La fusée Soyouz a correctement décollé du Centre spatial guyanais et placé sur une orbite de transfert les deux satellites de validation du système Galileo. Lesquels sont maintenant en route vers leur orbite définitive.
Cela vous intéressera aussi

Après le report du tir, qui devait avoir lieu hier, la fusée SoyouzSoyouz ST est partie à la seconde prévue, aujourd'hui, à 12 h 30 en heure française. Vers 16 h 20, le troisième étage Fregat a lâché sa plateforme portant les deux premiers satellites opérationnels  de la constellationconstellation Galileo, futur concurrent européen du GPSGPS américain.

Vous pouvez revoir la vidéo complète du lancement sur notre page spéciale Soyouz.

Dans les heures qui viennent, l'ensemble des deux satellites va rejoindre l'orbite circulaire à 23.222 km d'altitude. Puis ils se positionneront à leur place sur cette orbite et pourront alors démarrer les tests.

Les étapes du lancement du 21 octobre depuis le Centre spatial guyanais. La fusée Soyouz ST a injecté le troisième étage Fregat sur une orbite de transfert (étape 2). Allumé une deuxième fois (<em>2nd Fregat burn</em>), l'étage Fregat a largué la plateforme portant les deux satellites puis s'en est éloigné (troisième allumage) pour, après un quatrième et dernier allumage, s'installer sur une orbite cimetière (<em>Graveland orbit</em>). © Arianespace

Les étapes du lancement du 21 octobre depuis le Centre spatial guyanais. La fusée Soyouz ST a injecté le troisième étage Fregat sur une orbite de transfert (étape 2). Allumé une deuxième fois (2nd Fregat burn), l'étage Fregat a largué la plateforme portant les deux satellites puis s'en est éloigné (troisième allumage) pour, après un quatrième et dernier allumage, s'installer sur une orbite cimetière (Graveland orbit). © Arianespace

Les deux satellites GIOV (Galileo In-Orbit Validation) ont été précédés par deux autres GIOV A et B, en 2005 et en 2008, qui n'étaient là que pour occuper et tester les fréquencesfréquences radio disponibles.

Il faudra 30 satellites pour que le système GalileoGalileo devienne opérationnel, une échéance prévue pour 2016.