatriculé si son poids au décollage dépasse 25 kilogrammes. Toutefois, ce plafond a été drastiquement revu à la baisse et à partir de juillet 2018, l'immatriculation concernera tous les drones pesant plus de 800 grammes.

L'enregistrement du drone consiste à saisir son numéro de série au sein d'une base de données nationale. Son propriétaire reçoit un certificat valable pour une durée de trois ans. Bien entendu, en cas de revente du drone, il est possible de modifier les informations du vendeur par celui du repreneur.

De grandes marques de distribution testent la livraison de colis par drone. © vchalup, fotolia

Une formation obligatoire pour les propriétaires de drones

À partir de juillet 2018, tous les propriétaires d'un drone de plus de 800 grammes devront passer une formation en ligne, laquelle sera valable pour une durée de trois ans. Cet apprentissage purement théorique n'est pas un diplôme bien entendu et diffère du brevet de pilotage nécessaire selon la loi de janvier 2016 pour les aéronefs de plus de 25 kilogrammes.

Afin d'éviter tout problème de violation de la vie privée, la loi de 2018 oblige les constructeurs à ajouter des dispositifs sonores et lumineux aux appareils de plus de 800 grammes. Il est possible de modifier un aéronef non conforme afin de l'inscrire dans le cadre de cette règlementation.

Le non-respect des règles peut entraîner une amende de 15.000 à 45.000 euros avec également la confiscation de l'appareil.

Retrouvez davantage d'informations sur le site de la Fédération professionnelle du drone civil.

Cela vous intéressera aussi

Un drone à l'épreuve des crashs vole dans une crevasse  Ces dernières années, l’utilisation des drones s’est bien développée, notamment dans les domaines de la surveillance et du sauvetage. Néanmoins, ces aéronefs restent fragiles et le moindre impact est souvent synonyme de crash. C’est pourquoi le Gimball drone est équipé d’une cage lui permettant d’évoluer en milieu hostile ; le voici présenté en vidéo.