Sciences

Le vol Apollo - Soyuz

Dossier - Les stations Saliout et Skylab, précurseurs de Mir et de l'ISS
DossierClassé sous :Astronautique , Saliout , Almaz

-

Le 12 octobre 1964, le gouvernement soviétique décide d'explorer la voie des stations spatiales. Ce choix est précurseur car l'ambition de ce moment, tant pour l'U.R.S.S. que pour les Etats-Unis, est la conquête de la Lune. C'est pourtant ce moment qui est choisi et c'est grâce à cette anticipation que l'U.R.S.S. gagnera une nouvelle course à l'espace dans sa lutte avec les Etats-Unis : l'accès de longue durée à l'espace. Cette nouvelle conquête se traduira d'abord par les stations soviétiques Saliout, puis par la station américaine Skylab. Leurs descendantes sont bien connues : la station Mir et la station Alpha (I.S.S.).

  
DossiersLes stations Saliout et Skylab, précurseurs de Mir et de l'ISS
 

L'origine du projet

Du nom officiel d'A.S.T.P., Apollo Soyuz Test Project, ce vol fut le premier réalisé conjointement par les deux grandes puissances spatiales.

Il avait pour objectif technique de tester la compatibilité des systèmes de rendez-vous spatial et d'amarrage en orbite des deux pays en vue d'opérations éventuelles de sauvetage dans l'espace.

Vue d'artiste de Soyuz et Apollo en orbite. © NASA - Domaine public

L'autre objectif était de marquer une période de détente entre les deux puissances, toujours divisées par la guerre froide. L'exploit fut ainsi autant technique que diplomatique.

Ainsi, le 14 mai 1972, Nixon et Kossyguine, présidents des deux états, signent le lancement du projet.


2. Le déroulement du vol

Trois ans après le lancement du projet, le 15 juillet 1975, Soyuz 9 décolle de Baïkonour en emportant Leonov et Koubasov. Sept heures et demie plus tard, depuis Cap Canaveral, Stafford, Brand et Slayton décollent dans un vaisseau Apollo. Deux jours plus tard, au dessus de la France, à 225 km d'altitude, les deux vaisseaux s'amarrent et forment la première station internationale, d'une masse de 21 tonnes.

Les équipages se rencontrent alors, ce qui vaut l'image symbolique télévisée de la poignée de main entre Leonov et Stafford. Les cinq hommes visitent les vaisseaux étrangers. La jonction dure 44 heures puis la séparation a lieu.

Le retour du Soyuz se fera sans encombre mais celui du vaisseau Apollo sera marqué par une fuite de peroxyde d'azote dans l'habitacle et la perte de connaissance d'un des astronautes. Mais l'équipage sera finalement sauf.

Cette jonction de 44 heures a ouvert la porte d'une collaboration future, qui aboutira d'abord aux jonction de la navette spatiale sur Mir, puis à la construction commune de l'I.S.S..