Sciences

Les stations soviétiques de seconde génération : Saliout 6 et Saliout 7

Dossier - Les stations Saliout et Skylab, précurseurs de Mir et de l'ISS
DossierClassé sous :Astronautique , Saliout , Almaz

-

Le 12 octobre 1964, le gouvernement soviétique décide d'explorer la voie des stations spatiales. Ce choix est précurseur car l'ambition de ce moment, tant pour l'U.R.S.S. que pour les Etats-Unis, est la conquête de la Lune. C'est pourtant ce moment qui est choisi et c'est grâce à cette anticipation que l'U.R.S.S. gagnera une nouvelle course à l'espace dans sa lutte avec les Etats-Unis : l'accès de longue durée à l'espace. Cette nouvelle conquête se traduira d'abord par les stations soviétiques Saliout, puis par la station américaine Skylab. Leurs descendantes sont bien connues : la station Mir et la station Alpha (I.S.S.).

  
DossiersLes stations Saliout et Skylab, précurseurs de Mir et de l'ISS
 

1. Saliout 6

Le 29 septembre 1977 est lancée la station Saliout 6 (DOS 5). Il s'agit d'une station de seconde génération car sensiblement différente des stations Saliout 1 à 5.

Soyuz TMA-6 spacecraft. © NASA - Domaine public

En effet, elle comporte :

  • Un second port d'amarrage, qui peut recevoir 2 Soyuz (celui de l'équipage résident plus celui de visiteurs) ou 1 Soyuz et 1 Progress (cargo de ravitaillement automatique). Cette évolution est fondamentale pour l'utilisation de la station,
  • Un sas pour les sorties extra-véhiculaires,
  • Une douche, ce qui améliore nettement la qualité de vie à bord.

Les deux ports sont situés à chaque extrémité de la station qui, en configuration Progress - Saliout - Soyuz, pèse 36 tonnes.

Soyuz 25 est lancé le 9 octobre 1977 mais l'amarrage échoue à la suite d'un choc entre les deux vaisseaux. Soyuz 25 regagne donc le sol sans accomplir sa mission.

Le 10 décembre 1977, Soyuz 26 réussit son approche et donne l'occasion à son équipage, Romanenko et Gretchko, de battre le record du plus long séjour de Skylab 4 avec un séjour double de 96 jours. Ce vol manquera de tourner à la tragédie lorsque Romanenko part à la dérive dans l'espace, son filin de sécurité s'étant détaché. Gretchko réussira heureusement à rattraper le filin et récupérer Romanenko.

Ce vol verra aussi la visite de Soyuz 27 (Makarov et Djanibekov), ce qui constitue une première. Nouveauté aussi, l'orbite de Saliout 6 sera modifiée grâce à une poussée fournie par un Progress.

Le 10 avril 1979, Soyuz 33 échouera lors de son amarrage à cause d'un défaut de son moteur principal. Le vaisseau rentre sans encombre à l'aide de son moteur de secours mais le problème subsiste : le Soyuz 32, à port sur Saliout 6, possède un moteur du même lot, potentiellement défectueux. Le risque ne sera donc pas pris de rapatrier l'équipage avec ce Soyuz et c'est pourquoi Soyuz 34 rejoindra Saliout 6 à vide pour récupérer l'équipage. Cette précaution s'enverra inutile car finalement, Soyuz 32 rentrera, chargé de matériel uniquement, sans problème.

Le 16 décembre 1979, un nouveau type de vaisseau rejoint Saliout 6 : le Soyuz T. Sa durée en orbite est de 180 jours, soit 70 de plus que celle d'un Soyuz classique.

Le 20 juillet 1982, après 4 ans et 10 mois en orbite dont 617 d'occupation, Saliout 6 est détruit.

Les vols vers Saliout 6 :



 2. Saliout 7

Saliout 7 (DOS 5-2) a été lancé alors que Saliout était encore en orbite. Le lancement a lieu le 19 avril 1982 et le vaisseau est placé à 474 km d'altitude.

Saliout 7 (http://www.chez.com/dios)

Le second équipage comprendra le spationaute français Jean-Loup Chrétien. C'est le premier français en orbite, et aussi le premier "homme de l'Ouest" qui pénètre dans un Saliout.

Saliout 7 connaîtra quelques ennuis, comme les Saliout précédents. Soyuz T8, le 20 avril 1983, manque son amarrage. Soyuz T10A ne décollera pas très haut : le lanceur prend feu au décollage, la tour de sauvetage fonctionne sans problème et les cosmonautes sont récupérés à plusieurs kilomètres du pas de tir.

L'événement le plus important de la vie de Saliout 7 est sa panne en 1985. La station est alors inhabitée ; les batteries se déchargent et la liaison avec la Terre est perdu. Soyuz 13 emportera le 6 juin 1985 un équipage rodé, dont Djanibekov, considéré comme le meilleur. L'amarrage réussira malgré les mouvements important de Saliout 7 et une semaine après, la station est réparée. C'est un grand succès pour l'astronautique soviétique.

Le commandant de bord de l'équipage amené par le Soyuz T14 tombera malade, ce qui entraînera le retour anticipé de l'équipage. La station est ainsi abandonnée le 21 novembre 1985 et ne sera plus réutilisée. L'interruption de la dernière mission a malheureusement entraîné l'annulation du premier vol entièrement féminin.

Saliout 7 sera délaissé à partir de 1986 au profit de la station Mir. Saliout aura reçu 10 Soyuz T (amenant 26 cosmonautes) et 15 vaisseaux automatiques (12 Progress et 3 Cosmos). Quatre vols de longue durée ont eu lieu (211, 149, 237, et 168 jours).

Le 7 février 1991, après 8 ans et 10 mois en orbite dont 1075 d'occupation, Saliout 7 est détruit.

Les vols vers Saliout 7 :

Vaisseau

Lancement

Equipage

Observations

Soyuz 25

9 octobre 1977

Kovalenok

Rioumine

Echec de l'arrimage

Soyuz 26

10 décembre 1977

Romanenko

Gretchko

 

Soyuz 27

10 janvier 1978

Djanibekov

Makanov

 

Soyuz 28

2 mars 1978

Goubarev

Remek (Tchécoslovaquie)

 

Soyuz 29

15 juin 1978

Kovalenok

Ivantchenko

 

Soyuz 30

27 juin 1978

Klimouk

Hermaszeski (Pologne)

 

Soyuz 31

26 août 1978

Bikovski

Jahn (RDA)

 

Soyuz 32

25 février 1978

Liako

Rioumine

 

Soyuz 33

10 avril 1979

Roukavichnikov

Ivanov (Bulgarie)

Echec de l'arrimage

Soyuz 34

6 juin 1979

/

 

Soyuz T

16 décembre 1979

/

 

Soyuz 35

6 avril 1979

Popov

Rioumine

 

Soyuz 36

26 mai 1980

Koubasov

Farkas

 

Soyuz T2

5 juin 1980

Malishev

Aksionov

 

Soyuz 37

23 juillet 1980

Gorbatko

Pham Tuan (Viet Nam)

 

Soyuz 38

18 septembre 1980

Romanenko

Mendez (Cuba)

 

Soyuz T3

27 novembre 1980

Kizim

Makarov

Strekalov

Premier équipage à trois depuis 1971

Soyuz T4

12 mars 1981

Kovalenok

Savinikh

 

Soyuz 39

22 mars 1981

Djanibekov

Gurragcha (Mongolie)

 

Soyuz 40

14 mai 1981

Popov

Prunariu (Roumanie)

 

Vaisseau

Lancement

Equipage

Observations

Soyuz T5

13 mai 1982

Berezovoï

Lebedev

 

Soyuz T6

24 juin 1982

Djanibekov

Ivancnenko

Chrétien (France)

 

Soyuz T7

19 août 1982

Popov

Serebrov

Savitskaya

 

Soyuz T8

20 avril 1983

Titov

Strzekalov

Serebrov

Echec de l'arrimage

Soyuz T9

27 juin 1983

Lyakov

Alexandrov

 

Soyuz T10A

27 septembre 1983

Titov

Sterkalov

Echec du lancement

Soyuz T10