Sciences

Le site d'Apollo 17 comme on ne l'avait jamais vu

ActualitéClassé sous :Astronautique , site lunaire , Apollo 17

Trente-neuf ans après la dernière mission lunaire du programme Apollo, l'orbiteur LRO vient de survoler à très basse altitude la vallée de Taurus Littrow qui garde intactes les traces de cette aventure.

Le site lunaire de la mission Apollo 17, arpenté par Eugene Cernan et Harrison Schmitt du 11 au 14 décembre 1972. Le module de descente (Challenger) est identifiable et montré en médaillon. Il n'y a pas de vent sur la Lune et les traces de labour laissées par les va-et-vient de la jeep lunaire (LRV, à droite de l'image) resteront là très longtemps. © Nasa/GSFC/Arizona State Univ./LRO
  • Découvrez la Lune en image

Harrison Schmitt et Eugene Cernan doivent regarder avec beaucoup d'émotion l'image réalisée il y a quelques jours par le Lunar Reconnaissance Orbiter qui tourne autour de notre satellite naturel depuis le mois de juin 2009. Dès les premiers mois de son arrivée en orbite, la sonde LRO avait photographié les traces de plusieurs missions Apollo. Le dernier est sans doute le plus remarquable. Pris à seulement 22 kilomètres d'altitude, ce cliché montre des détails jusque-là jamais perçus sur le site d'Apollo 17.

En décembre 1972, Schmitt le géologue et Cernan le commandant de la mission furent en effet les derniers à marcher sur la Lune. Pendant que R. Evans les attendait en orbite, les deux astronautes sillonnèrent la région avec la jeep lunaire, un véhicule qu'avaient étrenné les astronautes d'Apollo 15. Au cours de quatre sorties d'une durée totale de 22 heures, Schmitt et Cernan parcoururent une trentaine de kilomètres et récoltèrent 110 kg de roches lunaires.

Des sites à préserver

L'image ci-dessous prise par la caméra de LRO montre le module de descente Challenger toujours debout au centre d'un réseau de traces laissées par la jeep lunaire. Celle-ci est visible à droite (LRV) alors qu'à l'opposé on distingue l'ensemble des expériences scientifiques Alsep (Apollo Lunar Surface Experiment Package).

Ces restes et ces traces historiques doivent désormais être préservés pour que les générations futures puissent découvrir ces vestiges de la conquête spatiale. C'est du moins ce que propose la Nasa dans une charte pour protéger les sites lunaires d'Apollo, c'est-à-dire les premiers musées extraterrestres...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi