La nouvelle flotte de satellites météorologiques européens fera ses débuts en 2017. Les satellites Meteosat de troisième génération assureront la continuité de la série Meteosat actuelle, tout en y apportant des améliorations importantes.
Cela vous intéressera aussi

Au cours d'une cérémonie qui s'est tenue au siège de l'Esa à Paris, le contrat pour le développement de la nouvelle famille de satellites Meteosat de troisième génération (MTG) a été signé entre l'Esa et Thales Alenia Space. Destinée à prendre la relève de la série Meteosat de seconde génération (MSG), le programme MTG est une coopération entre Eumetsat et l'Esa afin d'assurer la continuité de la veille météorologique à haute résolutionrésolution au-delà de 2037. La coopération entre Eumetsat et l'Esa sur les missions météorologiques remonte au lancement du tout premier satellite Meteosat en 1977 et qui se poursuit aujourd'hui avec Meteosat de seconde génération ainsi que MetOp en orbiteorbite polaire héliosynchronehéliosynchrone.

La nouvelle série comportera six satellites : quatre MTG-I pour l'imagerie et deux MTG-S pour le sondage. Les deux premiers satellites prototypes sont prévus pour des lancements respectifs fin 2017 et mi-2019. Ils seront tous deux placés sur l'orbite géostationnaireorbite géostationnaire, au-dessus de l'équateuréquateur donc, entre 10° est et 10° ouest de longitudelongitude. Outre une imagerie de pointe grâce à la caméra FCI (Flexible Combined Imager), les satellites MTG disposeront de toutes nouvelles capacités de sondage infrarougeinfrarouge et de détection globale des éclairs, ce qui permettra une alerte en cas de développement d'oragesorages violents.

Les satellites MTG-S emporteront également la charge utile Sentinel 4 pour le programme GMESGMES (Global Monitoring for Environment and Security). Elle conférera aux satellites Meteosat une capacité nouvelle d'analyse de la chimiechimie atmosphérique et d'identification des concentrations de gazgaz tels que l'ozone et le dioxyde d'azoteazote. De plus, la mission MTG apportera son soutien à la surveillance globale pour le réseau de recherche et de sauvetage Cospas-Sarsat ainsi qu'à la collecte de données à partir de balises pour le système ADCS (Advanced Data Collection System).

Le premier satellite d’imagerie MTG-I est prévu pour être lancé en 2017. Sa caméra FCI (<em>Flexible Combined Imager</em>) offrira des capacités d’imagerie améliorées et assurera la continuité avec les satellites de la série actuelle Meteosat de seconde génération. © Esa/ P. Carril

Le premier satellite d’imagerie MTG-I est prévu pour être lancé en 2017. Sa caméra FCI (Flexible Combined Imager) offrira des capacités d’imagerie améliorées et assurera la continuité avec les satellites de la série actuelle Meteosat de seconde génération. © Esa/ P. Carril

Haute technologie européenne

Le directeur général de l'Esa, Jean-Jacques Dordain, a rappelé que l'Europe dispose aujourd'hui - et pour de nombreuses années - d'une capacité de veille météorologique globale à la pointe du progrès grâce à vingt-cinq années de coopération entre l'Esa et Eumetsat, rappelant le lancement de Meteosat 1, il y a trente-cinq ans.

Le directeur de l'Esa en charge des programmes d'observation de la Terreobservation de la Terre, Volker Liebig, a poursuivi en présentant les importantes améliorations de performances qui seront obtenues grâce aux satellites MTG. En ces temps de difficultés économiques, a-t-il insisté, le programme MTG apporte de nombreuses opportunités aux industriels européens pour obtenir des contrats substantiels dans des domaines de hautes technologies. Le contrat MTG représente une valeur industrielle de plus de 1,25 milliard d'euros. En plus de son rôle de maître d'œuvremaître d'œuvre, Thales Alenia Space est responsable des satellites d'imagerie MTG-I et en particulier de leur instrument principal, la caméra FCI. C'est OHB-System, de Brême, en Allemagne, qui est responsable des satellites MTG-S et de la fourniture des plateformes communes pour les satellites, avec le soutien d'Astrium GmbH en tant qu'architecte système. Le sondeur infrarouge de haute technologie ISI (Infrared Sounding Instrument), qui volera sur les satellites MTG-S, sera développé par Kayser Threde.