Sciences

Mission Delta : atterrissage de la capsule Soyouz

ActualitéClassé sous :Astronautique , ISS , soyouz

Onze jours après son départ à destination de la Station spatiale internationale (ISS), le retour sur Terre de l'astronaute de l'ESA André Kuipers (Pays-Bas), accompagné des membres de l'équipage de l'ISS (Expédition 8), marque l'aboutissement de la mission DELTA.

La station spatiale internationale terminée (dessin d'artiste).

Le module de commande du vaisseau Soyouz TMA-3 s'est posé ce matin à 07h12 heure locale (02h12 heure de Paris) à proximité de la ville d'Arkalyk, au Kazakhstan, après un vol de retour d'à peine plus de trois heures.
Cette mission, qui comportait neuf jours à bord de l'ISS, s'est déroulée sans aucun incident et a atteint tous ses principaux objectifs. Bien que très chargé, le programme d'expériences a été entièrement réalisé et la relève de l'équipage ainsi que l'échange des vaisseaux Soyouz ont été assurés.

André Kuipers de retour sur la Terre (crédit : ESA-S.Corvaja)
André Kuipers de retour sur la Terre (crédit : ESA-S.Corvaja)

Le 29 avril, 6h30 environ avant l'atterrissage, l'équipage a procédé à la fermeture du sas entre le TMA-3 et l'ISS puis il a exécuté les procédures et vérifications d'usage préalables au désamarrage du vaisseau. Celui-ci s'est séparé de l'ISS environ trois heures plus tard. Outre André Kuipers, qui exerçait les fonctions d'ingénieur de bord, le vaisseau ramenait sur Terre les membres de l'Expédition 8, le cosmonaute de l'Agence spatiale fédérale russe Alexandre Kaleri, commandant du vaisseau, et le second ingénieur de bord, Michael Foale (NASA). Tous deux étaient à bord de la Station depuis le 20 octobre 2003, Michael Foale ayant exercé les fonctions de commandant de l'ISS durant cette période de six mois.

Toutes les phases de la rentrée se sont déroulées comme prévu. Les trois modules du vaisseau TMA-3 se sont séparés avant de pénétrer dans l'atmosphère et le module de commande a poursuivi sa descente alors que le module orbital et le compartiment moteur se désintégraient. Le module de commande où prend place l'équipage, le seul à être protégé par un bouclier thermique, a adopté une trajectoire de vol différente de celle des deux autres modules et a pénétré dans l'atmosphère pour un trajet d'environ 25 minutes. Le parachute principal de la capsule s'est déployé 15 minutes environ avant l'atterrissage.

André Kuipers durant l'expérience ARGES (crédit : ESA)
André Kuipers durant l'expérience ARGES (crédit : ESA)

Au cours de la mission DELTA, André Kuipers a réalisé l'un des programmes scientifiques et éducatifs les plus complets jamais entrepris par un astronaute européen à bord de la Station spatiale internationale, avec des expériences dans les domaines de la physiologie humaine, de la biologie, de la microbiologie, des sciences physiques, de l'observation de la Terre et de la recherche technologique. Bon nombre de ces expériences avaient été conçues par des chercheurs néerlandais et mises au point par des entreprises et des instituts de recherche néerlandais.

« Je suis très satisfait du déroulement du programme expérimental », a déclaré Marc Heppener, responsable scientifique ESA de la mission DELTA, également de nationalité néerlandaise. « André a eu un programme de travail très chargé au cours de ces onze jours. Je suis également extrêmement satisfait que nous ayons déjà obtenu certains résultats scientifiques pendant la mission, notamment dans le cas de l'expérience ARGES qui visait à étudier une nouvelle génération de lampes à faible consommation d'énergie. Nous avons rencontré quelques problèmes avec certaines expériences et installations en début de mission, mais cela ne compte guère au regard de la réussite globale du programme expérimental et de la mission. Les résultats obtenus auront certainement des retombées dans de nombreux domaines, y compris en dehors du secteur spatial. »

André Kuipers durant l'expérience SUIT (crédit : ESA)
André Kuipers durant l'expérience SUIT (crédit : ESA)

Les résultats des expériences devraient avoir des retombées industrielles, en contribuant par exemple à l'amélioration des systèmes couramment utilisés pour l'éclairage des stades et des autoroutes, ou encore au développement de systèmes de réfrigération plus efficaces.

« Le succès de la mission DELTA démontre une fois de plus à quel point la coopération dans le domaine spatial est porteuse d'avenir », a souligné Jörg Feustel-Büechl, Directeur des Vols habités à l'ESA. « La coopération entre l'ESA et l'Agence spatiale fédérale russe continue à produire des résultats remarquables. Il s'agissait de la 5ème mission Soyouz vers l'ISS avec à son bord un astronaute de l'Agence, et sa réussite augure bien de l'avenir : deux nouvelles missions Soyouz sont déjà envisagées pour l'an prochain. Le prochain vol d'un astronaute de l'ESA à bord d'un vaisseau russe à destination de l'ISS aura probablement lieu en avril 2005. En dehors des retombées positives de la mission DELTA pour la communauté scientifique, nous nous réjouissons de l'enthousiasme avec lequel l'industrie s'est impliquée dans le programme expérimental et des bénéfices que les jeunes générations retireront de leur participation directe à la mission. Nous sommes très satisfaits du haut degré de professionnalisme dont a fait preuve André Kuipers pour sa première mission spatiale. Celle-ci aura permis à la fois à l'ESA d'élargir l'expérience du Corps des astronautes européens en vue de futures missions de courte ou de longue durée et de renforcer les compétences de son personnel de contrôle au sol ».

Outre la réalisation du programme d'expérimentation, la mission DELTA avait pour but d'assurer la relève de l'équipage de l'ISS. Les membres de l'Expédition 8, Alexandre Kaleri et Michael Foale, étaient arrivés à bord de la Station le 20 octobre 2003 accompagnés de l'astronaute de l'ESA Pedro Duque, qui en était reparti huit jours plus tard une fois accomplie la mission Cervantès. Ils viennent donc d'être remplacés par les membres de l'Expédition 9, Guennadi Padalka et Edward Fincke (NASA), qui ont accompli le voyage en compagnie de Kuipers à bord du vaisseau Soyouz TMA-4. Arrivés à destination de l'ISS le 21 avril dernier, ils devraient en repartir en octobre prochain.

Cela vous intéressera aussi