Sciences

Trois nouveaux Glonass en instance de lancement pour le GPS russe

ActualitéClassé sous :Univers , glonass , GPS

Un nouveau satellite de la constellation Glonass vient d'être acheminé depuis les ateliers de construction de Jeleznogorsk (Krasnoïarsk - Russie) jusqu'au cosmodrome de Baïkonour. Deux autres satellites similaires le rejoindront début décembre, pour un lancement actuellement programmé le 25 par une fusée Proton.

Le système Glonass, l'équivalent russe du GPS américain, comportera donc 16 satellites au début de l'année 2007, nombre qui sera ensuite à nouveau porté à 24. Cela permettra à la Russie de s'assurer une indépendance totale en matière de positionnement global par satellite.

Glonass

Glonass est l'acronyme d'une expression russe qui signifie Système GLObal de NAvigation par Satellite. Né durant la guerre froide, il devait permettre à la Russie de s'affranchir du système GPS américain. Les satellites qui le composent reçoivent le nom d'Ouragan et leur construction est confiée au K.B.P.M. de Jeleznogorsk.

A partir du 24 septembre 1995, le système Glonass était complet avec 24 satellites en orbite. Mais la chute de l'Union Soviétique et l'effondrement économique qui s'ensuivit ont eu raison du financement du programme, et en octobre 2000, seuls six satellites restaient encore fonctionnels, ce qui était insuffisant pour assurer une couverture totale du territoire. Les autorités russes ont alors décidé d'allouer des crédits pour la construction de satellites à durée de vie accrue, les Ouragan-M et Ouragan-K, dont les premiers ont été lancés à partir de 2003. La précision au sol atteignait alors 20 mètres sur le plan horizontal, 30 mètres dans le plan vertical et 5 cm/seconde de vitesse détectable. La mise en service des seconds, les Ouragan-K, est prévue à partir de 2008.


Le récepteur topographique Trimble R8 GNSS, acceptant les réseaux GPS et Glonass. Crédit Trimble

Le système Glonass est notamment utilisé dans le domaine civil par les géomètres et les topographes de l'est, au moyen de récepteurs compatibles à la fois GPS et Glonass, ce qui leur permet de s'affranchir d'éventuelles limitations volontaires de performances (le GPS américain étant militaire).

La composante spatiale de Glonass au complet se compose de 24 satellites disposés selon trois plans orbitaux à 19100 Km d'altitude et inclinés à 65° environ. Contrairement aux GPS américains, chaque satellite se retrouve exactement sur la même position au bout de 8 jours. La composante sol est actuellement constituée de 5 stations, dont la principale se trouve à Kraznoznamensk, dans la région de Moscou.

Bien que le gouvernement russe ait marqué son intérêt envers le système Galileo, la version européenne du GPS américain, une extension de Glonass sous la forme de satellites de nouvelle génération Ouragan-KM reste cependant maintenue pour l'horizon 2015. Peut-être en raison des éternels atermoiements européens en la matière et des retards à répétition du programme...

Logo Glonass
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi