Le lanceur lors des tests de chronologie de lancement effectués au printemps 2011. Il est encore à l'intérieur du portique mobile qui est retiré avant le décollage. © Esa/Cnes/Arianespace-Service optique CSG

Sciences

Lancement de Soyouz : à J-2, découvrez en image le portique mobile

ActualitéClassé sous :Astronautique , soyouz , Soyouz ST

-

Cet énorme bâtiment mobile vient protéger la fusée Soyouz une fois qu'elle est dressée sur son pas de tir. Il sert alors à installer au sommet du lanceur le quatrième étage, appelé Fregat, abritant les deux satellites. Cette réalisation unique, et caractéristique du lancement de Soyouz en Guyane, ne s'est pas faite sans mal...

À Sinnamary (à une soixantaine de kilomètres de Kourou), le portique mobile différencie l'Ensemble de lancement Soyouz (ELS) des installations qu'utilisent les Russes pour lancer le Soyouz depuis Baïkonour au Kazakhstan ou Plesetsk dans le Nord de la Russie. Il est essentiel au lanceur car l'intégration de l'étage supérieur Fregat ne se fait pas à l'horizontale, la fusée étant couchée, comme le font les Russes dans leurs cosmodromes, mais à la verticale, comme c'est de tradition pour la famille Ariane.

Cette adaptation du système de lancement de Soyouz ne s'est pas faite sans bousculer la susceptibilité des Russes qui s'appuient sur la longévité exceptionnelle d'un système fort d'environ 1.800 missions ! Sa construction a souffert d'un retard significatif qui a provoqué un report dans la livraison du site à Arianespace. La société russe qui devait initialement le construire a fait faillite.

L'étage Fregat transporté au pied du lanceur pour y être intégré à l'intérieur du portique mobile, en toute sécurité. © Esa/S. Corvaja, 2011

Un portique qui protège aussi la fusée

Haut de 45 mètres et d'une masse de 800 tonnes, ce portique est situé à environ 80 mètres de la table de lancement et se déplace le long d'une voie ferrée. Les trois premiers étages du Soyouz sont assemblés en position horizontale dans le bâtiment d’intégration (MIK) puis le lanceur est relevé à la verticale, à l'extérieur du MIK, sur sa table de lancement pour recevoir l'étage supérieur Fregat.

Ce quatrième étage, qui contient les satellites, est préparé dans le bâtiment F3 du CSG et transporté en camion jusqu'au pied du lanceur, alors à l'abri dans le portique mobile. L'étage est ensuite hissé et intégré sur le lanceur. Quant au portique mobile, il est retiré environ une heure avant le lancement.

À l'abri dans le portique mobile, le lanceur Soyouz entièrement assemblé avec son étage supérieur Fregat, est préparé pour son lancement prévu le 20 octobre. Le lanceur ne repose pas sur sa table de lancement, comme Ariane 5. Il est maintenu par les quatre bras (bleus) au-dessus du carneau. Profond de 25 mètres, ce carneau a pour fonction d'évacuer les gaz de combustion. © Esa/S. Corvaja, 2011

Ce portique sert également à protéger le lanceur des intempéries pendant les opérations en zone de lancement et à sécuriser l'accès en hauteur aux étages du lanceur, en adéquation avec la législation européenne.

Pour travailler aux opérations d'intégration, les équipes disposent grâce à ce portique de 13 plateformes amovibles donnant accès aux différents niveaux du lanceur, dont un pour intervenir sur la charge utile si nécessaire.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi