Le spécialiste de l’outillage miniature multifonctions Dremel s’attaque au marché de l’impression 3D avec un modèle destiné aux particuliers vendu 999 dollars aux États-Unis. Cette machine est compatible avec la plateforme logicielle d’impression 3D open source Spark lancée récemment par Autodesk.
Cela vous intéressera aussi

Bien connue des bricoleurs passionnés, des adeptes du modélisme mais aussi des makers, la marque américaine Dremel, spécialisée en outillage miniature rotatif, se lance dans l’impression 3D. La compagnie vient de dévoiler un modèle d'imprimante 3D destiné au grand public qui sera commercialisé début novembre aux États-Unis et au Canada via les magasins en ligne Amazon et Home Depot. La Dremel 3D Idea Builder est proposée au tarif de 999 dollars, soit environ 775 euros. Elle s'adresse aussi bien aux utilisateurs chevronnés qu'aux débutants grâce à une configuration prête à l'emploi (la tête d'extrusionextrusion est préinstallée), une bibliothèque d'objets 3D à imprimer et des outils logicielslogiciels de création.

L'imprimante fonctionne selon le procédé de modelage par dépôt de matièrematière en fusionfusion, c'est-à-dire la superposition de couches fines (100 micronsmicrons) de PLA (acide polylactiqueacide polylactique), un polymère biodégradablebiodégradable. La taille maximale des objets est de 230 mm x 150 mm x 140 mm. La 3D Idea Builder est équipée d'un écran couleurcouleur tactile 3,5 pouces et d'une mémoire interne de 4 Go qui lui permet d'être utilisée de façon autonome. Elle peut aussi recevoir des cartes mémoirecartes mémoire type SD jusqu'à 32 Go. L'imprimante se branche également à un ordinateurordinateur via une prise USBUSB et elle est compatible avec les systèmes d'exploitationsystèmes d'exploitation Windows (VistaVista et suivants), Mac OS X (10.8 et suivants) et LinuxLinux (Ubuntu 14.04 et suivants). Dremel commercialisera des bobines PLA en dix couleurs.

Pour permettre aux débutants de découvrir l’impression 3D, Dremel propose une bibliothèque d’objets. On y trouve des bijoux fantaisie, de petits accessoires, des jouets, des objets de décoration. Les clients pourront aussi imprimer leurs propres créations grâce à plusieurs logiciels Autodesk téléchargeables gratuitement. © Dremel

Pour permettre aux débutants de découvrir l’impression 3D, Dremel propose une bibliothèque d’objets. On y trouve des bijoux fantaisie, de petits accessoires, des jouets, des objets de décoration. Les clients pourront aussi imprimer leurs propres créations grâce à plusieurs logiciels Autodesk téléchargeables gratuitement. © Dremel 

Partenariat avec Autodesk

Que pourra-t-on faire au juste avec cette imprimante? Dremel ne répond pas directement à la question, se contentant d'évoquer des projets «inventifs et imaginatifs». Sur son site InternetInternet dédié à l'imprimante, le constructeur propose une bibliothèque d’objets 3D à imprimer plutôt fournie, mais qui se cantonne à des objets de décorationdécoration (bracelets, boules pour sapinsapin de Noël, porte-clé...), quelques jouets, des gadgets ou de petits accessoires (support pour téléphone mobile, crochets mural, pot à crayons...). En l'état, cette offre est probablement insuffisante pour qu'un particulier novice investisse plusieurs centaines d'euros dans une telle imprimante. En revanche, les outils logiciels proposés élargissent grandement les possibilités. Les acheteurs de la 3D Idea Builder pourront télécharger gratuitement plusieurs applicationsapplications Autodesk (Tinkercad, Meshmixer, 123 Design, 123 Sculpt) afin de créer leurs propres objets 3D à imprimer. Dremel a conclu un partenariat avec l'éditeur (américain lui aussi) pour utiliser sa plateforme logicielle open source nommée Spark. Dévoilée au printemps dernier, cette suite a pour but d'optimiser l'impression 3Dimpression 3D en simplifiant les informations numériquesnumériques avec un standard ouvert.

Si l'opération est un succès, cela pourrait marquer la naissance d'un véritable marché grand public de l'impression 3D. Bénéficiant d'une image de marque forte sur le secteur du bricolage, le constructeur a les atouts pour parvenir à ouvrir cette nouvelle niche à une clientèle plus large. Pour le moment, le segment grand public de l'impression 3D est encore confidentiel. Selon des chiffres prévisionnels livrés par Juniper Research, il devrait se vendre 44.000 exemplaires d'imprimantes 3D auprès des particuliers cette année dans le monde. Toutefois, le cabinet d'analyse table sur une explosion de la demande avec 1 million d'unités en 2018, à la faveur d'une baisse des prix et de l'arrivée de constructeurs connus. À suivre donc...