Illustration de la Station spatiale internationale. © dimazel, Adobe Stock
Sciences

Des pannes en série dans les modules russes de la Station spatiale

ActualitéClassé sous :station spatiale internationale , ISS , Nasa

Plusieurs pannes ont touché le segment russe de la Station spatiale internationale dans la nuit de lundi à mardi, mais l'Agence spatiale russe Roskosmos a jugé la situation sous contrôle, malgré la multiplication des défaillances ces dernières semaines.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Des toilettes en titane pour l'ISS  De nouvelles toilettes ont été livrées à la Station spatiale internationale (ISS). Si elles étonnent par leur prix, elles apportent surtout davantage de confort pour les astronautes et permettent aussi de mieux recycler leurs déchets. 

Une panne a mis hors service le système russe d'approvisionnement en oxygène Elektron-VM, alors qu'une autre a perturbé le fonctionnement des toilettes et un aspirateur a senti le brûlé, selon l'agence de presse publique RIA Novosti, citant un échange entre des cosmonautes de l'ISS et le Centre de contrôle des vols spatiaux (Tsoup).

« Les défaillances survenues à bord de l'ISS dans la nuit du 19 au 20 octobre ont été entièrement réparées de manière opérationnelle par l'équipage, a indiqué Roskosmos dans un communiqué envoyé à l'AFP. Tous les systèmes de la station fonctionnent normalement, rien ne menace la sécurité de l'équipage et du vol de l'ISS », a-t-il encore souligné.

Segment russe de la Station spatiale internationale en 2010. © Nasa, Wikipedia (annotations Penyulap), CC BY-SA 3.0

Des problèmes à répétition

Cependant, les défaillances se multiplient ces dernières semaines du côté russe de la station orbitale. Une panne des toilettes ayant duré plusieurs heures a touché ce segment le 11 octobre, et son système d'approvisionnement en oxygène avait déjà été mis hors service le 14 octobre, avant d'être réparé.

Une fuite d'air a également été constatée fin août dans un module russe de la Station spatiale. Lundi, Roskosmos a annoncé que l'équipage avait finalement réussi à la colmater temporairement.

Cette série noire a conduit mi-octobre Guennadi Padalka, recordman du nombre de jours passés dans l'espace et sommité en Russie, à dire que le segment russe était tout simplement vétuste. « Tous les modules du segment russe sont à bout, a-t-il déclaré à l'agence RIA Novosti, notant que l'équipement vieux de 20 ans avait déjà dépassé de cinq ans sa durée de vie programmée.

ISS : que va devenir la Station spatiale internationale ?

Le secteur spatial russe a traversé une série de scandales de corruption, de détournements de fonds, mais il est aussi miné par les coupes budgétaires.

L'équipage actuel de l'ISS comprend l'Américaine Kathleen Rubins et les Russes Sergueï Ryjikov et Sergueï Koud-Svertchkov. Ils sont arrivés le 14 octobre à bord d’ISS pour remplacer leurs collègues Chris Cassidy, Anatoli Ivanichine et Ivan Vagner qui doivent revenir sur terre ce jeudi 22 octobre.

Pour en savoir plus

Panne électrique à bord de l'ISS en 2007

Article de Jean Etienne publié le 16 février 2007

Une panne électrique s'est produite dimanche 11 février à bord de la Station Spatiale Internationale, sans toutefois mettre en danger son équipage.

Le 11 février à 06h00 TU, un canal d'alimentation électrique situé dans l'élément de poutre P4, qui supporte notamment les panneaux solaires principaux, a dû être interrompu en raison d'un problème constaté au niveau d'une unité de commutation. La baisse d'alimentation électrique a conduit à une perte provisoire des systèmes de transmission et à l'arrêt des dispositifs de chauffage de la station, du matériel scientifique et d'un des trois gyroscopes actuellement actifs.

Ce n'est qu'au bout de 31 heures que la distribution d'électricité a pu être complètement rétablie à bord et que la situation est redevenue normale. Les techniciens tentent actuellement de déterminer la cause de la panne, et pensent qu'il s'agissait d'un problème d'isolation.

Les deux panneaux solaires qui ont été déconnectés sont les plus récents puisqu'ils ont été mis en fonction en décembre dernier lors de la mission s'assemblage STS-116. Ils se composent de deux ailes solaires fixées dans des directions opposées sur l'élément P4 pour une envergure totale de 73 mètres, et fournissent 65,6 kilowatts au complexe orbital. Un autre panneau solaire, plus ancien, se déploie actuellement au-dessus de l'ISS. Fixé à l'élément de poutre P6, il est cependant à moitié rétracté et ne fournit qu'une puissance réduite.

Durant l'incident, les techniciens ont décidé de ne conserver que deux gyroscopes actifs et de stopper le troisième, ce qui correspond au mode de fonctionnement minimum pour maintenir la station en attitude optimale tout en évitant l'usage des propulseurs. L'ISS dispose au total de quatre gyroscopes de 281 kg chacun, mais l'un d'eux - le CMG3 - avait été mis hors circuit en octobre 2006 après avoir constaté des vibrations excessives.

La prochaine mission d'assemblage, prévue pour le 15 mars prochain au moyen de la navette Atlantis, a notamment pour objet la livraison d'un troisième ensemble de panneaux solaires, ce qui permettra d'augmenter la puissance disponible de 50%.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !