La Smartwatch 2 de Sony est étanche à l'eau et peut se connecter à des terminaux Android. Comme les deux autres modèles présentés au salon IFA, elle sert d'interface au smartphone, avec un afficheur tactile et un microphone. © Sony

Tech

Montres intelligentes : Samsung, Sony et Qualcomm sont à l’heure

ActualitéClassé sous :informatique , montres intelligentes , Samsung

Alors que Samsung vient de dévoiler sa Galaxy Gear, Sony et Qualcomm lui donnent la réplique avec leurs modèles Smartwatch 2 et Toq. Faisant office d'accessoire pour smartphone ou tablette, elles s'y connectent par une liaison sans fil afin de recevoir des notifications et de passer des appels téléphonique.

Comme prévu, Samsung a dévoilé hier sa montre connectée Galaxy Gear lors d'une conférence organisée à Berlin en préambule du salon IFA. Le géant coréen a réussi un joli coup en étant le premier des grands noms de la high-tech à aligner un produit sur ce marché que l'on présente comme un futur eldorado. Apple, Google et Microsoft (qui avait présenté le concept en 2003) fourbissent eux aussi leur projet de smartwatch, mais on ignore tout de leur calendrier. En attendant, la Galaxy Gear ouvre les hostilités...

La montre est dotée d'un écran tactile 1,6 pouce Super Amoled affichant 320 x 320 pixels, avec un processeur simple cœur cadencé à 800 MHz et 512 Mo de mémoire vive. Son bracelet intègre un capteur photo rétroéclairé 1,9 mégapixel avec lequel on peut prendre des clichés et filmer des clips vidéo de 10 secondes en qualité HD 720p en 640 x 640 pixels. La charnière de fermeture du bracelet renferme deux microphones qui sont utilisés pour les appels téléphonique tandis qu'un haut-parleur restitue le son. La Galaxy Gear dispose de 4 Go de mémoire de stockage et d'une batterie de 315 mAh censée lui assurer une journée d'autonomie.

La Galaxy Gear de Samsung : reliée par Bluetooth au smartphone ou à la tablette (des modèles Samsung uniquement pour l'instant), cette montre en devient un accessoire, visualisant les notifications ou servant à commander le lecteur audio. Des applications spécifiques sont fournies ou promises et son bracelet cache un appareil photo. © Samsung

Compatibilité très limitée pour la Galaxy Gear

D'autonomie, la montre n'en fait pas preuve en ce qui concerne ses fonctionnalités qui passent toutes par une connexion Bluetooth 4.0 Low Energy à un smartphone ou une tablette Samsung. Pour le moment, seuls les Galaxy Note 3 et la tablette Galaxy Note 10.1 présentés en même temps que la montre sont compatibles. Mais une mise à jour vers Android 4.3 prévue en octobre pour les Galaxy S4, Galaxy S III et Galaxy Note II élargira un peu la liste.

Une fois connectée, la Galaxy Gear agit comme une extension du terminal en diffusant des notifications lors de l'arrivée de nouveaux messages (textos, courriels, calendrier...) ou d'appels vocaux. Elle permet aussi de contrôler les fonctions du lecteur de musique du smartphone ou de la tablette et de passer des appels. Samsung annonce que 70 applications seront disponibles au moment du lancement, parmi lesquelles Evernote, Path, eBay ainsi que des outils dédiés aux activités sportives (MyFitnessPal, RunKeeper).

La Galaxy Gear arrivera le 25 septembre dans 140 pays et pourra donc bénéficier d'une belle longueur d'avance si elle rencontre son public. Car la montre a un peu déçu les premiers observateurs, à la fois pour son manque de finesse (36,8 x 56,6 x 11,1 mm pour 73,8 g) et sa compatibilité restreinte à seulement quelques terminaux Samsung. Rappelons tout de même qu'Apple avait essuyé des retours mitigés au moment de la présentation de l'iPhone et de l'iPad...

Il faudra attendre des tests dignes de ce nom et surtout les premiers chiffres de vente pour juger sur pièce. Le prix européen n'a pas été annoncé, mais l'on sait qu'elle sera proposée à 299 dollars (226 euros au cours actuel) aux États-Unis.

Quacomm a créé la surprise en dévoilant sa montre Toq qui cultive sa différence grâce à une technologie d’affichage plus économe en énergie et un design plus fin que la concurrence. © Qualcomm

Qualcomm surprend avec la Toq

Bien qu'il ait monopolisé l'attention, Samsung ne fut pas le seul constructeur à présenter une montre hier. Qualcomm, le fabricant de semi-conducteurs à qui l'on doit les très répandus system on a chipSnapdragon, a dévoilé la Toq (prononcé talk en anglais). Elle est équipée d'un écran tactile couleur basé sur la technologie réflective Mirasol développée par Qualcomm qui est assez similaire à E-Ink. Mirasol offre l'avantage d'être parfaitement lisible sous un éclairage extérieur et peu gourmande en énergie.

La montre disposerait d'une autonomie de 3 à 5 jours grâce à une batterie astucieusement logée non pas sous l'écran mais près de la boucle de fermeture, ce qui affine la montre elle-même. On la recharge en la déposant simplement sur sa station d'accueil qui reçoit également une paire d'oreillettes Bluetooth optionnelles. La Toq se distingue également de ses concurrentes car elle permet non seulement de lire les messages et courriels, mais surtout d'y répondre en piochant dans une liste de mots ou de phrases préenregistrés que l'on peut gérer depuis le terminal connecté.

La Toq peut recevoir et passer des appels vocaux, consulter la météo et les cours de la bourse. Contrairement à la Galaxy Gear, elle a l'avantage d'être compatible avec tous les terminaux sous Android 4.0.3 et suivants en se connectant en Bluetooth ou WiFi. Qualcomm travaille aussi à une compatibilité avec iOS. Avec un design plus fin et une compatibilité plus ouverte, la Toq pourrait bien être la bonne surprise, pour peu que son prix soit attractif. Qualcomm n'en a rien dit pour le moment, idem concernant sa date de commercialisation.

Sony dégaine sa Smartwatch 2

Si l'on entend beaucoup parler des projets d'Apple, Google et consorts, il est un poids lourd du secteur qui tient à rappeler qu'il fut précurseur sur le marché des montres connectées. Il s'agit de Sony qui a profité de l'IFA pour annoncer sa Smartwatch 2. Le constructeur japonais veut capitaliser sur son expérience avec un modèle censé être plus abouti que ceux de la concurrence. La montre, équipée d'un écran tactile couleur 1,6 pouce (220 x 176 pixels), a la particularité d'être étanche à l'eau (IP57, immersion jusqu'à 1 mètre de profondeur pendant 30 minutes) et dotée d'une puce NFC pour la connexion avec un terminal Android compatible. Elle supporte également le Bluetooth 3.0 et dispose d'une batterie qui lui assurerait entre 3 et 4 jours d'autonomie.

Sony vend sa montre comme un « second écran » pour smartphone ou tablette qui permet de recevoir des notifications (messages, courriels, calendrier, Facebook, Twitter...), de passer et recevoir des appels ou encore de contrôler la lecture de musique. Bien que sensiblement améliorée par rapport au modèle précédent qui ne brillait pas par son ergonomie, la Smartwatch 2 a été fraîchement accueillie par la presse spécialisée qui a pu la prendre en main. Ils déplorent un prix trop élevé (199 euros) par rapport à des fonctionnalités peu étoffées comparé à ce que propose la Galaxy Gear. Mais rappelons que Sony a pris une initiative judicieuse dans ce domaine en ouvrant sa montre à l'open hardware via son programme Open Smartwatch. Là encore, il faudra attendre une vraie prise en main et le verdict du public pour se forger une opinion définitive.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi